Ferdinand Gobert d'Aspremont Lynden (1645-1708)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand Gobert d'Aspremont Lynden
Comte Impérial de Reckheim et du Saint-Empire
Image illustrative de l'article Ferdinand Gobert d'Aspremont Lynden (1645-1708)

Naissance 1645
Décès 1708
Allégeance Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies, puis Drapeau de l'Autriche Autriche
Arme cavalerie
Grade Feld-maréchal
Conflits Siège de Vienne (1683) Bataille de Vienne Guerre austro-turque (1683-1699) Siège de Belgrade (1690)
Famille d'Aspremont Lynden

Ferdinand Gobert d'Aspremont Lynden, arrière-petit-fils de Herman de Lynden, naquit en 1645, au château de Reckheim, dans le Limbourg (Belgique), et mourut le 1er février 1708. Il suivit la carrière des armes, commanda un régiment de cuirassiers, puis devint successivement général et feld-maréchal au service de l'Autriche. Le comte d’Aspremont épousa, en 1679, la princesse Charlotte de Nassau-Dillenbourg. Devenu veuf, il se remaria, en 1691, à la princesse Julie-Barbe Rákóczi, veuve d'Imre Thököly qui fut un instant roi de Hongrie, et sœur du prince François II Rákóczi qui, après avoir suscité, en Hongrie, une révolte contre l’empereur Léopold, devint prince de Transylvanie et fut élu roi de Pologne. La princesse Julie sa sœur, héritière de biens immenses, les porta dans la maison d’Aspremont-Lynden par son mariage avec le feld-maréchal d’Aspremont.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Après le siège mémorable et la délivrance de Vienne, en 1683, par Jean III Sobieski, le comte d’Aspremont prit part aux guerres de Hongrie et s’y distingua sous l’électeur de Bavière que l’empereur Léopold Ier avait mis à la tête de ses armées. En 1690, il défendit héroïquement Belgrade assiégée par le grand visir Fazıl Mustafa Köprülü et, après un assaut terrible où périrent la moitié des défenseurs, il parvint, de concert avec le Duc Charles Eugène de Croÿ, à se jeter de l’autre côté du Danube et à soustraire ainsi le reste de la garnison au massacre qui la menaçait (8 octobre).

Lien[modifier | modifier le code]