Federico Zuccari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Federigo Zuccaro)
Federico Zuccari
Image dans Infobox.
Fede Galizia, Portrait de Federico Zuccari (1604),
Florence, galerie des Offices.
Naissance
Décès
Activités
Maîtres
Lieu de travail
Mouvements
Père
Ottaviano Zuccari (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Federico Zuccari, ou Zuccaro, né en 1542 ou 1543 à Sant'Angelo in Vado et mort en 1609 à Ancône est un peintre et architecte italien des Marches en Italie centrale.

Il est considéré comme l'un des maîtres du maniérisme romain dans la seconde moitié du Cinquecento.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille noble à Sant'Angelo in Vado, alors dans le duché d'Urbin dans l'actuelle région d'Italie centrale des Marches, du peintre Ottaviano de Zucharellis, nom de famille qui a ensuite changé en Zuccaro en 1569 et d’Antonia Neri[1].

Il est le troisième fils des huit nés de leur mariage : Taddeo, Bartolomeo, Federico, Iacopo, Lucio, Maurizio, Aloysio, Marco Antonio.

Sa carrière de peintre est documentée à partir de 1550 quand il s’installe à Rome dans l’atelier de son frère aîné Taddeo Zuccari, peintre déjà établi à Rome.

Federico commença presque par hasard, car son père l’avait conduit à Rome chez son frère pour des études de droit. Taddeo, par contre, étant donné sa prédisposition pour la peinture et le dessin le garda avec lui dans son atelier où il grandit artistiquement.

En 1560, il est chargé de décorer le casino de Pie IV à la Cité du Vatican. De 1561 à 1564, il séjourne à Venise.

Accusé de propos inconsidérés par l'entourage de Grégoire XIII, il expose son tableau La Calomnie, où il affuble ses accusateurs de longues oreilles d'âne. Ceux-ci s'en plaignent au pape, qui lui ordonne de quitter Rome. Il voyage alors en Flandre, en Hollande, en Angleterre et à Venise[1].

Casino de Pie IV du Vatican[modifier | modifier le code]

Entre 1563 et 1565, il fut actif à Venise auprès de la famille Grimani di Santa Maria Formosa. Durant sa période vénitienne, il voyagea aux côtés d'Andrea Palladio dans la région du Frioul. Le , il entre à l'Accadémie du Dessin à Florence. Il adhère successivement à la Compagnie de San Giovanni di Terrasanta, dans laquelle son frère Taddeo fut déjà associé à partir du .

La querelle rapportée au pape s'étant apaisée, il revient à Rome et y termine son ouvrage et en reçoit éloges et récompenses. Il construit une maison sur le Pincio, où subsistent des fresques de sa main.

Selon Lanzi, il se fait alors connaître comme « chef d'école de la décadence » (« caposcuola di decadenza »).

Le , Federico en devint le premier régent à vie, charge qui ne reviendra à l’avenir qu'à Antonio Canova. En 1592, il fonde les statuts de l’Académie de Saint-Luc à Rome, dont il devient le prince en 1593.

Parmi ses premières œuvres en tant qu’assistant de son frère, il prit part aux éléments complémentaires des décorations du casino du pape Pie IV et de la villa Farnèse de Caprarola. À l'église des Minimes de Rome de la Trinité-des-Monts, Federico Zuccari achève des fresques commencées par son frère Taddeo. Ses premiers succès le font appeler à Florence, où on le charge de peindre le dôme de la cathédrale Santa Maria del Fiore.

Fresque de la Coupole de Santa Maria del Fiore.

Il y place des figures hautes de cinquante pieds. Celle de Lucifer apparaît si démesurée qu'elle fait ressembler les personnages voisins à des enfants. Il commente lui-même cette particularité, en ajoutant que ces figures sont les plus colossales qu'on ait faites à ce jour[2]. Luigi Lanzi pense qu'à part son immensité, la composition ne mérite guère d'éloges. On envisage un temps de lui faire remplacer les peintures de Pierre de Cortone. Seule la crainte qu'il ne vive pas assez longtemps empêche cette entreprise.

Chute de Lucifer et des Anges rebelles dans les appartements de Pie V.

Après ce travail, il prétend peindre toutes les coupoles et les travaux de grande dimension lui semblent destinés dans toute l'Italie.

Premières Œuvres[modifier | modifier le code]

Grand Escalier de la Domus Grimani de Venise.

Zuccari fut rappelé à Rome par le pape Grégoire XIII pour continuer la décoration de la chapelle Paolina au Vatican, commencée par Michel-Ange et pour refaire les fresques de la salle des Chiaroscuri.

Il visite ensuite Bruxelles où il réalise une série de cartons pour tapisseries. En 1574, il est en Angleterre, où il reçoit la commande de quelques portraits importants, comme celui de la reine Élisabeth Ire, de Marie Stuart, de Nicholas Bacon, Francis Walsingham et d’autres. Un autre tableau de la même période devrait être une Allégorie de la Calomnie, inspirée de la description de Lucien de Samosate d’une œuvre d’Apelle.

