Femmouzes T.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Femmouzes T)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Femmouzes T. (de « famous trobairitz » néologisme occitano-anglais pour « femmes troubadours célèbres »)

Ce duo de musique populaire formé en 1992 par Rita Macêdo et Françoise Chapuis est inspiré par la musique du Nordeste brésilien et par la chanson française.

" Elles se sont fait connaître sur les marchés, avec leur tambourin et leurs drôles de chansons. Elles sont hors-système, hors modes "[1].

Leur compagnonnage artistique se perpétue dans un constant esprit de recherche. Rita Macêdo, brésilienne et fille du musicien de Bahia Osmar Macêdo, est installée depuis 1986 à Toulouse. Avec Françoise Chapuis, elles distillent une musique métissée, chantée en français, portugais et parfois occitan. Après une pause de 10 ans, les Femmouzes T composent et écrivent à nouveau depuis 2018. Un nouvel album pourrait bien voir le jour en 2019 !

Ce n'est pas marqué engagées au néon sur leur front, mais quand elles disent musiciennes on entend citoyennes à tue-tête. D.Langlois-Mallet - Politis

Ne règnent dans ce royaume de sonorités épicées que des sentiments de tolérance et de liberté. L.Perrin - Libération

Une véritable bombe d'allégresse, à faire danser la planète entière. B. Lescure - La Dépêche

Tournée 2018[modifier | modifier le code]

  • Samedi 20 janvier - Toulouse (31) - MJC Ancely
  • Samedi 24 mars - Lyon (69)- Festival Quand les souris dansent
  • Vendredi 6 avril - Vidéoconcert avec l' Université de l'Ohio (États-Unis)
  • Jeudi 19 avril - Toulouse (31)- La pause musicale
  • Samedi 2 juin - Saint Paul de Loubressac (46) Festival Saint-Paul à la rue
  • Jeudi 6 juin - Gratentour (31) - L'Entrepote
  • Samedi 14 juillet - Toulouse (31) - Le Banquet Républicain - CD31
  • Vendredi 27 juillet - Saint-Antonin Noble Val (82) - Festival Samba al Païs
  • Samedi 4 août - Le Castelet (83) - Françoise solo représente les Femmouzes T Pour le plateau spécial Sud
  • Dimanche 12 août - Sauveterre de Rouergue (12) - Grand Bal de l'AJAL
  • Samedi 18 août Uzeste (33) - Festival Hestejada De Las Arts / Uzeste Musical
  • Vendredi 31 août - Léguillac de Cercles (24) Café asso
  • Samedi 1er  septembre - Concores (46) Festi'Val Céou
  • Samedi 15 septembre - Castéra-verduzan (32) Festival Sous les pavés les Femmes
  • Samedi 29 septembre - Montech (82) - Festival Gueules de bars
  • Dimanche 30 septembre - Toulouse (31) Festival Folles Saisons
  • Mardi 13 novembre - Toulouse (31) Le Metronum - 1ère partie de Marya Andrade
  • Vendredi 23 novembre - La Redorte (11) Festival Kultur'Elles
  • Samedi 24 novembre - Muret (31) Salle polyvalente
  • Vendredi 7 décembre - Forcalquier (04) Le Kfé quoi ! Où sont passé les femmes ?

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

  • Issue d'une famille de musiciens brésiliens (elle est la fille du musicien brésilien Osmar Macedo[2]), Rita Macedo est née à Salvador de Bahia en 1965. Accordéoniste et chanteuse au sein des Femmouzes T, elle a découvert Toulouse, une ville où elle a su faire le lien entre le Brésil et la culture occitane, influencée par les Fabulous Trobadors : « C'est une langue très proche du portugais avec laquelle je me sens à l'aise. » « On essaie d'être sincères avec nous-mêmes, dit Rita, en évoquant des sujets qui nous touchent. On parle également d'amour, comme avec le poème de Beiris de Romans, une chanson en occitan du Moyen Âge, qui est une belle déclaration d'amour supposée entre deux femmes. Un texte qui aborde le thème de l'homosexualité, comme Homomachine : « c'est pour dédramatiser un sujet sur lequel il y a encore beaucoup d'idées préconçues. »
  • Née en 1967[2]. à Valence, Françoise Chapuis, percussionniste et chanteuse, vit elle aussi à Toulouse. C'est en participant au Comité organisateur du carnaval universitaire qu'elle a rencontré Claude Sicre, qui lui a fait découvrir le tambourin, instrument dont elle se sert sur scène : « Quand on a décidé de monter un duo accordéon-tambourin, certains pensaient que cela n'intéresserait personne », se souvient Françoise. (...) Françoise Chapuis doit beaucoup au registre brésilien qui l'a amenée à devenir musicienne : « J'aime le côté évident de cette musique, sa pratique au quotidien par des gens qui chantent parce qu'ils en ont envie. Simplement. »

