Fernand Divoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fernand Divoire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
VaucressonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Fernand Divoire, né le à Bruxelles et mort le à Vaucresson, est un écrivain d'origine belge et naturalisé français en 1912.

Biographie[modifier | modifier le code]

Très tôt venu à Paris, Fernand Divoire publia son premier article à La Nouvelle Revue et son premier poème aux Essais, où il collabore avec Jean-Louis Vaudoyer, Robert de Traz, Maurice Heine. Son premier livre, Cérébraux, paraît en 1910 chez Eugène Figuière.

Peu avant la Première Guerre mondiale, il se rapproche des courants d'avant-garde, sans jamais appartenir à aucun groupe et participe au lancement de la revue Montjoie ! « organe de l'Impérialisme artistique français, gazette bi-mensuelle illustrée », une « gazette d'art cérébriste » [sic] dirigée par Ricciotto Canudo et à laquelle participèrent Blaise Cendrars, Jacques Villon, André Salmon, Guillaume Apollinaire, Bakst, Erik Satie, Igor Stravinsky, Maurice Ravel, Marc Chagall, Valentine de Saint-Point, etc.

Passionné de danse contemporaine, il fut journaliste curieux de tout (secrétaire général de L'Intransigeant, puis rédacteur en chef du Journal littéraire), écrivant parfois sous les pseudonymes de Hiram ou de Rabette-Divoire (en collaboration avec Charlotte Rabette) et produisit de nombreux ouvrages sur l'occultisme ainsi que des essais philosophiques.

Certains de ses recueils de poésie sont illustrés par des artistes reconnus comme Antoine Bourdelle, Jean Metzinger, André Dunoyer de Segonzac, Berthold Mahn, Alexandre Trétiakoff...

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Cérébraux, Chroniqueur de Paris, 1906
  • Poètes, H. Falque, 1908
  • Les Deux Idées. Faut-il devenir mage ? Eliphas Lévi et Péladan. Nietzsche, le surhomme et le mage. La doctrine des forts., H. Falque, 1909
  • Les Deux Idées II. Metchnikoff, philosophe, H. Falque, 1911
  • Introduction à l'étude de la stratégie littéraire, Sansot & Cie, 1912 (rééd. Mille et une nuits, 2005)
  • L'Amoureux, 3e des poèmes de l'Urbs, À la Belle édition, 1912
  • Exhortation à la victoire, Jouve, 1916
  • Isadora Duncan, fille de Prométhée, Éditions des Muses françaises, 1919
  • Le Grenier de Montjoie !, Édition du Carnet Critique, 1919
  • Âmes, Les Poètes de la Renaissance du livre, 1918
  • Gabriel-Tristan Franconi, Les Amis d'Édouard, 1921
  • Ivoire au soleil : poème à trois plans concentriques, La Vie des lettres, 1922
  • Orphée..., Les Poètes de la Renaissance du livre, 1922
  • Marathon, épisode tragique en 2 parties..., J. Hébertot, 1924
  • Découvertes sur la danse, G. Crès et Cie, 1924
  • L'homme du monde, Le Sagittaire, 1925
  • Les Grands mystiques. Villiers de l'Isle-Adam, Léon Bloy, Huysmans, Péladan, etc., Cercle de la librairie, 1925
  • Itinéraire. Poèmes avec parenthèses, Stock, 1928
  • Pourquoi je crois à l'occultisme, Éditions de France, 1928
  • avec André Salmon et Géo London, Roman d'un crime, Éditions des Portiques, 1928
  • Poèmes choisis, Eugène Figuière, 1932
  • Néant... paradis... ou réincarnation ?, Dorbon aîné, 1934
  • Pour la danse, Saxe, 1935
  • Bertrand du Guesclin, conquérant de l'Espagne, Les Éditions nationales, 1937
  • J'apporte la réponse, Jean-Renard, 1943
  • Occultisme, casse-cou !, Dervy, 1948

Liens externes[modifier | modifier le code]