Ferdinand Béghin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Béghin.
Ferdinand Béghin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
FribourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Françoise Béghin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Ferdinand Béghin, né le à Thumeries et mort le à Fribourg (Suisse), est un industriel et homme d'affaires français, dans les secteurs du sucre, des cartons, du papier, de la presse et de l'édition.

Biographie[modifier | modifier le code]

Héritier de la famille Béghin, dynastie de l'industrie sucrière, son père Henri et sa mère Louise Sophie Legrand, le jugeant trop faible pour le faire entrer à l'internat, embaucheront un précepteur afin que son éducation lui soit donnée à domicile.
Fin 1914, il entre au collège de Gerson à Paris, alors que la Première Guerre mondiale fait rage. Les bombardements, l'abandon du château de Bellincamps, à Thumeries (la propriété familiale), la mort des proches (dont sa mère en 1919 à l'âge de 40 ans), mais aussi le défilé du l'ont marqué profondément.
Il poursuit ses études à Paris, au lycée Janson-de-Sailly, obtient son bac et suit les cours de préparation à l'Institut agronomique. Il n'obtiendra pas de diplôme, car son père le rappelle avant la fin de ses études pour le seconder dans la direction de l'usine

Fils de patron, il ne bénéficie pourtant d'aucun passe-droit et travaille à tous les postes comme un ouvrier, ce qui lui donnera une parfaite connaissance du métier. Il fit aussi quelques voyages à l'étranger afin d'étudier de nouvelles techniques sucrières. Au fil des ans, la « Société Ferdinand Béghin » (le nom de son grand-père paternel), créée en 1898 par son père et son oncle Joseph, s'agrandit et compte, en 1939, dix unités.
Puis, la Seconde Guerre mondiale éclate et Ferdinand Béghin est mobilisé. Rendu à vie civile à la fin juillet 1940, il rentre à Thumeries, au château de Bellincamps, dont il est propriétaire depuis 1925. Contacté par un officier anglais de l'Intelligence Service, il entre dans le réseau de résistance OFACM comme responsable de recrutement. Blessé à la fin de la guerre, il recevra plusieurs distinctions dont la Légion d'honneur.
En 1956, il prend finalement le contrôle de la firme familiale[1].

En 1967, la société Béghin prend le contrôle de la société Say et les deux entités fusionnent en 1972, pour créer la société Béghin-Say[2].

Ferdinand Béghin intervient par ailleurs dans le domaine du carton et du papier. À partir de 1949, il est PDG d'une entreprise marocaine de cartons et papiers, PDG d'une cartonnerie alsacienne de 1961 à 1968, et administrateur d'autres sociétés du secteur[3].

Dans le secteur de l'édition, il gère un groupe de presse et Télé 7 jours de 1965 à 1972, est administrateur du Figaro de 1950 à 1970, et de quelques autres entreprises de presse et d'édition[3].

Famille[modifier | modifier le code]

Marié à Simone de Lenzbourg (1904-1966), le à Bösingen en Suisse[1], ils ont trois filles :

  • Roselyne (née en 1931), qui épouse Bertrand Pernot du Breuil, directeur de sociétés[3] ;
  • Pascaline (1937-2017), qui épouse Charles de Ganay, puis François Moreuil ;
  • Françoise (née en 1938), qui épouse en 1962 l'écrivain et académicien, Jean d'Ormesson[1].

Sa sœur Françoise (1900-1982) épousa en 1921 à Thumeries, l'officier de marine Pierre Malle (1897-1990). De leur mariage naîtront quatre fils et trois filles, dont le cinéaste Louis Malle[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Béghin », sur thierryprouvost.com (consulté le 21 janvier 2012)
  2. « Ferdinand Béghin », sur geni.com (consulté le 21 janvier 2012)
  3. a, b et c « Béghin (Ferdinand) », dans Who's Who in France, 1973-1974, p. 214.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]