Ferison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Diagramme de Venn d'un syllogisme en Ferison.

Ferison est un terme de la logique aristotélicienne désignant un des six syllogismes de la troisième figure des vingt-quatre modes. Il comprend une majeure de type E, une mineure de type I et une conclusion de type O, c'est-à-dire une majeure universelle négative, une mineure particulière affirmative et une conclusion particulière négative.

Un syllogisme en Ferison consiste en une proposition de ce type : Aucun P n'est S, or quelque F est P, donc quelque F n'est pas S.

Les cinq autres syllogisme de la troisième figure sont Darapti, Bocardo, Datisi, Felapton et Disamis.

Exemples de syllogismes en Ferison[modifier | modifier le code]

  1. Aucun chat n'est un chien ;
  2. Or certains quadrupèdes sont des chats ;
  3. Donc il y a des quadrupèdes qui ne sont pas des chiens.


  1. Aucun boxeur n'est vraiment pacifiste ;
  2. Certains boxeurs pratiquent la philosophie ;
  3. Donc certains philosophes ne sont pas pacifistes.


  1. « Nulle sottise n'est éloquente ;
  2. Il y a des sottises en figures ;
  3. Il y a donc des figures qui ne sont pas éloquentes. »[1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Arnauld, Pierre Nicole, La logique ou l'art de penser, troisième partie, chap.VII.