Femelle alpha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En zoologie, la femelle alpha - ou femelle dominante - est l'individu d'un groupe d'animaux que les autres membres suivent, auxquels ils obéissent ou se soumettent.

Canidé[modifier | modifier le code]

Louve[modifier | modifier le code]

Selon l'auteur d'ouvrages naturalistes Maurice Dupérat, « En principe, toutes les femelles adultes peuvent s'accoupler mais, sauf dans les très grandes meutes, seule la femelle alpha s'arroge ce privilège. Celle-ci affirme avec vigueur et autorité sa supériorité, pratiquant une sorte de castration psychologique sur les autres femelles qui n'entrent pas en chaleur[1]. »

Le philosophe Mark Rowlands évoque l'hypothèse d'un stress social pour expliquer ce phénomène[2].

Lycaon[modifier | modifier le code]

Selon Thierry Lodé chez les lycaons ( lycaon pictus ) de la savane africaine : « La femelle alpha reste si possessive qu'elle confisque les nouveau-nés d'une femelle au rang moins élevé dans la hiérarchie du groupe. Cette jalousie tyrannique contrôle ainsi le nombre de bouches à nourrir[3]. »

Pour le psychiatre et éthologue Rolf Schäppi, chez les lycaons, « la femelle alpha s'oppose à toute tentative de copulation d'une autre femelle de la meute. Si une femelle subordonnée réussit tout de même à mettre bas, la femelle dominante tuera ses chiots[4]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Dupérat, Le Loup, Éditions Artemis, 2005. partie : Amours.page 53
  2. Mark Rowlands, Le Philosophe et le loup, éditions Belfond/Place des éditeurs, 2010
  3. Thierry Lodé, La Guerre des sexes chez les animaux, éditions Odile Jacob, Paris, 22 mars 2007, chapitre 15 : « Les désordres de l'amour »
  4. Rolf Schäppi, La femme est le propre de l'homme: De l’éthologie animale à la nature humaine, éditions Odile Jacob, Paris, 2002

Articles connexes[modifier | modifier le code]