Fays (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fays.

Fays
Fays (Vosges)
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Bruyères
Intercommunalité Communauté de communes Bruyères - Vallons des Vosges
Maire
Mandat
Yves Bastien
2014-2020
Code postal 88600
Code commune 88169
Démographie
Gentilé Faysiens, Faysiennes
Population
municipale
229 hab. (2016 en diminution de 5,37 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 43″ nord, 6° 40′ 33″ est
Altitude Min. 417 m
Max. 610 m
Superficie 4,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Fays

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Fays

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fays

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fays

Fays ([fɛˈi]Écouter, en vosgien de la montagne [fɛj]) est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont officiellement appelés les Faysiens depuis une délibération du conseil municipal en février 2008.Traditionnellement, ils sont nommés les Ours, par oppositions aux "Loups" de Laval-sur-Vologne, ce qui explique l'ours sculpté à l'entrée du village.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à proximité de Bruyères, sur le versant droit de la vallée de la Vologne, le village bénéficie de la tranquillité de la montagne vosgienne. Son nom provient du latin fagetum, lieu planté de hêtres (fagus). La forêt de Faîte borne la commune vers l'ouest et la sépare de la vallée du Durbion. Le village est surplombé par une colline dont le nom est "la montagne du village", pointe centrale d'un ε flanqué de deux petits cirques. L'altitude s'établit entre 604m et 409m.

Le village est surplombé par une colline dont le nom on ne peut plus clair est "la montagne", pointe centrale d'un ε et flanqué de deux petits cirques marécageux d'où coulent deux ruisseaux se rejoignant avant d'alimenter la Vologne. Le ruisseau nord, ruisseau du Cul d'Honstot alimente les réserves d'eau douce de la commune. Cette eau est relativement acide du fait de la présence des marécages, des résineux et du grès rose qui forme l'essentiel du sous sol.

La forêt occupe une grande partie du territoire avec un équilibre de résineux (sapins pectinés, épicéa, douglas) et de feuillus (charme, hêtres, chênes, bouleau et autres dans les fonds marécageux.

La forêt présente cette particularité d'héberger sur le territoire de la commune de Fays des forêts appartenant à des communes voisines

Épinal n'est qu'à 23 km par la départementale 11. Gérardmer est à 28 km, Saint-Dié-des-Vosges à 29 km, Remiremont à 31 km, Nancy à 88 km et Strasbourg à 121 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Viménil Grandvillers Bruyères Rose des vents
N Laval-sur-Vologne
O    Fays    E
S
Lépanges-sur-Vologne Prey
Carte de la commune de Fays et des proches communes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de Fays vient du latin fagea qui signifie hêtraie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fays appartenait au bailliage de Bruyères et à la paroisse de Champ-le-Duc, où le chapitre de Remiremont avait droit de patronage. Une relique subsiste : une partie de la forêt appartenant à Champ-le-Duc.

Se trouvent dans le bas de la commune les vestiges d'une féculerie. Elle traitait les pommes de terres des paysans environnants en profitant de l'eau du ruisseau canalisé jusque là. Destinée à la production d'amidon, elle avait pour débouché les casernes de la région, en particulier celle de Barbazan à Bruyère ainsi que les blanchisserie pour amidonner les vêtements, les uniformes et en particulier les cols de chemise. L'activité a cessé à la disparition de ce débouché.

Les quelques commerces qui ont pu exister ont disparu, le dernier étant celui de M et Mme Poirot, en haut du Tinturon (dépôt de pain et de gaz, jusque dans les années 1979). Une épicerie se tenait à la croix Liegey qui a fermé dans les années 50. La maison voisine était un dépôt de charbon puis de fuel. Plusieurs agriculteurs pratiquaient la vente de lait, d'œufs, de miel...

Les carrières ont fini leur activité au début du XXe siècle.

L'école a fermé au tournant du siècle. Maternelle et primaire ont cohabité dans la même salle jusque dans les années 1990.

A droite de la mairie se tient un petit bâtiment où l'on observe le "campanile " et sa cloche, ainsi que l'alambic. L'alambic a fonctionné jusque dans les années 1980, La distillation se faisait à l'actuelle Maison pour tous où les habitants et surtout les agriculteurs amenaient les barriques de jus fermentés (mirabelle principalement).

La forêt a été durablement impactée par les combats qui s'y sont menés (voir Bruyère et sa bataille) et les bois mitraillés y étaient nombreux jusqu'au années 1990. Ils étaient dirigés vers Bruyère au centre des bois mitraillés (idem), spécialisé dans le débit de ces bois sinon inexploitables

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Fernand Boulangé    
    Roger Boulanger    
juin 1995 1999 Gérard Jacquemin   Décédé en cours de mandat
1999 2007 Michel Robert (1945-2007)   Professeur de mathématiques
Décédé en cours de mandat
2007 mars 2008 Michel Poncel   Gendarme retraité
mars 2008 En cours
(au 18 février 2015)
Yves Bastien DVD Retraité de la fonction publique
Président de la Communauté de communes

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 229 habitants[Note 1], en diminution de 5,37 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
133153160167195229240260284
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
256267276252254256276293276
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
273247224202191223201176165
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
179191236235241242243229-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Marché aux plantes annuel.

Économie[modifier | modifier le code]

La forêt représente actuellement avec l'agriculture toute l'économie du village. Elle est gérée par l'ONF et dépend de la division d'Épinal depuis que celle-ci a absorbé celle de Bruyères au début des années 2000. Dans les faits, le maire actuel, ancien ingénieur divisionnaire de Bruyères qui a donc été en charge de cette forêt il y a plusieurs dizaines d'années collabore activement à sa gestion : marquage, perspectives, affouage etc. Il a ainsi rétabli cette coutume de l'affouage qui permet tous les ans de mettre des lots de bois à la disposition des habitants du village pour un prix modique par tirage au sort. Les lots sont à abattre et débarder par le bénéficiaire.

Un garage / casse-auto subsiste, implanté dans las années 1990.

En 2018, un bâtiment agricole est le premier à être construit depuis 60 ans.

Le tourisme est présent sous la forme de plusieurs sentiers VTT.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune a la particularité de ne pas avoir d'église, ni de cimetière : juste une cloche qui rythme la vie du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gaston Litaize (1901-1991), organiste, a terminé ses jours dans la commune.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 651-652

Présentation de l’orgue de salon réalisé par la maison Haerpfer-Erman à Fays

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 280.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.