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Rita Macedo et Françoise Chapuis se rencontrent à Toulouse[3] en 1990. Deux ans plus tard, inspirées par les Fabulous Trobadors, elles forment le duo Femmouzes T.

Elles se sont rencontrées à Toulouse par l'intermédiaire de Claude Sicre et des Fabulous Trobadors : « Nos routes se sont croisées au moment où Françoise faisait partie de COCU, le Comité organisateur du carnaval universitaire de Toulouse », raconte Rita. C'était en 1986, le Comité avait fait venir une école de samba de Rio et un trio electrico, ces gros chars carnavalesques, dont mon père (Osmar Macedo) est un des inventeurs. À l'occasion de ce grand carnaval à Toulouse, ma famille est venue jouer avec mes quatre frères. Moi, je suis arrivée un an plus tard, invitée par les membres du COCU, dont faisait partie Claude Sicre. »[4]

Trois titres écrits par Claude Sicre figurent sur leur premier album, sorti en juin 1996[5]. Leur deuxième album, paru en 2000, est réalisé par Jean-Marc Enjalbert, human beatbox des Fabulous Trobadors, et mixé par Michel Eskenazi. Il est enregistré dans le studio de la compagnie Lubat. Bernard Lubat et André Minvielle sont invités sur le titre Uzeste Festival[6],[7]. Le guitariste Serge Faubert et le percussionniste brésilien Eraldo Gomez accompagnent le duo sur l'album et la tournée Tripopular, 2005. L'album est réalisé par Serge Faubert[8].

Collaborations et tournées[modifier | modifier le code]

Le duo se produit en Europe, ainsi qu'en Afrique, au Moyen-Orient, au Canada et au Brésil[6]. En 2002, elles chantent sur le titre Le Pétrin, qui figure sur l'album Champ libre du groupe La Tordue. En 2004, les Femmouzes T se produisent au Festival des troubadours de Fortaleza au Brésil[6]. Elles participent à l'album Carnet de bord de Bernard Lavilliers, qu'elles accompagnent également en tournée. Elles se produisent au Bataclan à l'occasion des soirées « de libre circulation » organisées par Les Têtes Raides[9],[10].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Femmouzes T (Willing Productions/Scalen, 1996)
  • 2 (Créon/Virgin, 2000)
  • Tripopular (Shaoline Music/Mosaïc Music, 2005)

Références[modifier | modifier le code]

  1. J-P Damaggio, « LES FEMMOUZES T - THE KONKI DUET - NICOLAS PEYRAC - POLO du 11 mars 2005 - France Inter », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  2. a et b « La chanson "manifestive" des fameux Femmouzes T », L'Humanité,
  3. Benjamin MiNiMuM, « Femmouzes T » (version du 8 mai 2008 sur l'Internet Archive), Mondomix.
  4. J-P Damaggio, « Femmouzes T en 2005 », Vie de La Brochure,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2018)
  5. Soeuf Elbadawi, « Femmouse T – Femmouze T » (version du 19 mai 2012 sur l'Internet Archive), Chronic'art.
  6. a b et c « Femmouzes T » (version du 7 mars 2016 sur l'Internet Archive), Mondomix, 3 mai 2004.
  7. « T pour Toniques ! », RFI,
  8. Chronique de Tripopular sur le site de RFI,
  9. Chronique de Carnet de bord sur le site de RFI,
  10. « Les Têtes raides font leur Bataclan », RFI,

Liens externes[modifier | modifier le code]