Feneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Feneur
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Liège
Commune Dalhem
Code postal 4607
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Feneurois(e)
Population 482 hab. (2005)
Densité 349 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 42′ nord, 5° 42′ est
Superficie 138 ha = 1,38 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Liège
Voir sur la carte administrative de Province de Liège
City locator 14.svg
Feneur
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Feneur
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Feneur

Feneur (en wallon Feneure; couramment a Fneure) est une section de la commune belge de Dalhem située en Région wallonne dans la province de Liège.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Vue sur le village de Feneur

Étymologie[modifier | modifier le code]

Étymologiquement, Feneur signifierait "terres à foins" (cf "faner" en français). D'où le suffixe -eure de l'orthographe en wallon unifié (qui équivaudrait à * Fanure). Les formes de la scripta (ancienne écriture du wallon, surtout de 1200 à 1600) confirment cette vue : Fenore (1231)[1] renferme la variante malmedienne "-ore" du suffixe -eure.

L'instabilité de la première voyelle (cfr. la forme courante "a Fneure") est aussi classique pour les dérivés du verbe "fener" (li fenåmoes = li fnå, la fenaison).

La forme romane du toponyme indique une occupation remontant à l'époque gallo-romaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Sous l'ancien Régime, Feneur était une enclave étrangère au sein du comté de Dalhem. Depuis 1280 avec certitude, mais sans doute déjà auparavant, la seigneurie appartenait au chapitre de la cathédrale St-Lambert de Liège. Le chapitre nommait les sept échevins, membres de la cour de justice, présidée par le mayeur. En 1365, un document y mentionne l'exploitation de houille, une des plus anciennes mentions de cette activité minière en principauté de Liège. En 1378, le duc de Brabant revendique la possession de la seigneurie, mais celle-ci reste au chapitre de St-Lambert. En 1418, un record publié par la cour échevinale signale que les mayeurs et échevins de Feneur sont choisis par le chapitre de St-Lambert. Dès le XIVe siècle, certains droits du chapitre de St-Lambert à Feneur sont loués à un certain Jacquemin Hustin et à ses héritiers. Désormais, grâce à un loyer annuel de 40 florins, celui-ci pourra percevoir le cens et autres revenus que le chapitre avait sur Feneur. Ce dernier se réserve néanmoins le droit de nommer les membres de la cour de justice et d'exploiter les mines superficielles de houille. Au XVIe siècle, les héritiers de Hustin tenteront pourtant de s'arroger des prérogatives supplémentaires, au détriment du chapitre. Ainsi, en 1545, J.Martin, faisant fi du contrat passé entre le chapitre et son ancêtre J.Hustin, décide de nommer les membres de la cour et se fait même appeler comte de Feneur. S'ensuit un procès avec le chapitre de St-Lambert, à l'issue duquel J.Martin est débouté de ses prétentions. A de nombreuses reprises, les comtes de Dalhem ont contesté la possession de la seigneurie de Feneur par le chapitre de St-Lambert de Liège. Ainsi, au XIVe siècle, le duc de Brabant Wenceslas, qui est alors aussi comte de Dalhem, prétend que Feneur lui appartient. Pour règler le conflit, la cour de Feneur publie en 1379 un document qui réaffirme l'appartenance du village à Liège. Au XVIe siècle, le conflit rebonfit. Un accord signé en 1548 le règle temporairement. Il prévoit que Feneur ferait désormais partie du comté de Dalhem : le comte de Dalhem, c'est-à-dire le duc de Brabant, percevrait les revenus à Feneur et y nommerait les membres de la cour de justice. Les appels de celle-ci ne se feraient plus à Liège mais bien à Dalhem. Cet accord ne sera pas définitif puisqu'aux siècles suivants, le chapitre de St-Lambert et le comte de Dalhem continueront à exercer conjointement certains droits sur Feneur. En 1661, un acte de partage est conclu entre les États généraux des Provinces-Unies et le roi d'Espagne. Ce document prévoit la scission du comté de Dalhem. La seigneurie de Feneur est alors rattachée aux Provinces-Unies. En 1785, le traité de Fontainebleau amène le retour de Feneur (et de la quasi-totalité de la partie néerlandaise du comté de Dalhem) aux Pays-Bas autrichiens. La Révolution française supprime les institutions de l'Ancien Régime : Feneur est érigé en municipalité.

L'église Saint-Lambert

Au niveau religieux, la seigneurie de Feneur relève jusqu'en 1842 de la paroisse de Saint-Remy (Blegny). En 1842, un Arrêté Royal érige Feneur en paroisse. Celle-ci déborde sur le village voisin de Trembleur puisqu'elle en englobe les hameaux de Maroux et de la Neuve Waide. En 1844, construction de l'église St-Lambert. Pour éviter sa démolition, un groupement villageois entreprend sa restauration vers 1975. Ce groupement, les Moulyniers de Kerweer, organise désormais annuellement la fête villageoise et d'autres activités. Depuis 1977, Feneur fait partie de l'entité de Dalhem.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Eléments patrimoniaux intéressants :

  1. les trois moulins le long du Bolland, dont un est toujours en fonction,
  2. l'ancienne cour de justice (ferme seigneuriale)
  3. l'église St-Lambert (1844), dotée de beaux vitraux réalisés par Ph.Hochreiter et F. Geyer en 1897

Géographie[modifier | modifier le code]

Au niveau géographique, Feneur est représentatif du bocage du pays de Herve : habitat dispersé, noyau villageois réduit aux fonctions collectives (église, administration, poste, école, salle des fêtes) prédominance des prés et vergers haute-tiges, haies vives, chemins encaissés. L'urbanisation croissante et l'absence de volonté politique ont fortement dégradé ce paysage.


Liens internes[modifier | modifier le code]

Histoire

Géographie

Bibliographie[modifier | modifier le code]

J.CEYSSENS, Les bans, seigneuries laïques et immunités ecclésiastiques du pays de Dalhem, spécialement au XVe siècle, Liege, Printing C°, 1929.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, (ISBN 2-87386-409-5)