Fécamp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fecamp)

Fécamp
Fécamp
Fécamp, depuis la falaise.
Blason de Fécamp
Blason
Fécamp
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Intercommunalité Communauté d'agglomération Fécamp Caux Littoral Agglomération
(siège)
Maire
Mandat
Marie-Agnès Poussier-Winsback
2014-2020
Code postal 76400
Code commune 76259
Démographie
Gentilé Fécampois
Population
municipale
18 251 hab. (2018 en diminution de 5,83 % par rapport à 2013)
Densité 1 211 hab./km2
Population
agglomération
27 373 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 30″ nord, 0° 22′ 48″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 125 m
Superficie 15,07 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Fécamp
(ville-centre)
Aire d'attraction Fécamp
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Fécamp
(bureau centralisateur)
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Fécamp
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Fécamp
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fécamp
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fécamp
Liens
Site web ville-fecamp.fr

Fécamp est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Ancien port morutier sur le littoral du pays de Caux, la commune est située à environ 40 km au nord du Havre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fécamp se trouve dans la valleuse de la Valmont, au cœur du pays de Caux, sur la côte d'Albâtre.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 12,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 814 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Goderville », sur la commune de Goderville, mise en service en 1960[7] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 1 109,7 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968 et à 72 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 11 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fécamp est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Elle appartient à l'unité urbaine de Fécamp, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[17] et 20 365 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Fécamp, dont elle est la commune-centre[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 26 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[20],[21].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[22]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (37,2 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (32,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (28,1 %), forêts (20 %), terres arables (17,7 %), zones agricoles hétérogènes (9,5 %), prairies (9,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,8 %), eaux continentales[Note 7] (1,6 %), zones humides côtières (1 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté dès 875 dans l'expression latine super fluvium Fiscannum, puis Fiscannus en 990[27].

Les formes les plus anciennes sont sans rapport avec l'étymologie savante Fici campus « champ du figuier »[28], souvent invoquée à propos de la ville et dont s'inspire la graphie actuelle de Fécamp avec p final.

L'évolution du nom en « Fécan » procède régulièrement de *FISCANNU. Il s'agit vraisemblablement du nom d'origine de la Rivière de Valmont (sans autre nom ancien) comme le montre la mention de 875 dans la charte de Charles le Chauve super fluvium Fiscannum « sur la rivière Fécamp ». En outre, le même processus de transfert d'un nom de rivière à un nom de lieu s'observe à plusieurs reprises en Seine-Maritime (cf. Eu, Dieppe, etc.) et ailleurs[28]. Curieusement, les formes Fiscamnum monasterium au VIIe siècle (M.G.H. Passiones, t. V p. 337) et Ad Fiscamnum en 833 (Gesta, 111) ne sont pas prises en compte par François de Beaurepaire, alors qu'elles semblent indiquer également une étymologie en rapport avec un nom de rivière, ce qui permet de comparer avec Entrains-sur-Nohain (Nièvre, Intaranum IIe siècle, sur une des inscriptions d'Autun -RIO 1962 174-, Interamnum VIe siècle) ou Antrain (Intramnum au XIe siècle), dont l'élément -amnum « rivière » est un rhabillage bas latin pour le terme indigène anum « marais » ou ambes « rivière ». Le premier élément Fisc- représente vraisemblablement le vieux bas francique *fisk « poisson », d'où le sens global de « marais, rivière des poissons ».

L'explication d'Auguste Longnon, le latin classique fiscus comme « domaine du fisc »[29] et elle n'est pas reprise par Albert Dauzat et Charles Rostaing[30]. En revanche, ils classent Fescamps (Somme, sans forme ancienne) avec les noms de type Fêche-l'Église, Fesches-le-Châtel, etc. sous la rubrique Feissal relevant du latin fiscus « trésor royal », reprenant en cela l'explication de Longnon. Ernest Nègre[31] se base sur les propos des précédents et exclut, comme les seconds, Fécamp de cette série qui remonterait au latin fiscus.

En effet, Longnon voit dans Fécamp un *Fisci campus mot-à-mot « champ du fisc », contredit par les formes anciennes. On note, par ailleurs, que le terme fisque « fisc » n'est pas attesté avant le XIIIe siècle en français et est un emprunt au latin classique[32].

