Fernand Chapouthier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapouthier.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Fernand Chapouthier
Archéologue
Naissance
Bordeaux
Décès (à 54 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France

Fernand Chapouthier, né à Bordeaux le et mort à Paris le , est un helléniste et archéologue français qui fut professeur à la Sorbonne et directeur adjoint de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après de brillantes études au lycée de Bordeaux, en compagnie de son frère jumeau Paul, Jean Louis Fernand Chapouthier, appelé Fernand Chapouthier, est admis en 1918 à l’École normale supérieure, où il rencontre notamment Pierre Demargne et Robert Flacelière. Il entre en 1922 à l’École française d'Athènes, où il se lie d’amitié avec Henri Seyrig. Il enseigne successivement aux universités de Dijon (1929-1931) et de Bordeaux (1931-1937), et finalement, après la soutenance, en 1936 de sa thèse sur « Les Dioscures au service d’une déesse », à la Sorbonne (1937-1953), où il devient, en 1941, professeur de littérature et civilisation grecques. En 1948, il est nommé directeur adjoint de Georges Dupont (chimiste) à l’École normale supérieure, où il meurt prématurément en 1953.

Fernand Chapouthier a effectué une double carrière d’helléniste, spécialisé dans l’œuvre d’Euripide, et d’archéologue spécialisé dans les études crétoises. Après avoir fouillé à Samothrace, il a notamment beaucoup participé aux fouilles du site crétois de Malia.

Deux rues portent son nom en Crète, l’une à Héraklion, l’autre à Malia. Marié à Odette Mazaubert[1] (1913-1994), connue sous le nom de « Carquelin » pour ses écrits en langue saintongeaise, Fernand Chapouthier a eu deux enfants, dont le biologiste et philosophe Georges Chapouthier.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur la Crète et le monde préhellénique :

  • Dans la série « Etudes crétoises », Tomes I (avec J. Charbonneaux, 1928), II (1930), III (avec R. Joly, 1934), IV (avec R. Joly, 1936), V (1938), VI (avec P. Demargne, 1942), X (1955).

Sur Euripide et la fin du Ve siècle av. J.-C. :

  • Euripide, Tome V (traduction et analyse critique avec L. Méridier), « Les Phéniciennes », Collection des Universités de France, 1950
  • Euripide, Tome VI (traduction et analyse critique avec L. Méridier), « Oreste », Collection des Universités de France, 1954
  • Euripide et l’accueil du divin, dans : « La notion du divin depuis Homère jusqu’à Platon », Fondation Hardt, Vandoeuvres-Genève, 1955

Sur l’histoire et l’iconographie religieuse :

  • Les Dioscures au service d’une déesse, 1936

Synthèses et essais :

  • Introduction du livre « En Grèce », 1932
  • Introduction du livre « Retour en Grèce », 1934
  • Collaboration au volume « Les premières civilisations », 1950

Fernand Chapouthier est aussi l’auteur de nombreux articles scientifiques dans les domaines de la littérature et de l’archéologie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G. Chapouthier, À propos de… Odette Mazaubert Chapouthier : un parcours littéraire atypique, Aguiaine, 2006, 253, p. 60-62, voir La Clotte

Liens externes[modifier | modifier le code]