Felix Baumgartner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Felix Baumgartner
Description de cette image, également commentée ci-après
Felix Baumgartner en avril 2013.
Alias
B.A.S.E. 502
Naissance (51 ans)
Salzbourg (Autriche)
Nationalité Drapeau de l'Autriche Autriche
Pays de résidence Drapeau de la Suisse Suisse[1]
Profession
Parachutiste et base jumper
Activité principale
Parachutiste
Autres activités
Sport automobile

Felix Baumgartner, né le à Salzbourg, est un parachutiste et sauteur extrême autrichien qui a battu plusieurs records du monde dont, le 14 octobre 2012, celui du saut du plus haut (38 969,4 m), devenant le premier à dépasser le mur du son en chute libre à Mach 1,25 (1 357,6 km/h).

Biographie[modifier | modifier le code]

Depuis son plus jeune âge, il est passionné de parachutisme, de vol et de chute libre. Il effectue son premier saut à 18 ans, puis l'année suivante, en 1988, il s'intéresse au saut extrême, activité qui lui permet ainsi de sauter de divers endroits originaux mais dangereux tels que des ponts et des tours. À 18 ans, il s'engage pour cinq ans dans l'armée autrichienne. C'est à cette époque qu'il se perfectionne dans les sauts aériens en s'entraînant à atterrir dans de petites zones ciblées et devient ainsi sauteur parachutiste. Il est connu pour la nature dangereuse des sauts réalisés durant sa carrière. Le , il est devenu le premier homme à franchir le mur du son en chute libre après avoir sauté d'une altitude de 39 376 mètres[2].

Base-jump[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative Felix Baumgartner à la Straße der Sieger à Vienne.

En 1999, Felix Baumgartner a établi le record du monde du plus haut saut en parachute depuis un immeuble (base-jump) en sautant des tours Petronas de Kuala Lumpur en Malaisie. Le 7 décembre 1999, Felix Baumgartner a établi le record du monde de saut extrême le plus bas jamais effectué, en sautant de la main du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro au Brésil.

Traversée de la Manche en chute libre[modifier | modifier le code]

Le 31 juillet 2003, il fut la première personne à traverser la Manche en chute libre en utilisant une aile en fibre de carbone fabriquée spécialement pour cet événement[3]. Le 27 juin 2004, Felix Baumgartner fut également la première personne à effectuer un base jump du viaduc de Millau en France ainsi que la première personne à atterrir en parachute sur ce même ouvrage. Le 18 août 2006, il fit un saut extrême du Turning Torso, gratte-ciel de 190 m situé à Malmö en Suède[4]. Le 12 décembre 2007, il fut la première personne à sauter du 91e étage du gratte-ciel Taipei 101 à Taipei, capitale de Taïwan qui à cette époque était le plus haut immeuble au monde.

Franchissement du mur du son[modifier | modifier le code]

Le 14 octobre 2012, Felix Baumgartner devient le premier homme à franchir le mur du son en chute libre en atteignant Mach 1,25 (1 357,6 km/h), 65 ans jour pour jour après le premier franchissement du mur du son en avion par Chuck Yeager.

Équipé d'une combinaison pressurisée munie d'un récepteur GPS et d'une centrale inertielle permettant de mesurer sa vitesse et son orientation, ainsi que d'un enregistreur pour la validation de ses records[5], Felix Baumgartner prend place dans une capsule suspendue à un ballon gonflé à l'hélium et haut de 101 à 180 m (selon l'altitude et la pression), qui le hisse à 39 068 m d'altitude[réf. nécessaire]. Il s'en élance à 38 969,4 mètres[6], et effectue une chute libre de 36 402,6 m[6], battant ainsi les records du monde d'altitude atteinte par un homme en ballon, d'altitude de saut en parachute et de chute libre, homologués par la Fédération aéronautique internationale (FAI).

Au cours de sa carrière, il a modifié son comportement et sa façon d'envisager les sauts[7]. Le sauteur explique cette transformation par une synthèse de ses rêves de jeunesse et de l’expérience acquise au fil des années[8].

Prémices du projet[modifier | modifier le code]

En janvier 2010, Felix Baumgartner conclut avec une équipe de scientifiques le projet Red Bull Stratos, en vue de battre le record du plus haut saut en parachute[9]. Le projet de Baumgartner était de réaliser un saut depuis la stratosphère à une hauteur de 36 600 m au départ d'une capsule suspendue à un ballon stratosphérique gonflé à l'hélium, avec l'intention d'être le premier parachutiste à passer le mur du son[10],[11],[12].

