Ferdinand Isaac de Rovéréa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ferdinand Isaac de Rovéréa
Ferdinand Isaac de Rovéréa

Nom de naissance Ferdinand Isaac de Rovéréa
Naissance
Vevey
Décès
Baveno
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau de la Suisse Suisse
Arme Infanterie

Ferdinand Isaac de Rovéréa, né le à Vevey et mort le à Baveno, est un militaire et contre-révolutionnaire suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le colonel Ferdinand Isaac de Rovéréa est un bourgeois de Berne descendant de la famille de Rovéréa. Ses parents sont Anne Brière et Gabriel Isaac[1]. Il épouse Salome Katharina von Wattenwyl puis Marie-Louise de Ribeaupierre[1].

Initialement au service de la royauté française, en février 1798, Rovéréa constitue la Légion fidèle forte de 600 hommes pour défendre Berne contre l'influence révolutionnaire française[1], puis un régiment considéré comme étant à la solde de l'Angleterre[2],[3]. Le 4 mars, les troupes françaises prennent la ville de Berne et Rovéréa prend part au combat près de Nidau le 5 mars. Il est capturé trois jours plus tard au bord de la Thièle.

Il est chef de la légion Suisse romande affectée au service de l'Autriche dès avril 1998[4].

Exilé en Allemagne, il lève un régiment d'émigrés suisses en 1799 comprenant quatorze compagnies dont deux compagnies de chasseurs. En 1800, dans un tentative pour arrêter une invasion française, le régiment connait des pertes sévères à Rechberg et Moeskirch[3]. Une armistice est signée le 16 juillet 1800. Le régiment est envoyé d'Ingolstadt à Amberg durant l'hiver. Les régiments suisses au service de l'Angleterre sont assemblés en février 1801 à Marburg et démantelés. 30 officiers et 200 hommes sous les ordres de Rovéréa rejoignent alors un autre régiment sous les ordres de Watteville.

Après son retour en Suisse en 1801, il devient l'un des chefs du parti aristocratique vaudois et accepte l'idée de l'indépendance du Valais[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Précis de la Révolution de la Suisse, de Berne en particulier, avril 1798.
  • (posthume) Mémoires de F. de Rovéréa, colonel d'un régiment de son nom, à la solde de Sa Majesté britannique, Stämpfli, Berne, 1848.
    • tome premier: 10 février 1763 - Septembre 1798
    • tome second: Septembre 1798 - Mai 1800.
    • tome troisième: Mai 1800 - Décembre 1810
    • tome quatrième: Décembre 1810 - Décembre 1815

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Sébastien Rial, « Rovéréa, Ferdinand Isaac de », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 22 février 2019)
  2. Emile Biollay, Le Valais en 1813 - 1814 et sa politique d'indépendance, Editions Saint-Augustin, (lire en ligne)
  3. a et b (en) René Chartrand, Émigré and Foreign Troops in British Service (1): 1793–1802, Bloomsbury Publishing, (ISBN 9781472807199, lire en ligne)
  4. Johann Samuel Ersch, Supplément à La France litéraire de 1771-96: contenant outre les additions et corrections, les nouveaux articles jusqu'en 1800. Avec une table générale des matières, B.G. Hoffmann, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Rial, article Rovéréa, Ferdinand Isaac de dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  • Sébastien Rial, Vaincre ou périr : la Légion fidèle de Rovéréa, 1798, Lausanne, Bibliothèque histoire vaudoise, , 119e éd., 246 p. (ISBN 978-2884541190, ISSN 0067-8406)
  • Alain-Jacques Tornare, Du major Davel au général Guisan : illustres soldats vaudois dans le monde, Morges, Cabédita, , p. 225-233
  • (en) René Chartrand, Émigré & foreign troops in British service (1), Osprey, coll. « Men At Arms », .
  • Vicomte Robert Grouvel, Les Corps de troupe de l'émigration française. 1789-1815, t. I : Services de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas., Paris, , p. 313-320
  • Jean-Pierre Chuard, La Légion fidèle de Rovéréa face à la Révolution vaudoise de 1798, dans Bulletin de la Société des Amis du Château de La Sarraz, 1989, pp. 13-26
  • Hubert Foerste, « Les émigrés suisses et leurs troupes pendant la deuxième guerre de coalition », dans Jean-Clément Martin (dir.), Les réseaux de la Contre-Révolution : XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753526204, DOI 10.4000/books.pur.16560, lire en ligne), p. 103-120

Articles connexes[modifier | modifier le code]