Albert Dauzat et Charles Rostaing posent donc un *fisk-hafn d'après la proposition de Hermann Gröhler, basé sur le germanique fisk « poisson » et hafn « port », explication reprise partiellement par François de Beaurepaire[33] qui analyse le premier élément comme remontant effectivement au germanique fisk « poisson ». Cependant, Ernest Nègre leur reprend également l'identification du second élément -annum / -annus comme une altération du germanique hafn « port de pêche »[31].

Un nom de rivière identique est attestée en France avec la Fresquel, affluent de l'Aude, qui est un ancien Fiscanum également et dont le second élément ne peut pas être le germanique hafn « port ». En revanche, le germanique *fiskaz « poisson » est tout à fait compatible avec une origine wisigothique. Des noms de rivières similaires existent en Italie avec la Fisca (it), torrent du bassin du Pô, et en Allemagne dans les nombreux Fischach, Fischbach, etc.[28].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville s'est vu décerner le label « Villes et pays d'art et d'histoire ».

Gaule indépendante et romaine[modifier | modifier le code]

Un oppidum (agglomération fortifiée gauloise) est établi au lieu-dit Côte du Canada, au sud-est de la ville actuelle[34]. On peut y voir les restes des fortifications édifiées vers le milieu du Ier siècle av. J.-C.[35], notamment ceux d'un rempart de type belge [36], Ce type de rempart est aujourd'hui appelé « Type Fécamp »[37].

Durant l'époque romaine, une voie reliant Fécamp à Étretat passait à l’actuel lieu-dit du Fond Pitron. L'actuelle route départementale RD 940 a repris le tracé de cette voie romaine.

Une sépulture féminine, qui a pu être datée à partir de la découverte sur le site d'un silique d'Eugène (392-394), a été découverte en 1872, à l’ancien emplacement du couvent des capucins ou plus exactement un espace compris actuellement entre les rues Louis-Pasteur, Léon-Degenetais, Charles-le Borgne et Jules-Ferry. D'après le mobilier, il s'agirait de la tombe d'une femme de l'aristocratie germanique que les archéologues ont surnommée « sépulture des Capucins ». L'hypothèse de la présence d'une garnison germanique installée par le pouvoir romain dans le cadre du Litus Saxonicum a été avancée[38].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle, saint Léger (en latin Leodegarius, du germanique Leudegari cf. les leudes du roi des Francs) est déporté à Fécamp, est accueilli dans le premier monastère qui était alors une abbaye aux dames. On dit qu'il y recouvra la parole. Autour du palais ducal roman, des témoignages de l'époque carolingienne ont été retrouvés (monnaies et fondations de deux chapelles).

Au IXe siècle, les Vikings ravagent la région[réf. nécessaire] et détruisent le monastère, dont on dit que les nonnes vont se mutiler volontairement le visage, pour échapper au « déshonneur ». Après 911 et le traité de Saint-Clair-sur-Epte, la région autour de Fécamp devient une zone d'implantation massive des Nortmanni comme le prouve la toponymie[a]. Cette présence massive des Anglo-danois pourrait expliquer l'intérêt que portent les premiers ducs à la ville, somme toute modeste par rapport à Rouen et aux villes épiscopales du duché de Normandie.

Elle est la ville natale des ducs de Normandie Richard Ier et Richard II qui y meurt le ). En 1963, fut découvert un trésor de pièces de monnaies essentiellement franques et anglo-saxonnes, mais aussi originaires de la Méditerranée, illustrant la circulation de la monnaie dans le nouveau duché. Il aurait été enterré vers 970-980, d'après la pièce la plus récente.

Richard Ier dit sans peur, duc de Normandie y est né en 933, environ cent ans après les premières destructions commises par ses ancêtres vikings (851). Richard Ier fait reconstruire une église, mais c'est son fils Richard II dit le bon qui fit venir Guillaume de Volpiano pour refonder une abbaye, à savoir : l'abbaye de la Trinité de Fécamp, selon la règle bénédictine en usage à Cluny. À l'origine Richard fit appel à Maïeul, l'abbé de Cluny, mais ce dernier aurait refusé au motif qu'il n'irait pas chez les pirates. L'église abbatiale de la Trinité est construite une première fois en style roman avec la pierre blonde de Caen et la pierre de Fécamp. Elle est consacrée en 1106 par l'archevêque de Rouen Guillaume Bonne-Âme. Sous les Plantagenêt, le scriptorium de Fécamp produit de nombreux manuscrits enluminés. Les reliques du Précieux Sang, une sorte de Saint-Graal vont attirer pécheurs et pèlerins et contribuer à faire de cette abbaye bénédictine, la plus opulente de Normandie à l'origine de ce dicton : « De quelque côté que le vent vente, l'abbaye de Fécamp a rente ». À la suite d'un terrible incendie en 1168, on entreprend la reconstruction de l'abbatiale en style gothique.

