Fazul Abdullah Mohammed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fazul Abdullah Mohammed

Alias

Abdallah Mohammed Fazul
Abou Seif Al-Soudani
Abou Aisha
Fadel Abdallah Mohammed Ali

Daniel Robinson[1]
Naissance ou ou
Moroni, Drapeau des Comores Comores
Décès
Mogadiscio, Somalie Somalie
Nationalité Flag of the Comoros.svg Comorienne
Flag of Kenya.svg Kényane

Fazul Abdullah Mohammed (en arabe : فاضل عبدالله محمد‎), né le , le ou le à Moroni, aux Comores – mort le à Mogadiscio, en Somalie[2], est un islamiste, membre d’Al-Shabbaab ayant fait allégeance à Al-Qaïda. Il était considéré comme l'un des principaux acteurs des attentats des ambassades américaines en Afrique le à Nairobi, au Kenya, et à Dar es Salaam, en Tanzanie et comme le chef présumé d'Al-Qaïda dans la corne de l'Afrique à partir de 2009[3]. Le FBI l’avait placé sur sa liste des terroristes les plus recherchés (Most Wanted Terrorists) et offrait une prime de 5 millions de dollars pour sa capture. Il avait la double nationalité comorienne et kényane[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît au cours des années 1970 et aurait combattu en Afghanistan vers 1990 où il aurait approché des responsables de la nébuleuse terroriste Al-Qaïda[5]. Selon les données de son passeport, obtenu par The Combating Terrorism Center de New York, il aurait effectué plusieurs déplacements à travers le monde, dont à l'Île Maurice en 1990, au Kenya en 1993, en Tanzanie en 1994 et 1995, au Soudan et au Yémen. Le document fait par ailleurs état d'un court séjour au Pakistan de 1991 à 1992.

Il est impliqué dans les attaques-suicide perpétrées contre les ambassades américaines de Nairobi en , ayant causé la mort de 212 personnes et celle de Dar es Salaam (Tanzanie), ayant causé 11 décès, avec la complicité du Kényan Saleh Ali Saleh Nabhan et du Soudanais Abou Taha al-Soudani, expert en explosifs.

Polyglotte, il parlait l'anglais, le français, l'arabe, le comorien et le swahili et avait été surnommé « le Caméléon » en raison de sa faculté à changer fréquemment d'identité. Il utilisait notamment une douzaine de pseudonymes.

En 2002, il est arrêté au Kenya, mais réussit à se libérer. Peu après, il avait été un des organisateurs du double attentat anti-israélien de l'aéroport de Mombasa contre un Boeing 757 de la compagnie israélienne Arkia. Les deux missiles Sam 7 acheminés depuis la Somalie avaient cependant manqué leur cible grâce à l'utilisation de leurres. Parallèlement, une Mitsubishi Pajero avait forcé l'entrée d'un hôtel fréquenté par des Israéliens sur la côte et explosé devant la réception : trois Israéliens et douze employés kényans avaient trouvé la mort[6].

En 2007, il est présumé mort après une attaque aérienne américaine opérée au sud de la Somalie, mais l'annonce de son décès est finalement démentie. En 2008, il échappe de justesse à une tentative d'arrestation de la police kényane dans la localité de Mandali[7].

En novembre 2009, il est désigné par Oussama Ben Laden comme leader d'Al-Qaïda dans la Corne de l'Afrique suite au décès de Saleh Ali Saleh Nabhan.

Décès[modifier | modifier le code]

Le 8 juin 2011, Fazul Abdullah Mohammed est tué avec un autre islamiste lors d'un accrochage avec la police somalienne survenu à un barrage routier dans la périphérie nord de Mogadiscio. Selon les services de sécurité du gouvernement somalien, les deux hommes circulaient à bord d'un pick-up en vue de rejoindre les lignes d'Al-Shabaab. Suite à une erreur d'orientation, ils arrivent de façon fortuite devant un barrage du gouvernement fédéral de transition somalien. Cernés, les deux hommes ouvrent le feu sur les forces de l'ordre qui ripostent. Mortellement touché à la poitrine, Fazul Abdullah Mohammed meurt sans que les autorités ne soupçonnent son identité, laquelle n'est révélée qu'après des analyses ADN. Il détenait un passeport sud-africain établi au nom de Daniel Robinson.

En septembre 2013, suite à l'attaque du centre commercial Westgate Mall à Nairobi, perpétrée par un commando de militants d'Al-Shabaab, un document officiel du groupe est mis en ligne par le journal canadien The Toronto Star, indiquant que celui-ci était stocké sur une clé USB trouvée dans la voiture de Fazul Abdullah Mohammed[8]. Rédigé en anglais, le texte révèle qu'une opération terroriste était envisagée à Londres, en répétant le mode opératoire des auteurs des attaques de Bombay en 2008. Toutefois, rien n'indique que Fazul soit l'auteur du texte[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) 'US Africa embassy bomber Fazul Abdullah Mohammed dead BBC News, 11 juin 2011
  2. (en)Somalis Kill Mastermind of 2 U.S. Embassy Bombings The New York Times, 11 juin 2011
  3. Fazul Abdullah Muhammad, le chef présumé d'Al-Qaida en Afrique de l'Est tué Le Monde, 11 juin 2011
  4. (en) Profile: Fazul Abdullah Mohammed BBC News, 11 juin 2011
  5. (en) [1]
  6. « Une erreur d'orientation », Le Monde.fr,‎ 16 juin 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  7. (en) [2]
  8. Terrorisme : avant le Kenya, les shebab préparaient des attaques à Londres Le Parisien, 27 septembre 2013
  9. Attaque de Nairobi: un projet similaire à Londres décrit sur une clef USB Le Courrier de l'Ouest, 27 septembre 2013