Joseph Kittinger qui, avec le projet Excelsior, détenait le record du monde que Baumgartner voulait battre, l'a conseillé afin que les scientifiques puissent récolter des données sur la génération future des combinaisons pressurisées[9],[13].

Le , Red Bull annonce qu'il arrête ce projet[14], à la suite du dépôt de plainte en avril auprès de la Cour suprême de Californie, à Los Angeles, de Daniel Hogan, un entrepreneur revendiquant la paternité du concept de saut en parachute depuis l'espace et accusant Red Bull de lui avoir volé l'idée[15]. L'action en justice est résolue à l'amiable en juin 2011. Le 5 février 2012, le journal The Daily Telegraph annonce que le projet sera réalisé[16].

Essais[modifier | modifier le code]

Le , équipé d'une tenue d'astronaute, Felix Baumgartner réalise le premier des deux sauts test depuis 21 818 m. Durant ce saut d'entraînement, il reste durant min 43 s en chute libre et atteint une vitesse de plus de 580 km/h. Au total, le saut dura min 8 s. Il devient le troisième à effectuer sans dommage un saut en parachute d'une hauteur de plus de 21,7 km[17]. Le , il saute en parachute d'une altitude de 29 456 m[18], atteignant la vitesse de 805 km/h[19].

Tentatives annulées[modifier | modifier le code]

Le , il prévoit de sauter de 120 000 pieds de haut (plus de 36 000 m)[20]. Cependant l'opération est annulée à cause des conditions météorologiques, et plus particulièrement à cause de vents forts, ainsi qu'une nouvelle tentative le lendemain.

Tentative réussie[modifier | modifier le code]

Lancement[modifier | modifier le code]

Le lancement du ballon stratosphérique a eu lieu le à 17 h 31, heure française, supervisé par un centre de contrôle (mission control) basé à Roswell dans l'État américain du Nouveau-Mexique et retransmis en direct sur le site internet du projet, sur YouTube ainsi que sur de nombreuses chaînes de télévision.

Ascension[modifier | modifier le code]

Le ballon rempli d'hélium atteint l'altitude de 10 000 m en 26 minutes, à une vitesse variant de 5,2 m/s à 5,8 m/s, puis celle de 20 000 m en h 5, le vétéran Joseph Kittinger restant tout ce temps en contact radio avec Felix Baumgartner.

L'altitude de 39 000 m est atteinte à deux reprises, une première fois après h 29 d'ascension et une deuxième fois après h 34. La plus haute altitude (39 068 m) est atteinte après h 35 min 40 s. h 37 après le lancement, et après la vérification avec Kittinger des nombreux points de la check-list, Baumgartner s'élance à 38 969,40 m d'altitude dans une chute libre de min 19 s et 36 402,6 m[6], devenant le premier homme à dépasser le mur du son sans propulsion et atteignant la vitesse maximale de 1 342,8 km/h — au bout de (45,5 ± 0,5) secondes — avant d'ouvrir son parachute à 2 500 m d'altitude (et une vitesse d'environ 200 km/h) et de se poser sans encombres après une chute totale de min 3 s[21].

Records[modifier | modifier le code]

À l'occasion de ce vol en ballon et de ce saut, Felix Baumgartner a battu quatre records, homologués par la Fédération aéronautique internationale :

  • record d'altitude pour un vol en ballon habité (39 068 m ; le précédent record de 34 668 m détenu par Victor Prather et Malcolm Ross depuis 1961 a été battu par Baumgartner après h 1 min 54 s d'ascension) ;
  • record du saut le plus haut du monde à 38 969,40 m d'altitude[6] ;
  • record de chute libre avec 36 402,6 m[6] ;
  • premier homme à dépasser le mur du son en chute libre, avec une vitesse de 1 357,6 km/h et Mach 1 25[6]. Il franchit donc le mur du son 65 ans jour pour jour après Chuck Yeager, qui fut le premier homme à franchir cette barrière grâce à un avion à moteur fusée.