Au début du XIIIe siècle, l'église est achevée sous l'abbatiat de Raoul d'Argences. En 1202, Jean sans Terre accorde un régime communal à Fécamp. Peu de temps après la ville est annexée au royaume de France par Philippe Auguste.

En 1410 les Anglais envahissent et incendient la ville, puis l'occupent, y maintenant une garnison. Henri V débarque à Chef-de-Caux en  ; le il est à Fécamp avant de rejoindre Azincourt. La ville de Fécamp est placée sous l'autorité et la garnison de John Fastolf qui lève l'impôt à son gré sur le pays de Caux[39]. La mort du régent Bedford (Jean de Lancastre) le donne aux Normands rebelles l'occasion de se révolter. Le , un chef de bande, Charles des Maretz, prend la ville de Dieppe d'assaut et la libère de l'occupation anglaise. Soutenu par des petits seigneurs et par des détachements français aux ordres de la Hire, les paysans se soulèvent amenant la libération de Fécamp et d'Harfleur[40]. S'ensuit une riposte anglaise ; les paysans sont massacrés et les villes reprises à l'exception d'Harfleur qui résistera jusqu'en 1447 et Dieppe, que les Anglais ne pourront jamais enlever[40]. En 1449, la ville est libérée de l'occupation anglaise, tout comme Rouen.

Lors des guerres de Religion, le capitaine de Bois-Rosé rallie la ville à Henri IV après sa conversion au catholicisme en [41]. L'abbatiale passe sous l'autorité de Charles de Lorraine, un des trois Guise.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Fécamp, vue générale vers 1914.

L'histoire de Fécamp repose, avec celle de l'abbaye, principalement sur celle de son port fondé vers le XIe siècle, qui va générer à la fois la construction navale et la pêche. Au XVIIIe siècle, la pêche au hareng est en perte de vitesse, face à l'ensablement du port, la concurrence hollandaise, l'attrait de la contrebande anglaise (smogglage) et le manque d'investissements[42].

Le 16 octobre 1651, le roi Charles II d'Angleterre débarque à Fécamp réussissant à fuir Cromwelll[43].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Ville de femmes et Port de Terre-Neuvas[modifier | modifier le code]

Grisette de Fécamp, lithographie de 1821 représentant une jeune ouvrière élégante.

Du XIXe siècle et au milieu du XXe siècle, Fécamp a une importante activité de pêche morutière : les Terre-neuvas. Il va un moment supplanter Saint-Malo comme premier port morutier français et définitivement Granville au XXe siècle, qui était traditionnellement le premier de Normandie et le second de France. La moitié des navires français pour cette pêche est armée à Fécamp au début du XXe siècle et l'apogée de cette activité se situe en 1903, quand le port arme 73 morutiers avec à leur bord un équipage de 35 hommes en moyenne. Elle va se pratiquer jusque dans les années 1970, époque à laquelle le Canada interdit l'accès aux zones de pêches.

Pratiquée d'abord par les voiliers, trois-mâts, les campagnes pouvaient durer plus de six mois, le temps que les cales se remplissent de morues, qui étaient salées pour les conserver. La pêche à la ligne s'effectuait à partir des doris, petites embarcations qui emmenaient deux ou trois pêcheurs et qui étaient emboitées les unes dans les autres à bord du trois-mâts, pour prendre moins de place. Bon nombre de ces doris se sont perdus dans le brouillard et ne sont jamais revenus aux trois-mâts. Cette activité générait en partie, la construction navale. Puis les techniques ont évolué et les voiliers ont disparu. Le dernier trois-mâts goélette Léopoldine pour la pêche à la morue fera son ultime campagne en 1931, laissant la place aux navires à vapeur, puis aux moteurs diesel.

