Federico Laredo Brú

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laredo.

Federico Laredo Brú
Illustration.
Fonctions
8ème Président de la République de Cuba
Prédécesseur Miguel Mariano Gómez
Successeur Fulgencio Batista
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Remedios, Capitainerie générale de Cuba
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès La Havane, Cuba
Nationalité Cubain
Conjoint Leonor Gomez-Montes

Federico Laredo Brú (23 avril 1875, Remedios - 7 juillet 1946, La Havane) était un avocat qui fut Président de Cuba de 1936 à 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'arrivée de Laredo au pouvoir a débuté en janvier 1936 en tant que vice-président. Lorsque le Président Miguel Mariano Gómez, fils de l'ancien président José Miguel Gómez, remporta l'élection présidentielle, l'homme fort du pays, chef d'état major des armées, Fulgencio Batista obtint la destitution de Gomez en décembre 1936 pour avoir opposé son veto à la création d'écoles rurales sous contrôle militaire. Federico Laredo Brú accède alors à la Présidence pour les dernières années du mandat de Gomez ouvrant ainsi la voie à un ambitieux Batista.

Des amnisties sont accordées notamment à l'ancien dictateur Gerardo Machado et le Congrès cubain adopte de nombreuses mesures sociales : pensions, assurances sociales, salaires minimum et limitation des horaires de travail. Les travailleurs sont syndiqués, en particulier dans la Confédération des travailleurs cubains, un syndicat dans lequel les communistes ont une influence prépondérante.

Les États-Unis domine la politique cubaine depuis 1898 provoquant le sentiment anti-américain parmi la classe éduquée et Laredo œuvre pour réduire la présence américaine.

Le 27 mai 1939, survient l'affaire du paquebot St. Louis. Emportant 930 réfugiés juifs de Hambourg, fuyant les persécutions de Hitler Laredo refuse aux passagers l'autorisation de débarquer. Les certificats de débarquement émis par le gouvernement cubain détenus par les passagers avaient été invalidés pendant le transport aller. Finalement, seuls une vingtaine de réfugiés ont été autorisés à débarquer à La Havane et le navire, ayant également refoulé aux États-Unis, a finalement reconduit ses passagers restants en Angleterre, en France, en Belgique et aux Pays-Bas.

Source[modifier | modifier le code]