Ferdinand de Dartein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un ingénieur image illustrant un architecte image illustrant français
image illustrant un graveur image illustrant un peintre image illustrant français
image illustrant un historien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un ingénieur, un architecte français, un graveur, un peintre français et un historien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ferdinand de Dartein, né Marie-Ferdinand de Dartein le à Strasbourg, et mort le à Paris, est un ingénieur des ponts et chaussées et architecte français, également dessinateur, peintre, graveur et historien de l'art.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferdinand de Dartein est issu d'une famille originaire du Périgord. Il se forme à l'École polytechnique (1855-1857), puis à celle des Ponts et Chaussées (1857-1859). Resté profondément attaché à sa région natale, l'Alsace, dont il peint volontiers les paysages[1], il fut très affecté par son annexion à l'Allemagne à l'issue de la guerre franco-prussienne de 1870 et publia sous le pseudonyme de Jean Heimweh – littéralement « mal du pays » –, plusieurs ouvrages politiquement engagés. Aux côtés de Pierre Bucher, c'est lui qui fait venir en Alsace René Bazin, l'auteur des Oberlé.

Il est le neveu de Louis Laurent-Atthalin, éminent juriste et peintre, fils du colonel Louis Joseph Félix Laurent (1778-1835), colonel du génie, aide de camp de l’empereur Napoléon Ier, directeur de son cabinet topographique en 1814 et Pair de France sous Louis-Philippe.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Étude sur l'architecture lombarde et sur les origines de l'architecture romano-byzantine, Dunod, 1865
  • Architecture lombarde, in Philippe Planat (dir.), Encyclopédie de l’architecture et de la construction, Dujardin, Paris, 1892, p. 5-43
  • La Vie et les travaux de Armand Rousseau, gouverneur général de l'Indo-Chine, inspecteur général des ponts-et-chaussées, sénateur du Finistère, Colin, 1902
  • La vie et les travaux de Jean-Rodolphe Perronet : premier ingénieur des ponts et chaussées, créateur de l'École des ponts et chaussées, 1907
  • Le Pont de la Concorde sur la seine, à Paris, Paris, C. Béranger, , 47 p. (lire en ligne)
  • Études sur les ponts en pierre remarquables par leur décoration, antérieurs au XIXe siècle, plusieurs volumes, 1907-1912
  • Les ponts étrangers : étude sur les ponts en pierre remarquables par leur décoration, antérieurs au XIXe siècle, Picard, Paris, 2008 (réédition) (ISBN 978-2-7084-0822-7)

Sous le pseudonyme de Jean Heimweh[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Rocher dans la forêt d'Ottrott, 1877, musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg.

Famille Dartein[modifier | modifier le code]

  • Jean Dartein, né à Tayac en Périgord, le , fils de Pierre Dartein et MariePeschari, ayant perdu son père à 14 ans, il est allé se former auprès de son oncle maternel, François Peschari, directeur de la fonderie royale de Toulon. Il lui a ensuite succédé. Il est resté à Toulon jusqu'en 1756. Le ministre de la marine le nomme à Rochefort et Ruelle. Passé ensuite au ministère de la Guerre, il est nommé commissaire général des fontes de l'artillerie à Strasbourg. En 1762, il va s'occuper à déterminer les meilleures proportions de calibre et d'alliage de l'artillerie de campagne. Il est anobli en août 1778. Il reçoit la croix de chevalier de l'ordre de Saint-Michel en 1780. Il est mort à Strasbourg le (à 62 ans)[2].
    • Jean-Félix de Dartein, né à Toulon le , il a succédé à son père à la fonderie de Strasbourg. Il est mort sans postérité à Strasbourg, le (à 38 ans).
    • Charles-Mathieu de Dartein, né à Toulon le . Il a travaillé avec son père et son frère. Il est nommé commissaire général surnuméraire et adjoint des fontes de l'artillerie. Il a rempli la fonction de préteur royal à Schlestadt, c'est-à-dire représentant du pouvoir royal dans cette ville-libre d'Alsace. Il a dirigé la fonderie de Strasbourg jusqu'en 1805. Il est mort à Kolbsheim le (à 64 ans).
      • Armand Théodore de Dartein, né à Strasbourg le . Il a été officier des chasseurs à cheval. Marié le 30 août 1935 à Cécile Laurent, fille de Louis Joseph Félix Laurent (1778-1835), colonel du génie, et de Caroline Louise Atthalin (1781-1819). Il est mort à Ottrott le (à 84 ans).
        • Marie-Ferdinand, dit Fernand de Dartein (1838-1912), inspecteur général des ponts et chaussées.
        • Louis Paul de Dartein (1849-1924), général de brigade.
        • Théodore Marie Félix de Dartein (1852-1936), général de division.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Viktoria von der Brüggen et Christine Peltre, L'Alsace pittoresque : l'invention d'un paysage 1770-1870, Hazan-Unterlinden, Colmar, 2011, p. 292, (ISBN 978-2-7541-0531-6)
  2. Louis de Grandmaison, Essai d'armorial des artistes français. Lettres de noblesse. Preuves pour l'Ordre de Saint-Michel, p. 388-390, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, 1903, 27e session (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]