Il peint le portrait d’Homme avec deux Chiens, aujourd’hui au Palais Pitti et le Christ mort avec des anges dans la Galerie Borghèse de Rome.

En 1585, il accepte l’offre de Philippe II d’Espagne pour décorer le nouvel Escurial pour un salaire annuel de 2 000 couronnes. Les travaux durent du mois de janvier 1586 à la fin de l'année 1588, quand il retourne à Rome, laissant la charge à Pellegrino Tibaldi.

En 1595, il fonde, avec l’approbation du pape Sixte V, l’Académie de Saint-Luc, dont il est le premier prince. Parmi ses premiers étudiants, on trouve Bartolomeo Carducci.

Lunette avec fresque de la vie de la famille de Federico Zuccari (autoportrait de Federico attablé), Florence, palais Zuccari.

À Florence, Federico Zuccari vécut dans ce qui avait été la maison d’Andrea del Sarto, à proximité de laquelle il fit ériger un étrange palais de sa conception, le Palais Zuccari, où il peignit les lunettes avec des scènes de la vie quotidienne en y représentant lui-même et sa famille. Ses bonnes relations avec les parents Fioravanti di Guffaia, bien considérés à la cour du Grand-duché de Toscane, contribuèrent à lui donner la charge de la fresque de la coupole de Santa Maria del Fiore.

Federico Zuccari se marie à Urbino avec Francesca Genga, fille de Raphaël, peintre d'une dynastie qui donna naissance au concepteur du Palais ducal d'Urbin Girolamo Genga. De ce mariage naquirent sept enfants : Octavien, le qui deviendra peintre, écrivain, docteur en droit et Podestà de Bologne en 1625 ; Isabella,  ; Alexandre Thaddée, 1584 ; Horace, 1585 ; Cynthia, 1590 ; Laura, 1592 ; Jérôme, 1593.

Couronnement de la Vierge, Rome, église de la Trinité-des-Monts.

Comme son contemporain Giorgio Vasari, Zuccari se consacre à la critique artistique et à l’historiographie.

En 1604, il publie, à Pavie, son livre Origines et Progrès de l’Académie du Dessin, des peintres, Sculpteurs et Architectes de Rome.

En 1605, il publie à Mantoue Lettres aux Princes et Seigneurs Amateurs du Dessin, de la Peinture, de la Sculpture et de l'Architecture, écrite par Chevalier Federico Zuccaro, à l’Académie Insensata avec une complainte de la Peinture, œuvre de lui-même.

En 1607, il publie, à Turin, l’œuvre considérée comme la plus importante, son traité in-folio Idea dé Pittori, Scultori et Architetti. L'ouvrage est réimprimé à Rome en 1768.

Il écrivit aussi en tant que chroniqueur de ses innombrables voyages en Europe et à travers l'Italie. Il célébra son passage à travers l’Italie avec la demeure de Parme en 1608 et Passant par Bologne et Ferrare en 1609.

Marguerite de Savoie, duchesse de Mantoue (vers 1605), localisation inconnue.

En 1588, il obtient un titre de noblesse et une forte pension annuelle du roi Philippe II d’Espagne dont il est peintre de cour de 1585 à 1588.

De retour en Italie en 1591, le Sénat de Rome lui accorde la citoyenneté et le titre de patriciat extensible avec les privilèges relatifs à ses descendants.

Vers 1595, il est nommé principe de l'Accademia di San Luca nouvellement fondée et retourne en Espagne.

En 1603, il se rend à Venise et y retouche quelques-uns de ses ouvrages.

Peu avant sa mort, il obtient le titre de Chevalier. Frédéric, gravement malade, est invité chez le marchand ancônétain Marco Jovitta, à Ancône, le . Il a le temps de dicter ses dernières volontés en présence du notaire Mondelci, déclarant son âge de soixante-dix ans ; il organise également ses funérailles.

Il meurt le et, par une cérémonie solennelle, il est enterré par les frères augustins au couvent d’Ancône dans le tombeau familial de son ami marchand d’Ancône, Marco Jovitta.

Le palais Zuccari de Rome[modifier | modifier le code]

L'édifice a été construit à partir de 1591 pour le peintre Federico Zuccari, qui n'a pu voir son achèvement. Le portail d'accès au palais est un mascherone, un masque avec une énorme bouche ouverte. Le sous-sol a été orné de fresques de Zuccari lui-même. À sa mort, en 1609, il légua le bâtiment aux artistes de l'Accademia di San Luca qu'il avait fondée.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Valence , collège du Corpus Domini : Purgatoire.

