Ferdinand Verbiest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand Verbiest
Le Pere Ferdinand Verbiest.gif

Le Père Verbiest en habit de mandarin-astronome

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
PékinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière Zhalan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Ferdinand Verbiest, né le 9 octobre 1623 à Pittem (comté de Flandre) et mort le 28 janvier 1688 à Pékin (Chine), est un prêtre jésuite, mathématicien et astronome flamand qui obtint les plus grands honneurs dans l'empire chinois et y occupa comme « Président du tribunal des Mathématiques » une position de grande influence.

Études et formation[modifier | modifier le code]

Il fit ses humanités aux collèges de Bruges et de Courtrai, et un an de philosophie à Louvain avant d'entrer dans la Compagnie de Jésus en 1641. Après le noviciat, il fit encore deux années de philosophie à Louvain. En vue de partir en Amérique du Sud, ses études de théologie se firent à Séville (Espagne) où il fut ordonné prêtre en 1655. N'obtenant pas des autorités espagnoles l'autorisation de partir pour l'Amérique du Sud, il demanda, et obtint, la permission du Supérieur Général des Jésuites de se tourner vers la Chine. Il se joignit à un groupe dirigé par le Père Martino Martini.

En Chine[modifier | modifier le code]

Arrivé à Macao en 1658, il fut immédiatement appelé à Pékin (Beijing) par le Père Johannes-Adam Schall dont les forces déclinantes demandaient un collaborateur. La réforme du calendrier à laquelle il s'attela à la suite d'Adam Schall le contraignit à dénoncer de graves erreurs de calculs astronomiques, ce qui lui acquit de nombreux ennemis parmi les mandarins de la cour impériale. Avec d'autres Jésuites, Verbiest fit de la prison, et échappa de peu à l’exécution capitale grâce à un tremblement de terre. Impressionné, l’empereur Kangxi, encore jeune, l’invita à participer à un débat contradictoire sur les mérites de l’astronomie chinoise et européenne. Le missionnaire gagna haut la main et fut nommé « Président du Tribunal des Mathématiques ».

La réforme du calendrier, un document officiel de l’empire, fut difficile à faire accepter, mais Verbiest réagit : « il n’est pas en mon pouvoir de convaincre le ciel à se plier à votre calendrier ». Le prêtre était devenu un ami de l’empereur auquel il apprit la géométrie et pour lequel il traduisit Euclide en mandchou. Il équipa d’instruments modernes l’observatoire de Pékin.

Jouet à vapeur à roue à aubes dessiné par Verbiest en 1672

Esprit ouvert et génial, Verbiest expérimenta en mécanique et étudia également l'utilisation de la vapeur. Il semble bien que, longtemps avant Joseph Cugnot, il imagina le premier véhicule propulsé à la vapeur. Son invention est décrite dans l’ouvrage rare Astronomia Europa de 1687, après une première évocation dans un livre chinois de vingt années antérieur[1]. Avec l’aide de lettrés de ce même pays, il écrivit un grand nombre d’ouvrages scientifiques et dessina des cartes géographiques de l’empire du Milieu. Toujours missionnaire et désireux de faire connaître le Christ, il écrivit également (en chinois) des ouvrages religieux dont l’un, Explication ordonnée des rudiments de la foi, fut encore réimprimé en 1935.

Popularité et réputation[modifier | modifier le code]

Sa personnalité comme sa compétence acquit à la foi chrétienne des membres de la famille impériale, comme des lettrés et hommes de science. Son nom se trouve sur une liste de cent huit héros nationaux d’un livre populaire chinois. Enterré près de ses prédécesseurs, Matteo Ricci et Adam Schall, Ferdinand Verbiest est toujours vénéré.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

(en chinois)

  • Yixiang zhi, 1673 (sur les instruments et appareils astronomiques)
  • Kangxi yongnian lifa, 1678 (sur le calendrier de l'empereur Kangxi)
  • Jiaoyao xulun (explication des rudiments de la foi)

(latin)

  • Astronomia Europea, 1687

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue des deux mondes, 1924, p.554, article 'L'automobile et son évolution' de Charles Nordmann.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

[réf. incomplète]

Lien externe[modifier | modifier le code]