Ferdinand Charles Léon de Lasteyrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français image illustrant Paris
image illustrant la Corrèze image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français, Paris, la Corrèze et un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ferdinand Charles Léon de Lasteyrie
Lasteyrie du Saillant, Ferdinand Charles Léon.jpg

Ferdinand, comte de Lasteyrie du Saillant.

Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activité
Père
Enfant

Ferdinand Charles Léon de Lasteyrie du Saillant, né le et mort le à Paris, est un érudit et homme politique français, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Charles Philibert de Lasteyrie du Saillant, agronome connu comme le fondateur du premier établissement de lithographie à Paris.

Il fait ses études supérieures à l'École des mines et mène par la suite une triple carrière d'ingénieur, d'homme politique et d'érudit très éclectique dans ses centres d'intérêt.

Il se rattache, comme la plupart des membres de sa famille, à la tradition politique orléaniste : aide de camp du général de La Fayette en 1830, il est député de la Seine de 1841 à 1848, puis, sous la Seconde République, de 1848 à 1851.

En 1851, il proteste contre le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte, ce qui lui vaut un bref internement. Il n'occupe aucun mandat politique jusqu'en 1871, date à laquelle il est élu conseiller général de la Corrèze.

Ses publications sont d'une grande diversité : il s'est intéressé aux travaux de Paris, à la création d'un musée des arts industriels, à l'art de son temps et à l'art religieux de diverses époques, aux émaux limousins, à certains aspects des sculptures de la colonne Trajane, au sort de la paysannerie française ; il a aussi publié des réflexions à la suite de ses voyages aux États-Unis et en Italie.

La qualité de ses travaux lui vaut d'être élu, en 1860, membre libre l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'orfèvrerie depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, 62 gravures, Hachette, Bibliothèque des merveilles, 1877.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]