Felice Varini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varini.
Felice Varini
Felice Varini.jpg
Felice Varini à Saint-Nazaire en 2007.
Naissance
(67 ans)
Locarno, Drapeau de la Suisse Suisse
Nationalité
Activité

Felice Varini[1], né le à Locarno (Suisse), est un peintre et plasticien contemporain suisse.

Son travail prend souvent des formes spectaculaires : il utilise comme support, les lieux et les architectures des espaces sur lesquels il intervient en utilisant la technique de l'anamorphose qui permet de recomposer une forme à partir d'un point de vue unique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Felice Varini est né en 1952 à Locarno[2], au bord du Lac Majeur dans le canton du Tessin. Les artistes Alberto Giacometti et Niele Toroni sont aussi originaires de cette région proche de l'Italie et où l'on parle Italien. Il étudie le dessin puis les arts de la scène et s'installe à Paris en 1978[3]. La première œuvre répertoriée de l'artiste figure dans un catalogue monographique publié en 2004 par l'éditeur Lars Müller[4] : elle porte le nom de Quai des célestins no 1[5], elle a été réalisée à la peinture acrylique dans un appartement privé à Paris en 1979.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Suite de Triangles (2007), installation, port de Saint-Nazaire.

La peinture nécessite une surface, Felice Varini définit « l'espace architectural, et tout ce qui le constitue »[6] comme son terrain d'action et le support premier de sa peinture. « Aller au delà du cadre »[7] et [8], c'est avec ces quelques mots qu'il lance l'explication d'une manière de travailler et une caractéristique importante de sa démarche artistique : il joue avec l'horizon, des espaces intérieurs aux espaces extérieurs et toujours in situ[8], appartements, galeries, musées, entrepôts mais aussi rues, places ou même villes, pour y déployer ses couleurs : les hangars du port[9] de Saint-Nazaire avec Suite de triangles, mais aussi la place de l'Odéon à Paris[10] ou les maisons du village de Vercorin[11].

En 2000, il réalise Ellipse orange évidée par sept disques, une anamorphose pour le musée des Beaux-Arts de Nancy. En avril 2018, il réalise une nouvelle œuvre temporaire sur les murs de la Cité de Carcassonne, en utilisant toujours la technique de l'anamorphose, baptisée Concentrique, excentrique et constituée de cercles concentriques jaunes.

Méthodes[modifier | modifier le code]

Repérage et réalisation[modifier | modifier le code]

Pour élaborer une intervention, Felice Varini effectue invariablement une première approche qui consiste à parcourir le lieu en étudiant « son architecture, ses matériaux, son histoire et sa fonction. »[6] C'est ainsi qu'il va définir l'espace de son action mais aussi ce qu'il nomme « le point de vue »[6], l'endroit où la forme apparaît construite.

Le point de vue est choisi avec précision et il est situé à hauteur des yeux, « localisé de préférence sur un passage obligé, par exemple une ouverture entre une pièce et une autre, un palier, etc. »[6] Avec l'ensemble de ces données, Felice Varini met au point un dessin en utilisant des formes géométriques simples : l'artiste explique employer des « carrés, triangles, ellipses, cercles, rectangles, lignes. »[6] Ce dessin est ensuite imprimé sur un film transparent qui sera projeté sur et dans le lieu à l'aide d'un appareil de projection.

« Je pars d’une situation réelle pour construire ma peinture. Cette réalité n’est jamais altérée, effacée ou modifiée, elle m’intéresse et elle m’attire dans toute sa complexité. Ma pratique est de travailler ici et maintenant[6]. »

Anamorphose de Varini à la Cité de Carcassonne - avril 2018
Anamorphose à la Cité de Carcassonne en avril 2018.

Il prépare son travail à l’aide de rubans adhésifs, fil à plomb, ou de rayons lumineux. Depuis les années 1980, Varini élabore une peinture qui se déploie dans l’espace architectural. À partir des données spatiales qu’il relève, il définit le point de vue autour duquel son intervention se matérialisera. La forme peinte trouve sa cohérence quand le spectateur se tient en ce point. Lorsqu’il s’en écarte et se déplace, elle rencontre l’espace. C’est dans l’ensemble des points de vue que réside le travail.

Felice Varini travaille dans des espaces à chaque fois différents et ses œuvres évoluent en relation avec ceux-ci. Il utilise le pastel, le papier sérigraphique ou l’acrylique pour créer dans l’espace des formes géométriques, souvent à une échelle monumentale.

Le point de vue choisi est créé pour fonctionner comme point d'arrivée pour la lecture de la peinture et de l’espace. La forme peinte est donc cohérente quand l'observateur est situé au point de vue ; en se déplaçant, il sort du point de vue et le travail, en rencontrant l’espace architectural, dévoile un grand nombre de formes. Pour l’artiste, le point de vue n’est pourtant pas l’endroit où il voit son travail achevé puisque ce point tient dans l’ensemble des points de vue que le spectateur peut avoir sur lui.

Les œuvres de Felice Varini prennent forme dans un espace et ce dernier peut influencer en retour, la création. L’artiste souligne toutefois l'indépendance que garde son travail par rapport aux architectures rencontrées.

Felice Varini a été nommé pour l'édition 2000-2001 du prix Marcel-Duchamp[12].

