Felice Blangini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Felice Blangini
Felice Blangini 1820.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Genre artistique

Giuseppe Marco Maria Felice Blangini est un compositeur italien. Né à Turin le , il est décédé à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Organiste de la Cathédrale de Turin à l'âge de 12 ans, il commence à composer des messes et des opéras dès 14 ans. En 1799, il s'installe à Paris où ses romances et ses nocturnes obtiennent un grand succès[1] alors que ses opéras restent dans l'ombre. Maître de chapelle du roi de Bavière (1805), il devient directeur de la musique de la princesse Borghèse, sœur de Napoléon I (1806) puis entre au service du roi de Westphalie (1809. De retour en France en 1814, il devient surintendant honoraire et compositeur du roi sous la Restauration et professeur de musique. Il le restera jusqu’à la Révolution de 1830. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui doit plus de cent soixante dix chansons, romances et nocturnes vocaux ainsi que, entre autres :

  • La Fausse duègne (1799)
  • Chimène et la réalité, Rêve et réalité (opéra) (1803)
  • Nephtali ou les ammonites (opéra) (1806)
  • L’excursion de Caliphe, Inès de Castro (1810)
  • Les Fêtes lacédémoniennes (1807)
  • Le Sacrifice d’Abraham (1810)
  • Le jeune-oncle (opéra-comique) (1821)
  • Le Coureur de veuves (comédie) (1827)
  • La marquise de Brinvilliers (opéra) (1831)
  • Les gondoliers (opéra-comique) (1833)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 1 : A-G, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-06510-7), p. 441
  • Souvenirs de F. Blangini (1835)
  • Paul Scudo, Critiques et littérature musicales, 1856, p. 337
  • La Revue de Paris (T.1, 1841), p. 37
  • Xavier Rey, Niccolo Paganini : Le romantique italien, L'Harmattan, 1999, p. 48

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.309
  2. http://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=725

Liens externes[modifier | modifier le code]