Felipe Polleri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Felipe Polleri
Nom de naissance Felipe Polleri Sierra
Naissance (66 ans)
Montevideo
Activité principale
écrivain, romancier

Felipe Polleri, né le à Montevideo, est un écrivain uruguayen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de bibliologie, il travaille d’abord à la Bibliothèque nationale de l'Uruguay à Montevideo, avant de se consacrer entièrement à l’écriture à partir de 1995[1]. Depuis 2003, il collabore régulièrement à El País Cultural. Il s’inscrit dans le groupe des « bizarres », son œuvre se caractérise par un néo-expressionnisme féroce.

Il est l’auteur d’une dizaine de livres publiés en Uruguay : Carnaval (1990), Colores (1991), Amanecer en Lisboa (1998), El rey de las cucarachas (2001), Vidas de los artistas (2001), El alma del mundo (2005), Gran ensayo sobre Baudelaire (Hum, 2007), La inocencia (Hum, 2008), ¡Alemania, Alemania! (Hum, 2013).

Son dernier livre Los sillones marchitos (Hum, 2012) est également son premier livre traduit en français[2]. Il paraît en France en 2013 aux éditions Christophe Lucquin Éditeur[3] sous le titre L’Ange gardien de Montevideo.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es)Andrés Ricciardulli, « "La literatura edificante la dejo para la gente de bien" », sur elobservador.com.uy,
  2. Christian Roinat, Espaces latinos, 23 octobre 2013
  3. « Catalogue des éditions LC Christophe Lucquin Éditeur », sur lautrelivre.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]