Ferdinand Leenhoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ferdinand Leenhoff
Image dans Infobox.
Édouard Manet, Le Déjeuner sur l'herbe (1863), Paris, musée d'Orsay. Ferdinand Leenhoff pose au centre.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Ferdinand Karel Adolf Constantijn LeenhoffVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Œuvres principales
Standbeeld van Jan Pieterszoon Coen (d), Thorbeckemonument, Amsterdam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ferdinand Karel Adolf Constantijn Leenhoff, né à Zaltbommel le et mort à Nice le , est un peintre et sculpteur néerlandais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Zaltbommel, Ferdinand Leenhoff est le fils de Carolus Antonius Leenhoff[2] (1807-1878), carillonneur et professeur de musique, et de Martina Adriana Johanna Ilcken (1807-1876). Vers 1847, sa mère l'emmène avec certains de ses frères et sœurs à Paris où habitait sa grand-mère et s'y installe.

À Paris, Leenhoff est l’élève du sculpteur franco-américain Joseph Mezzara (1820-1901) que sa sœur Mathilde Leenhoff (1837-1922) épouse en 1856[2].

En 1863, sa sœur aînée Suzanne Leenhoff (1829-1906) épouse Édouard Manet (1832-1883) dont elle avait fait la connaissance en 1849, en donnant des leçons de piano. Mère d'un fils naturel, Léon-Édouard Koëlla, dit Leenhoff (né en 1852) elle vivait célibataire aux Batignolles dans l'ancienne « rue de l'Hôtel-de-Ville » (partie de l'actuelle rue des Batignolles) non loin de l'atelier du peintre. Celui-ci, parrain de l'enfant, venait les voir tous les jours. Elle avait été pendant de nombreuses années la compagne discrète de Manet avant d'emménager avec lui en 1860 et de devenir son épouse légitime en 1863[3]. Ferdinand Leenhoff est l’un des deux hommes (au centre) posant pour le tableau Le Déjeuner sur l'herbe (1863), œuvre de son beau-frère.

Une autre soeur, Martina Adriana Johanna (née en 1834[4]) était mariée au peintre Jules Vibert[5] (1815-1889).

Ferdinand Leenhoff expose au moins depuis 1863 régulièrement au salon de Paris où il est récompensé à partir de 1869 par plusieurs médailles. Il était membre de la société des artistes français.

Selon les catalogues du salon de Paris, il a habité successivement dans le quartier des Batignolles, au 38, ancienne rue Saint-Georges (actuelle rue des Apennins) en 1863 et au 19, rue des Moines en 1865, puis sur la rive gauche, quartier du Montparnasse au 25, ancienne rue Humboldt (rue Jean-Dolent) vers 1867/1869 où logeait également son frère, le peintre Rudolph Leenhoff (1844-1903). De 1877 à 1880, son domicile est indiqué au 97, boulevard d'Enfer[6] puis, en 1882, au no 293 de cette même voie (renommée boulevard Raspail en 1887).

Ferdinand Leenhoff épouse en 1875 Emilie Julie Geneviève François, fille du graveur Alphonse François (1814-1888), demeurant 1, place de l'Estrapade[2] qui est aussi l'adresse du couple en 1883 et le lieu de décès d'Alphonse François[7]. Leenhoff y loge encore en 1888.

Par la suite, il retourne aux Pays-Bas. De 1890 à 1899, il est professeur à l’Académie royale des beaux-arts d'Amsterdam.

Ferdinand Leenhoff meurt à Nice le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

En France
Aux Pays-Bas

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ferdinand Leenhoff », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787).
  2. a b et c Fiche généalogique de Ferdinand Charles Adolphe Constantin Leenhoff sur le site geneanet.org.
  3. Dossier Manet : chronologie, sur le site du Musée d'Orsay musée-orsay.fr.
  4. Etat civil des naissances de Delft, Acte de naissance de Martina Adriana Johanna Leenhoff, dite Marthe, fille de Carolus Antonius Leenhoff et de Martina Adriana Johanna Ilcken.
  5. Fiche généalogique de Jules Vibert sur le site geneanet.org.
  6. « Boulevard Denfert-Rochereau, 97 » dans l'édition de 1880.
  7. Fiche généalogique de Louis Alphonse François sur le site généanet.org.
  8. Sépulture de Manet au cimetière de Passy, sur le site landrucimetières.fr, consulté le 11 mai 2014.
  9. Notice, sur tombes-sepultures.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]