Le 16 août 1960, le colonel Joseph Kittinger, pilote de l'US Air Force,`` avait sauté d'une altitude de 31 300 mètres, atteint une vitesse de plus de Mach 0,9. Sa chute libre avait duré min 32 s (contre min 19 s pour Baumgartner[22]) mais la performance n'avait pas été homologuée, car Kittinger n'avait pas déclenché lui-même l'ouverture de son parachute mais celui-ci s'était ouvert grâce à la procédure d'urgence. Baumgartner s'est donc vu attribuer le record de durée de chute[réf. nécessaire].

À l'exception de la vitesse de chute, ses records sont battus le 24 octobre 2014 par Alan Eustace qui a sauté de 41 419 m.

Politique[modifier | modifier le code]

Deux semaines après avoir établi son record de 2012, Félix Baumgartner se déclare partisan d'une « dictature modérée dirigée par des personnalités expérimentées issues de l'économie privée »[23],[24]. « Tu ne peux rien modifier dans une démocratie », a-t-il affirmé[25], tout en soulignant « ne pas vouloir s'engager en politique ».

Sport automobile[modifier | modifier le code]

Félix Baumgartner participe à de nombreuses courses automobiles, notamment les 24 Heures du Nürburgring[26].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Ma vie en chute libre : Mémoires supersoniques, autobiographie, Flammarion, 2013, 221 pages.

Le saut depuis la stratosphère de Félix Baumgartner fait l'objet de l'exercice de physique du baccalauréat français de juin 2015 en série scientifique[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) About Felix - Site officiel, consulté le 26 février 2013 (voir archive)
  2. « Felix Baumgartner, 39 000 mètres et un mur du son », Libération/AFP,
  3. (en) Birdman Flies Atair Parachutes Across English Channel - Atairaerospace.com, 21 novembre 2003 (voir archive)
  4. (sv) Pr-jippo kan sluta med åtal
  5. (en) Chest pack - Redbullstratos.com
  6. a b c d e et f (en) « Felix Baumgartner jumped from Space five years ago », sur www.fai.org, (consulté le 9 février 2020)
  7. « Qui est ce Felix Baumgartner ? », Eurosport/AFP,
  8. François Varin, « Félix Baumgartner : "J'ai toujours voulu voler" », Blog Lesmondesdepval.com,
  9. a et b (en) Space diver to attempt first supersonic freefall - New Scientist, 22 janvier 2010
  10. (en) Man to Break Sound Barrier Jumping from Edge of Space - Jesus Diaz, Gizmodo.com, 22 janvier 2010
  11. (en) Faster than the speed of sound: the man who falls to earth - The Independent, 25 janvier 2010
  12. (en) Daredevil to Plunge From Outer Space in Supersonic Suit - John R. Quain, Fox News Channel, 11 avril 2010
  13. (en) « A Supersonic Jump, From 23 Miles in the Air », sur The New York Times,
  14. (en) Red Bull GmbH and Red Bull North America Inc have decided to stop the Red Bull Stratos programme with immediate effect. - Red Bull, 18 octobre 2010 (voir archive)
  15. (en) Lawsuit Grounds Red Bull - Andy Pasztor, The Wall Street Journal, 12 octobre 2010
  16. (en) Sky diver to break sound barrier with jump from edge of space - Richard Gray, The Daily Telegraph, 5 février 2012
  17. (en) Skydiver jumps 13.6 miles on path to world's highest jump - Marcia Dunn, The Christian Science Monitor/AP, 15 mars 2012
  18. Un saut en parachute à 29 456 m - Le Figaro, 25 juillet 2012
  19. Une chute libre de 29 kilomètres à 805 km/h - Le Monde, 26 juillet 2012
  20. Journal de 13 heures, France 2, dimanche 14 octobre 2012
  21. Felix Baumgartner bat le record du monde du saut en chute libre et franchit le mur du son - Le Monde/AFP, 14 octobre 2012
  22. (en) Red Bull Stratos Replay - Dailymotion, 14 octobre 2012 [vidéo]
  23. Baumgartner veut « la dictature modérée », Le Figaro, .
  24. Felix Baumgartner plaide pour « une dictature modérée », Metronews, .
  25. Felix Baumgartner : « Tu ne peux rien modifier dans une démocratie », L'Express, AFP, .
  26. Laurent Mercier, « Phoenix Racing (Audi) fait chuter la concurrence dans l’Enfer Vert ! », Endurance-info.com,
  27. « Bac S 2015 : découvrez les sujets de physique et chimie », sur Le Monde,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]