Ferdinand de Brunswick-Lunebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ferdinand de Brunswick-Lunebourg
Ferdinand de Brunswick-Lunebourg
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
BrunswickVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Ferdinand von BraunschweigVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activité
Période d'activité
à partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Membre de
Grade militaire
Conflit
Distinctions
signature de Ferdinand de Brunswick-Lunebourg
Signature

Ferdinand (, Brunswick), duc de Brunswick-Lunebourg, général prussien, est le fils de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Wolfenbüttel, duc de Brunswick-Bevern, Brunswick-Lüneburg et Brunswick-Wolfenbüttel, et d'Antoinette de Brunswick-Wolfenbüttel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il sert d'abord sous Frédéric le Grand, roi de Prusse - qui est son beau-frère - , puis commande pour George II les troupes britanniques et hanovriennes dans la guerre de Sept Ans, 1757, s'empare de Minden et chasse les Français de la Hesse-Cassel (1762). Il quitte le service à la paix (1763), et se consacre le reste de sa vie à la franc-maçonnerie, il est Grand maître au sein de la Stricte observance templière[1]) et à des pratiques théosophiques.

Il est également grand-maître général de l'Ordre des frères de Saint-Jean l’évangéliste d'Asie en Europe[2] et membre des Illuminés de Bavière sous le nom de Aaron, affilié en 1783.

Le savoisien Joseph de Maistre publie en 1782 le Mémoire au duc de Brunswick à l'occasion du convent maçonnique de Wilhelmsbad que doit présider le duc Ferdinand de Brunswick-Lunebourg.

Il laisse des Mémoires, publiés seulement en 1858 à Leipzig par Ernst Julius Georg von dem Knesebeck (de).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopedia of Freemasonry, Part 2 By Albert G. Mackey, H. L. Haywood, p. 1107, article "Congress of Wilhelmsbad"
  2. Franz Joseph Molitor, Histoire de l'Ordre des Frères de Saint-Jean l'Evangéliste d'Asie en Europe, en appendice de: Arthur Mandel, Le Messie Militant ou La Fuite du Ghetto, Histoire de Jacob Frank et du mouvement frankiste, Archè, Milan, 1989, p. 326.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]