De nos jours, il ne réside qu'une faible activité halieutique, qui se résume à une pêche côtière. La plaisance a pris le pas sur la pêche. Le port départemental de Fécamp conserve une activité, notamment l'importation de bois. Le seul terre-neuvier français encore existant, le Marité, a été gréé, équipé et complété dans les chantiers navals de la ville en 1921. En outre, La Marine nationale utilise encore deux goélettes fabriquées à Fécamp dans les années 1930 : l' Étoile et la Belle Poule.

La charpente de la Salle gothique du Palais Bénédictine a été réalisée par les charpentiers de marine de la ville au XIXe siècle.

Les hommes en mer, les femmes travaillent aux usines de salaison de morues ou de maquereaux, mais aussi dans les usines textiles liées au lin, qui dès 1834 travaillent avec des métiers à tisser mécanique jusqu'à leur disparition à partir des années 1990[44], entrainant une lourde crise de transition économique pour la ville.

La liqueur Bénédictine[modifier | modifier le code]

La recette de la liqueur bénédictine est inventée par Alexandre-Prosper-Hubert Le Grand, qui fonde au XIXe siècle la Société Bénédictine. Son petit-fils Fernand Le Grand, tout en assurant la direction de la distillerie familiale, crée au milieu des années 1920 une station de radiodiffusion privée, Radio-Fécamp. Le succès grandissant de celle-ci l'amènera à prendre le nom de Radio-Normandie et à proposer des émissions de radio commerciale en anglais en concurrence avec la BBC jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Au milieu des années 1930, Radio-Normandie diffusera également les premières émissions de télévision expérimentale du jeune ingénieur Henri de France, qui deviendra célèbre après-guerre pour son invention des standards de télévision 819 lignes (ancêtre de la TV à haute définition), et SÉCAM de télévision en couleurs.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Fécamp subit l'avancée destructrice de la 7e Panzerdivision de Rommel et se trouve encerclée dès le .

Sur les falaises du cap Fagnet, les forces allemandes débutent en 1942 la construction d'une batterie de radars (dont le modèle expérimental Mammut qui ne fut jamais opérationnel) dans le cadre du mur de l'Atlantique. On peut encore observer aujourd'hui l'important dispositif construit pour les radars, dont les bunkers. Les Allemands, dans le cadre du "Mur de l'Atlantique", fortifient la ville, les villas du bord de mer et le casino sont dynamités[45].

En juillet 1960, le général de Gaulle y prononce un discours dont on retient la célèbre citation : " Je salue Fécamp, port de mer qui entend le rester et le restera !"[46].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement du Havre du département de la Seine-Maritime.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Fécamp[47]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est le bureau centralisateur depuis 2014 du nouveau canton de Fécamp

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la neuvième circonscription de la Seine-Maritime.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La ville était le siège de la communauté d'agglomération de Fécamp Caux Littoral, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2000 sous le statut de communauté de communes, et qui regroupait 13 communes.

Dans le cadre des prescriptions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du qui prescrit, dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale, que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec la communauté de communes du canton de Valmont, pour former, le , la communauté d'agglomération dénommée Fécamp Caux Littoral Agglomération, dont la ville est demeurée le siège.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2019, une liste commune des partis politique de gauche s'est unie, la France insoumise, des gilets jaunes, des membres d'associations et collectifs pour former un groupe nommé: Fécamp, à vous de décider[réf. nécessaire].

