Federico Lombardi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Federico Lombardi
Biographie
Naissance (71 ans)
Saluzzo
Ordre religieux Compagnie de Jésus
Ordination sacerdotale 1972
Autres fonctions
Fonction religieuse
  • Directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège depuis 2006

Blason

Federico Lombardi, né le à Saluzzo est un prêtre jésuite italien qui cumule les fonctions de directeur du Bureau de presse du Saint-Siège et de directeur de Radio Vatican. De 2001 à 2013, il assure aussi la direction du Centre de Télévision du Vatican.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et ordination[modifier | modifier le code]

Federico Lombardi entre au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1960 à Avigliana (province de Turin). Il poursuit, de 1962 à 1965, des études de philosophie à la faculté Aloisianum des jésuites, à Gallarate (province de Varèse), obtenant une licence. Il entre ensuite à l'Université de Turin et obtient en 1969 une maîtrise en mathématiques[1]. Il étudie de 1969 à 1972 à la faculté de théologie et de philosophie Saint-Georges à Francfort, en Allemagne, et acquiert une licence en théologie[2],[3].

Il est ordonné prêtre en 1972 puis devient rédacteur au sein de la revue jésuite La Civiltà Cattolica, dont il est nommé rédacteur en chef en 1977.

Radio et télévision du Vatican[modifier | modifier le code]

Il consacre toute sa carrière à la communication au Vatican, à l'exception d'une interruption de 1984 à 1990 lorsqu'il est supérieur provincial (en) de la province d'Italie de la Compagnie de Jésus.

En 1991, il est nommé directeur des programmes de Radio Vatican, puis promu en 2005 comme directeur général. Il devient parallèlement, en 2001, directeur général du Centre de télévision du Vatican (CTV), fonction qu'il occupe jusqu'au 22 janvier 2013, date à laquelle il est remplacé par Dario Edoardo Viganò (it)[4].

Centre de presse du Vatican[modifier | modifier le code]

Federico Lombardi est désigné, le 11 juillet 2006, par le pape Benoît XVI, directeur de la salle de presse du Saint-Siège[5], en remplacement de Joaquín Navarro-Valls, laïc titulaire du poste depuis 22 ans auprès de Jean-Paul II. Proche de Benoît XVI[6], on qualifie le père Lombardi de « porte-parole du pape »[7] ou de « voix du pape »[8].

Même si le père Lombardi est plus classique et sobre que son prédécesseur, ces fonctions font de lui l'un des hommes les plus puissants du Vatican[8]. Depuis le 28 mai 1986, le Bureau de presse du Saint-Siège est en effet chargé de diffuser les nouvelles relatives aux actes du souverain pontife et à l'activité du Saint-Siège, mais bénéficie d'une autonomie opérationnelle propre[9].

Lors des déclarations du prêtre franciscain Raniero Cantalamessa lors du Vendredi saint de 2010, Federico Lombardi se désolidarise de ces propos[10].

À la suite de la renonciation du pape Benoît XVI le 11 février 2013, il tient une conférence de presse quotidienne jusqu'à la fin du conclave qui élit le pape François.

Il s'exprime en italien, français, allemand et anglais, mais aussi moins couramment en espagnol et portugais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le P. Federico Lombardi s.j., nouveau directeur de la salle de presse », ZENIT, 20 juillet 2006.
  2. [PDF](es) Doctor Honoris Causa Rev. P. Federico Lombardi.
  3. « Top Ten People of 2007 - #10 - Father Federico Lombardi », Micaela Biferali, Vatican Inside, 2007.
  4. (en) « Father Federico Lombardi, will no longer be Director of the Vatican's Television Center », Rome Reports, 22 janvier 2013.
  5. (it) Nomination de Federico Lombardi, sur le site officiel du Vatican.
  6. Jean Sévilla, « Comment le Vatican est gouverné », Le Figaro magazine, 9 mai 2009.
  7. Si les deux hommes se téléphonent souvent, Federico Lombardi, de son propre aveu, ne voit cependant le pape qu’une fois par mois. Cf. Jean Sévillia, « Comment le Vatican est gouverné », Le Figaro magazine, 9 mai 2009.
  8. a et b Interview du Père Lombardi, traduction en français d'après l'interview originale publiée en allemand dans le quotidien autrichien Kurier le 2 mai 2010.
  9. Profil du Bureau de presse du Saint-Siège, site officiel du Vatican, 16 mars 2001.
  10. « Le prédicateur de la maison pontificale relance la polémique », Le Monde, 3 avril 2010>.