Parmi ses nombreuses réalisations dans l’espace public se trouvent celles du village suisse de Vercorin en 2009, de l’université de Nagoya au Japon en 2008, celle pour la ville de Saint-Nazaire réalisée à l’occasion de la biennale Estuaire en 2007 puis en 2009, l’œuvre Three ellipses for three locks[13] commandée pour le barrage de la baie de Cardiff en 2007, l’œuvre du MAC/VAL réalisée en 2005, celle de 2002 du siège social de Peugeot à Paris, ou encore celle du siège de la Société générale à La Défense.

Il investit l’orangerie du château de Versailles en 2006 à l’occasion de Versailles off[14] et propose Huit carrés[15]. La même année, dans le cadre de Magenta éphémères, il présente son œuvre Sept droites pour cinq triangles inscrite sur l’hôpital Lariboisière et la gare du Nord à Paris. L'œuvre avait été présentée pour la première fois en 2003 place de l’Odéon dans le cadre de la Nuit blanche et acquise par la Ville de Paris. Il expose à Paris au musée Bourdelle en 2006, à La Maison rouge, fondation Antoine-de-Galbert en 2007, il intervient aussi pour l'Osaka Art Kaleidoscope. Il participe à la Biennale de Singapour en 2008 et au Niigata Water and Land Art Festival au Japon, en 2009.

Il expose en 2013 à La Maréchalerie centre d'art contemporain de l'École nationale supérieure d’architecture de Versailles, où il conduit un atelier destiné aux élèves de l'institution[16].

Dans de cadre de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture, Felice Varini réalise une œuvre monumentale à Salon-de-Provence intitulée Double disque évidé par les toits. Cette œuvre, dont le point de vue se situe sur la terrasse de la cour nord du château de l'Emperi, investit les toits et façades des maisons de la ville.

En 2017, il participe au projet Ligne de partage des eaux dans le parc naturel régional des Monts d'Ardèche, en tracant des cercles d'or dans l'abbaye cistercienne de Mazan. Il réintroduit ainsi un ordre rigoureux et une valeur spirituelle dans le désordre des ruines laissées par l'histoire.

Expositions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Felice Varini. 46 pièces à propos et suite, Baden, Lars Müller Publisher, 1993.
  • (it) Due diagonali incrociate. Felice Varini 1997, Linz, Kunstreferat der Diözese, 1998.
  • Felice Varini, Studio Dabbeni, 1999.
  • (it) Bellinzona : l'inserimento di Castelgrande, Montebello, Sasso Corbaro e la Murata nel patrimonio mondiale Unesco segnato dall'intervento di Felice Varini nelle foto di Jordi Bernadó, Pino Brioschi, André Morin e Pino Musi, Mendrisio, goe-gabriele capelli Editore, 2003.
  • Felice Varini dans l'exposition sans consentement, Neuchâtel, CAN, 2003.
  • Felice Varini. Points de vue, Baden, Lars Müller Publisher, 2004.
  • Felice Varini, Studio A, Ottendorf, 2005.
  • Felice Varini, Burg Bederkesa, Bederkesa, 2005.

Documents audio-visuels[modifier | modifier le code]

  • Felice Varini, réalisation Giovanni Varini, production du musée d'Art moderne de la ville de Paris, vidéo, 22 min, couleurs, français, 1993.
  • Felice Varini, réalisation Christophe Loizillon, production Agat Film/Centre Georges Pompidou, 21 min, français, 1997.
  • Segni di Felice Varini. Réalisation Giovanni Varini, production Città di Bellinzona, Suisse, 25 min, 2002.
  • Rectangle orange évidé par cinq disques via le passage, réalisation Antoine de Roux, production Peugeot/Saguez/Double Élephant[18], 18 min, français, 2003.
  • Felice Varini 7 droite pour 5 triangles, réalisation Antoine de Roux, production Double Élephant, 45 min 38 s, DVD, français, 2004.
  • CCS-02 Varini, réalisation Antolin Sànchez, production Television de Actualidad, Caracas, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Felice Varini, Notice d'autorité, BNF
  2. (en) « VARINI, Felice (born 1952), Painter, environmental artist », sur oxfordindex.oup.com (consulté le 23 septembre 2015).
  3. Marie Marques, Felice Varini, Paris, 1998.
  4. (de)(en)Felice Varini, Lars Müller Publishers, 2004.
  5. Lars Müller, Felice Varini : Points De Vue, Google Books.
  6. a b c d e et f Felice Varini, Démarche, Site de l'artiste.
  7. Aller au-delà du cadre, collège Françoise Dolto de Pont-à-Marcq, blog Arts plastiques.
  8. a et b Des cercles, des toits, des façades, Versailles, Centre d'art contemporain, La Maréchalerie.
  9. Suite de triangles, Saint-Nazaire, 2007, Estuaire, Nantes. Saint-Nazaire, Le paysage, l'art et le fleuve.
  10. Felice Varini, Sept droites pour cinq triangles, film documentaire, Double Elephant, 2004.
  11. Felice Varini, peintre-plasticien, film de David Teboul, L'art et la manière, Arte.
  12. « Felice Varini », site de L’ADIAF.
  13. Three ellipses for three locks, Site de Felice Varini.
  14. [PDF] « Felice Varini », dossier de presse sur le site de la galerie Xipas.
  15. Huit carrés, Site de Felice Varini.
  16. [PDF] versailles.archi.fr
  17. Site de la Fédération française des paysages.
  18. Double Élephant, agence de communication et de production audiovisuelle.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]