Lors des élections municipales de 2020 dans la Seine-Maritime, la liste DVD menée par la maire sortante Marie-Agnès Poussier-Winsback a remporté le second tour du scrutin, avec 2 905 suffrages exprimés (51,52 %) devançant de 171 voix la liste de gauche manée par Patrick Jeanne (maire de 1998 à 2014) qui a obtenu 2 734 voix (48,48 %), et qui a annoncé se retirer de la vie politique après 31 ans de mandat[48],[49].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis la Libération de la France[50]
Période Identité Étiquette Qualité
1929 mars 1959 Gustave Couturier RG  
mars 1959 1960 Jacques Winsback    
1960 mars 1965 Maurice Sadorge DVD Conseiller général de Fécamp (1961 → 1967)
mars 1965 mars 1977 Richard Pranzo MRG puis DVG Médecin
Conseiller général de Fécamp (1961 puis 1967 → 1979)
mars 1977 mars 1989 Jean-Pierre Deneuve[51] UDF Préfet honoraire
Conseiller général de Fécamp (1979 → 1998)
mars 1989 juin 1995[52] Frédérique Bredin PS Inspectrice des finances publiques
Députée de la Seine-Maritime (9e circ.) (1988 → 1991)
Députée européenne
Ministre de la Jeunesse et des Sports (1991 → 1993)
Démissionnaire
juin 1995 novembre 1998 Jean-Claude Michel PS Conseiller général de Fécamp (1998 → 2004)
novembre 1998 avril 2014 Patrick Jeanne PS Instituteur spécialisé retraité
Députée de la Seine-Maritime (9e circ.) (2000 → 2002)
Conseiller général de Fécamp (2004 → 2015)
Vice-président du conseil général de la Seine-Maritime (2004 → 2015)
avril 2014[53],[54],[55] En cours
(au 10 août 2020)
Marie-Agnès Poussier-Winsback UMPLR Professeur d'économie
Conseillère régionale de Normandie (2015 → )
Vice-présidente du conseil régional de Normandie (2016 → )
Présidente de la CA de Fécamp Caux Littoral (2014 → 2016)
Présidente de la CA Fécamp Caux Littoral Agglomération (2017 → )
Réélue pour le mandat 2020-2026[56],[57]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[58].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Fécampois[b].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[59],[Note 8]

En 2018, la commune comptait 18 251 habitants[Note 9], en diminution de 5,83 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 5707 0007 9377 8469 1239 4529 41810 08811 401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
11 59712 11012 83212 89912 68412 29913 24713 57714 656
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
15 38116 73717 38317 16517 18417 26317 70816 87618 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
19 49121 40621 91021 43620 80821 02719 42419 26418 900
2018 - - - - - - - -
18 251--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[60].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fécamp comporte quatre lycées :

  • le lycée professionnel maritime Anita-Conti ;
  • le lycée La Providence, lycée privé situé en centre-ville ;
  • le lycée professionnel Descartes, situé dans le complexe scolaire situé plateau Saint-Jacques ;
  • le lycée Guy-de-Maupassant, situé dans le complexe scolaire plateau Saint-Jacques.

Les lycées Descartes et Guy-de-Maupassant sont réunis sur le même site permettant une certaine mixité des origines, des milieux sociaux et des études.

Il y a également quatre collèges :

  • le collège Paul-Bert ;
  • le collège privé La Providence ;
  • le collège Jules-Ferry ;
  • le collège Georges-Cuvier.

Économie[modifier | modifier le code]

Parc éolien de Fécamp.

La ville de Fécamp est tournée vers les activités maritimes. Fécamp est également producteur d'électricité grâce à son parc éolien.

Le parc éolien offshore[modifier | modifier le code]

En mars 2018, le Conseil d’État a rejeté le recours contre le projet de parc éolien offshore qui être implanté au large de Fécamp[61]. Porté par le consortium mené par EDF-Énergies nouvelles (EDF-EN), le projet avait dans un premier temps été validé par un arrêté préfectoral de 5 avril 2016 avant d’être porté devant les tribunaux.

Le pourvoi en cassation formé entre autres par l’Association de protection du site des Petites-Dalles, l’association Robin des Bois et la Société pour la protection et de l’esthétique de la France, s’opposait à la validation du projet industriel par la cour administrative d’appel de Nantes en juin 2017.

Le parc éolien offshore, premier du genre en France, doit voir le jour vers 2022 dans une zone située de 13 à 22 kilomètres du rivage. Formé de 83 éoliennes hautes de 175 mètres, il serait à même de fournir de l’énergie à 770 000 personnes, soit 60 % de la population de la Seine-Maritime.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La ville de Fécamp est construite autour de son port, entre deux falaises, mais également sur un vaste réseau de cavités souterraines ancestrales qui furent des carrières de pierre à bâtir mais également des lieux de vie et de protection pendant les guerres de religion et les guerres suivantes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé
  • Ensemble constitué par la chapelle Notre-Dame-du-Salut et ses abords avec le mur d'enceinte, les vestiges, fossés et retranchements du fort de Bourg-Baudoin Logo des sites naturels français Site classé (1928).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées à Fécamp[modifier | modifier le code]

