Felix von Luckner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Felix Von Luckner
Description de l'image Luckner.png.
Naissance
Dresde, Allemagne
Décès (à 84 ans)
Malmö, Suède
Nationalité Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand

Le comte Felix Von Luckner (18811966) est devenu célèbre au début du XXe siècle pour la manière dont il a participé aux opérations navales pendant la Première Guerre mondiale : à bord d'un voilier, ce qui lui donne les apparences des guerres anciennes et ce qu'une analyse superficielle assimile à la guerre de course.
En réalité, Luckner était un militaire, parti sur ordre de l'État-major de la Marine, contrairement aux corsaires qui étaient des civils et agissaient en toute autonomie après avoir obtenu une lettre de course. L'autonomie de Luckner était une autonomie de fait, seulement due à l'éloignement (il croisait dans le Pacifique) et le choix de faire la guerre sur un voilier était un choix tactique. Quant à ses attaques contre des navires marchands, elles étaient seulement dues au fait qu'un voilier ne pouvait s'attaquer à des navires de guerre.
Rien de cela n'en fait un ’’corsaire’’ (civil faisant la guerre de façon autonome après en avoir obtenu l'autorisation par les autorités). La ressemblance est donc parfaitement fortuite et de pure imagination d'autant que la guerre de course avait été interdite en 1856 par le traité de Paris mettant fin à la guerre de Crimée, signé notamment par la Prusse. Son arrière-grand-père était Nicolas Luckner, à qui Rouget de Lisle dédia, en avril 1792, son célèbre Chant de guerre pour l'armée du Rhin, autrement nommé, par la suite, la Marseillaise.

Rationnalité stratégique[modifier | modifier le code]

Mener la guerre navale au début du XX° avec un voilier (équipé, il est vrai, d'un puissant Diesel d'appoint et d'un poste émetteur récepteur de TSF performant) peut sembler un anachronisme économique et militaire. En fait il faut se souvenir qu'à cette époque certaines lignes maritimes étaient inexploitables économiquement à la vapeur (coût du charbon et manque de dépots de combustible) et c'étaient justement les lignes maritimes utilisant des grands voiliers d'acier de 4000 tonnes et plus qui transportaient des matériaux stratégiques pour l'effort de guerre allié: D'abord le Nitrate de soude du Chili dont la société d'armement Bordes s'était fait une quasi exclusivité (Engrais chimique en temps de paix, comme le guano, le nitrate de sodium était un composant indispensable à la confection des poudres et explosifs en temps de guerre), et ensuite le nickel de Nouvelle Calédonie, indispensable aux aciers spéciaux, transporté notamment par les grands minéraliers à voile de la maison rouennaise Prentout et Leblond, tels le célèbre cinq mâts France II.

La manière la plus évidente de les attaquer était le blocus des côtes européennes par les U boot, mais la défense contre les sous -marins ne tarda pas à s'organiser: navires-pièges ou Q ships , grenades sous-marines , convois protégés, armement de certains navires de commerce, patrouilles fréquentes en Manche, mesures de détection et d'espionnage ...etc.

En attaquant les grands voiliers (en général dépourvus de radio et de canons) dans l'Atlantique sud ou le Pacifique, la marine du Kaiser pouvait ajouter à peu de frais une corde à son arc.

La guerre en voilier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : SMS Seeadler (1878).

En 1917, il connut son heure de gloire dans le Pacifique sud à bord du trois-mâts allemand le Seeadler.

Ce grand voilier en fer, paisible en apparence, était en réalité un vaisseau bien armé de 1700 tonneaux. Le Seeadler avait quitté l'Allemagne en décembre 1916, avec pour mission d’attaquer, de piller et de couler le maximum de cargos alliés à travers le monde. Sous le camouflage d’un inoffensif navire de commerce, il adoptait, selon les circonstances, l’apparence d’un navire britannique ou américain afin de mieux tromper ses proies, pouvoir les approcher sans risque et ne se dévoiler qu'au moment fatidique.

Il captura ainsi quatorze navires marchands dans l’Atlantique et trois dans le Pacifique. Il faut noter ici que, a priori, aucune victime directe de part et d'autre ne fut à déplorer. La tactique était simple : une fois le navire ennemi capturé, l'équipage du capitaine von Luckner transférait la cargaison trouvée sur la prise dans les cales du Seeadler (quand celle-ci avait de la valeur), et s’emparait de la caisse du bord détenue par le commandant (les navires transportaient toujours une bonne quantité de monnaies d’or, permettant, où qu’on se trouve, de faire face aux dépenses du navire et aux achats de marchandises). Puis, après avoir recueilli sur son propre navire l’équipage prisonnier, il coulait au canon le cargo prisonnier afin qu’il n’en reste plus aucune trace.

Le Seeadler fit naufrage en août 1917 sur l'atoll de Mopelia, dans l’ouest de la Polynésie, à cause d'un tsunami. Les Allemands et leurs prisonniers, naufragés sur l'île déserte, vécurent quelques semaines ensemble dans des camps de fortune. Loin de se résigner, le comte gréa un canot à moteur de 6 mètres d'une voile et partit vers les îles Fidji avec cinq hommes avec le projet de capturer un autre navire et continuer la guerre.

Après un voyage de quatre semaines, ils furent enrôlés sur un navire américain, mais rapidement découverts et faits prisonniers. Après s'être évadés et ayant pris une goélette, la Moa, ils furent arraisonnés par un navire britannique et conduits en prison en Australie, où ils attendirent la fin de la Première Guerre mondiale.

La guerre de course étant interdite depuis 1856, toute opération de guerre ne pouvait légalement être menée que par des militaires. Si Luckner et son équipage avaient été civils, ils auraient été considérés comme pirates et pendus.

Liens externes[modifier | modifier le code]