France[modifier | modifier le code]

  • Paris, École nationale supérieure des beaux-arts :
    • La Canonisation de saint Hyacinthe, graphite, plume, encre brune, lavis brun, rehauts de blanc sur papier brun clair, 25,5 × 35,5 cm[3]. Dessin préparatoire d'une fresque pour la chapelle Saint-Hyacinthe de l'église Sainte-Sabine de Rome, entre 1598-1600. Il compose façon précise la canonisation du saint avec de nombreux personnages prestigieux, comme Clément VIII[4].
    • Le Pape entouré de cardinaux accueille quatre laïcs, sanguine, pierre noire, plume, encre brune et lavis brun, 21,3 × 28,7 cm[5]. Destinée au même décor peint par Zuccari dans la chapelle Saint-Hyacinthe de l’église Sainte-Sabine à Rome entre 1598 et 1600, cette feuille d’un format plus modeste représente le pape entouré d’une assemblée de cardinaux accueillant quatre laïcs[6].
    • Portrait de Fra Simone, portier du couvent de Vallombrosa, vu à mi-corps, pierre noire et sanguine, 24,7 × 19 cm[7]. Il s’agit d'un dessin de Fra Simone, concierge de l’abbaye de Vallombrosa, où Zuccari séjourna à deux reprises — août 1576 et août 1577 — lorsqu’il mena entre 1575 et 1579 le chantier du décor peint de la coupole du Duomo à Florence[8].

Italie[modifier | modifier le code]

L'Assomption, abside de l’église Santa Maria dell'Orto.
  • église Santa Prassede, sacristie : Gesù cade sotto la croce.
  • église Santa Trinità dei Monti, chapelle Maxime : décoration.
  • église Santa Caterina dei Funari : décoration des pilastres de la seconde chapelle à droite, fresques de la chapelle Cesi, correspondant avec le presbytère, histoire de sainte Catherine d'Alexandrie sur les murs latéraux.
  • galerie Borghèse :
    • Christ mort soutenu par les anges ;
    • Sainte Anne.
  • galerie de l'Académie de Saint Luc : Autoportrait.
  • musées du Vatican, salle des clairs-obscurs : Saints et apôtres.
  • Oratorio del Gonfalone : Histoire de la Passion du Christ, avec différentes collaborations.
  • Petit Palais de Sixte V, loggetta : Histoires d'Hercule, fresques.
  • Petit Palais de Tizio da Spoleto : décoration de la façade.
  • Petit Palais Zuccari : dessins et architecture.
  • Palais Caetani, salon du premier étage : frise avec amorini, en collaboration avec Taddeo.
  • Palais Costaguti, salle des Mois : fresques.
  • Palais Giustiniani, voûte de la salle Zuccari.
  • Pinacothèque Capitoline : Autoportrait.
  • Pavie (Lombardie), Almo Collegio Borromeo : salle des fresques.
  • Sant'Angelo in Vado (Marches), Maison Zuccari : Armoiries de la famille et figures allégorique.
  • Turin (Piémont) :
    • église de la Miséricorde : Décollation de saint Jean Baptiste.
    • église de Saint François d’Assise : Sainte Anne.
  • Urbino (Marches) :
  • Venise, Palais ducal : Frédéric Barberousse baise les pieds du pape.

République de Saint Marin[modifier | modifier le code]

  • église de San Francesco : Déposition du Christ.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

On doit à Zuccari des idées architecturales et des sculptures.

Sa fortune fut immense. Il la devait peut-être moins à ses talents qu'à des formes agréables, un entretien rempli de grâce et de politesse, un esprit cultivé et une générosité qui ne tarda pas à lui attirer la gêne.

Ses écrits contre Vasari semblent inspirés par l'irritation et l'envie. On lui reprocha un ton dogmatique, peu clair, et un style dont l'affectation frisait le ridicule.

Son école fleurit quelques années. Elle compta des élèves distingués parmi lesquels le père dominicain Ignazio Danti et l'artiste Cristoforo Roncalli, qui fut chargé d'achever un bras contigu à la loge peinte par Raphaël. Mais l'art montra bientôt des traces de décadence.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • L'Idea de'scultori, pittori e architetti, Turin, 1607[9].
  • Il Passaggio per l’Italia, Alessandra Ruffino éd., La Finestra, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) « Zùccari, Federico nell'Enciclopedia Treccani », sur treccani.it (consulté le ).
  2. voir Lettere pittoriche, t. 6, p. 147.
  3. « La Canonisation de saint Hyacinthe, Federico Zuccari », sur Cat' zArts.
  4. Emmanuelle Brugerolles (dir.), Dessiner la lettre, écrire le dessin, 248 p. (ISBN 978-2-84056-813-1), p. 88-86.
  5. « Le pape entouré de cardinaux accueille quatre laïcs, Federico Zuccari », sur Cat' zArts.
  6. Emmanuelle Brugerolles (dir.), Dessiner la lettre, écrire le dessin, Paris, Beaux Arts de Paris éditions, (ISBN 978-2-84056-813-1), p. 86-90.
  7. « Portrait de Fra Simone, portier du couvent de Vallombrosa, vu à mi-corps, Zuccari », sur Cat' zArts.
  8. Emmanuelle Brugerolles (dir.), Dessiner la lettre, écrire le dessin, Paris, Beaux-Arts de Paris éditions, (ISBN 978-2-84056-813-1), p. 178-183.
  9. (it) Federico Zuccari, « L’idea de scultori ed architetti », sur https://books.google.fr/, réédition de 1768.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« Federico Zuccari », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]