Morts à Fécamp[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Rémi de Fécamp (?-1092), moine bénédictin anglo-normand.
  • Wace (XIIe siècle), écrivain, a séjourné à Fécamp.
  • Pierre de Fécamp (?-1246), moine chroniqueur.
  • Paul Vasselin (1812-1869), écrivain, journaliste, dessinateur, politicien. Il a habité à Fécamp.
  • Gustave Lambert (1824-1871), hydrographe et explorateur. Il a vécu à Fécamp.
  • Berthe Morisot (1841-1895), peintre, y passa des vacances en 1874.
  • Guy de Maupassant (1850-1893), écrivain et journaliste littéraire. Il a habité à Fécamp.
  • Anita Conti (1899-1997), océanographe et photographe.
  • Valentin Feldman (1909-1942), philosophe. Il enseigne à Fécamp en 1937-1939.
  • Jean Gaumy (1948), photographe. Il vit à Fécamp depuis 1995.
  • Stéphane Montefiore (1971), peintre. Il vit à Fécamp.
  • William Anthony Parker II dit Tony Parker (1982), basketteur. Il a signé sa première licence à Fécamp en 1992-1993.
  • Claude Santelli (1923-2001), réalisateur.
  • Catel Muller ( 1964-) dessinatrice, illustratrice

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • L'Or des princes, roman de Laurent Mantese (Malpertuis, 2015), a pour cadre Fécamp. Plusieurs lieux et monuments sont explicitement décrits, notamment le Palais de la Bénédictine, le parc éolien, la chapelle Notre-Dame-du-Salut, le monument aux morts de la place Charles-de-Gaulle, et les rues attenantes au port.
  • La Maison Tellier, nouvelle de Guy de Maupassant, a pour cadre Fécamp. L'église Saint-Étienne y est citée.
  • Divers romans de Simenon se passent à Fécamp, au moins en partie[63]. Il a notamment situé un de ses Maigret à Fécamp, où il a fait armer son cotre l’Ostrogoth.
  • Un hiver à Fécamp, de Gabrielle Coffano[64].
  • La dame de Fécamp, de Christelle Angano[65].
  • Pendant ce temps à Fécamp, bande dessinée ( 2020) de Catel Muller, Blutch, Bastien Vivès, Aire libre, novembre 2020 (ISBN 9791034753581)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Fécamp

Les armes de la commune de Fécamp se blasonnent ainsi :
de sinople aux trois tentes d’argent ouvertes du champ, celle de la pointe plus haute, au chef cousu d’azur chargé d’un faucon essorant, tenant dans ses serres une corne d’abondance, d’où s’échappent des graines brochant sur le champ, le tout d’argent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En effet, il y a très peu de noms de lieux antérieurs au Xe siècle à des kilomètres autour de Fécamp. Cela montre une emprise des arrivants anglo-scandinaves sur l'ensemble des domaines ruraux, ces noms de domaines comportant toujours le nom du propriétaire, ceux qui apparaissent sont tous, soit anglo-saxons, soit norrois. Dans la plupart des régions, des descendants ou des parents des fondateurs de domaines en -acum vivent toujours sur ces domaines depuis l'époque romaine, d'où le maintien de ces toponymes. Or, autour de Fécamp, il n'y a plus aucun nom en -acum composé avec un nom de propriétaire (sauf Bérigny et peut-être Beaunay) et il a dû y en avoir, puisque l'archéologie découvre de nombreuses traces de villa gallo-romaines, ensuite la population autochtone a non seulement été dépossédée, mais a dû devenir minoritaire au sein des nouveaux arrivants, car les désignations topographiques d'origine celtique ou latine antérieures au Xe siècle qui se transmettaient de manière orale de génération en génération, ont elles aussi été totalement éliminées, sauf Gournay et « la Fécamp », la rivière. On trouve dans les environs presque tous les types d'appellatifs norrois, attestés en Normandie et bien sûr de très nombreux noms de personnes de même origine. Par exemple, en partant d'Yport dont l'origine du nom n'est pas antérieure au Xe siècle également, on trouve : Les Hogues (les collines boisées), Criquebeuf (le village de l'église), Boclon (la Hêtraie), Basbeuf (sans doute Babeuf, avec both, baraque), Épreville (le domaine de *Sprot), Viertot (la ferme de Wivar), le Buc (le buisson), Tourville (la ferme de Thori), Grainval (le val de Grimr), Bultot (la ferme de Boli), Côte-côte (ancien Caudecotte, la froide maison), Bec (de Mortagne, nom donné tardivement, le ruisseau), Daubeuf (le village du vallon), Gonneville (le domaine de Gunnulfr), Vattecrist (Wateclite XIIe siècle, la grange de *Hwatta), Colleville (le domaine de Koli), Thérouldeville (le domaine de Thorold), Angerville (le domaine d'Asgeir), Miquetot (la ferme de Michel, viking ayant reçu le baptême avec ce nom), Alventot (la ferme d' Æ(ðe)lwin), Cliquemare (la mare de l'église), Bondeville (le domaine de Bondi), Hougerville (le domaine de Holmgeir), le Torp (le hameau), Calmare (la mare de Kari), Eletot (la ferme de la plaine), Angerval (le val d' Asgeir), Ecretteville (le domaine de Skrauti), Ancretteville (le domaine d' Asketill: Anquetil), Canapeville (le domaine de Knapi), Anneville (le domaine d' Asleikr), Criquemanville (le domaine du Kirkman), Sassetot (la ferme de Saxi), Briquedalle (la vallée abrupte), Criquetot (la ferme de l'église), la Houlgate (la cavée), etc. Tous ces noms contiennent au moins un élément norrois ou vieil anglais.
  2. Ses habitants devraient s'appeler Fiscannais ou Fiscannois, d'après l'étymologie véritable de Fécamp.
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Goderville - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Fécamp et Goderville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Goderville - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Fécamp et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Fécamp », sur insee.fr (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Fécamp », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod, « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  23. « La loi littoral », sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et des anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150), p. 77
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
    .
  28. a b et c François de Beaurepaire, op. cit.
  29. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France: leur origine, leur signification, ... 1920. p. 489.
  30. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6). p. 284 et 285.
  31. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume II, Librairie Droz 1990
  32. « FISC : Etymologie de FISC », sur www.cnrtl.fr.
  33. François de Beaurepaire, « La diffusion de la toponymie scandinave dans la Normandie ducale », Tabularia. Sources écrites des mondes normands médiévaux,‎ (DOI 10.4000/tabularia.1760, lire en ligne).
  34. a et b « Oppidum du Canada », notice no PA00100662, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Beuriot C., Dechezleprêtre Th., Sites fortifiés de hauteur de l'Âge du Fer en Haute-Normandie, in: Actes de la table-ronde archéologique (Dieppe, 17 et 18 septembre 1996), Proximus, 2, 1998, 37-56.
  36. [1].
  37. Stephan Fichtl, Réflexions sur les remparts de type Fécamp., 2006, Glux-en-Glenne, France. Glux-en-Glenne : BIBRACTE, Centre archéologique européen, 19, p. 315-334, 2010, Bibracte
  38. « Litus : La « Dame de Fécamp » - Le Musée Itinérant », sur musee-itinerant.org.
  39. in Léon Fallue, Histoire de la Ville et de l'abbaye de Fécamp, Rouen, 1841, p. 255 à 261.
  40. a et b Beck 1986, p. 119.
  41. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne). p. 388.
  42. Yann Gobert-Sergent, "Quand les marins quittent la mer : Fécamp en 1739 d’après l’inspecteur Sicard", in Annales Historiques de Fécamp, n°15, 2008.
  43. Cet événement est commémoré par une course de bateau La Royal Escape qui relie Brighton à Fécamp
  44. « À Fécamp l'association Exister dresse le bilan social de ces vingt dernières années ».
  45. « Fecamp Site officiel de la Ville de Fecamp », sur ville-fecamp.fr.
  46. http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/accueil/de-gaulle-de-a-a-z.php
  47. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Joris Marin, « Fécamp. Deuxième et dernier mandat pour Poussier-Winsback : À l'issue d'un duel très serré, Marie-Agnès Poussier-Winsback reste dans son fauteuil de maire de Fécamp. Elle l'emporte avec 51,52 % des suffrages face à Patrick Jeanne, qui quitte la vie politique », Tendance Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Murielle Bouchard, « Municipales à Fécamp : Marie-Agnès Poussier-Winsback réélue : « Un ouf de soulagement » : Réélue in extremis dimanche 28 juin 2020, Marie-Agnès Poussier-Winsback, maire de Fécamp réagit après les résultats : « Il faudra tirer des enseignements de l'abstention », 76 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Francegenweb.org - votre service benevole d'assistance genealogique », sur francegenweb.org (consulté le ).
  51. « Les Fécampois se souviennent : Jean-Pierre Deneuve, ancien maire de Fécamp, est décédé mercredi dernier des suites d'une longue maladie », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. « Frédérique Bredin quitte la mairie de Fécamp pour cumul de mandats », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. « Donner un cap à Fécamp : La Droite et le Centre ont désigné leur tête de liste dans la campagne des municipales. Marie-Agnès Poussier-Winsback tire l'enseignement de douze années dans l'opposition », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. « Fécamp : Marie-Agnès Poussier-Winsback élue, la cité terre-neuva bascule à droite : Après 25 années d'ancrage à gauche, la ville de Fécamp est remportée par la liste UMP-DVD », France 3 Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. « À Fécamp, il n’y aura pas de nouvelle élection municipale : Les électeurs ne repasseront pas devant les urnes, à Fécamp : le tribunal administratif de Rouen vient de rendre son délibéré. Christophe Courcoux doit être remplacé », 76 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Sitôt les élections portant l’équipe UMP de Marie-Agnès Poussier-Winsback à la mairie, l’ancien maire socialiste, Patrick Jeanne, avait déposé un recours devant le tribunal administratif. Il demandait l’annulation de l’élection de Christophe Courcoux (Fécamp gauche citoyenne) et de l’ensemble du scrutin (…) Christophe Courcoux ne siègera plus au sein du conseil municipal et il devra être remplacé autour de la table du conseil. En revanche, l’équipe actuelle reste en place, les élections n’étant pas annulées par le tribunal administratif ».
  56. Matthias Chaventré, « Fécamp : la maire, Marie-Agnès Poussier-Winsback, candidate divers droite, dévoile sa liste : À quelques semaines des municipales, Marie-Agnès Poussier-Winsback, maire de Fécamp, a annoncé être candidate à sa propre succession. Tout en s’entourant d’une équipe largement remaniée », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. « Fécamp. Réélection sans accroc pour Poussier-Winsback : Le conseil municipal d'installation s'est tenu ce samedi 4 juillet. Marie-Agnès Poussier-Winsback a été réélue maire de Fécamp », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Seules 171 voix séparaient la maire sortante Marie-Agnès Poussier-Winsback (DVD) de son concurrent Patrick Jeanne (Union de la gauche), à l'issue du second tour des municipales à Fécamp ».
  58. Fiche | Agenda 21 de Territoires - Fécamp, consultée le 26 octobre 2017
  59. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  60. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  61. Paris Normandie, « Le Conseil d’État valide le parc éolien offshore de Fécamp », https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/environnement/le-conseil-d-etat-valide-le-parc-eolien-offshore-de-fecamp-OH12629632,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. « Fiche biographique de Roland Terrier », sur Ordre de la Libération.
  63. « Revoir la Normandie de Simenon: Fécamp », Simenon.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  64. « un hiver à Fécamp - Gabrielle Coffano », sur www.brouillondeculture.fr (consulté le ).
  65. « La dame de Fécamp », sur cultura.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Martin, Histoire de Fécamp, imprimeurs-éditeurs Durand & fils, 1893
  • J. Daoust, Fécamp, l'abbatiale de la Sainte-Trinité, Durand et fils, Fécamp, 1989
  • Il était une fois un port... par Jean-Pierre Balier, publié en 2006 par l'Association des Amis du Vieux-Fécamp.
  • Normandie, Guides bleus et Paris-Normandie, éditions Hachette, 1994
  • Nelson Cazeils, Les terre-neuvas, Éditions Ouest-France patrimoine, 2004
  • Marie-Hélène Desjardins, Des peintres au pays des falaises, éditions des falaises, 2004. (chapitre Fécamp pages 130 à 158)
  • Musée de Fécamp : catalogue des peintures, Point de vues, , 260 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]