Faouzia Fouad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fawzia d'Égypte)
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Faouzia Latifa Fouad.
Faouzia Fouad
(ar) فوزية بنت الملك فؤاد
(fa) فوزیه فؤاد
Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie officielle de Faouzia Fouad, reine d'Iran (1942)

Titre

Reine d'Iran


(7 ans, 2 mois et 1 jour)

Prédécesseur Tadj ol-Molouk
Successeur Soraya Esfandiari Bakhtiari
Biographie
Dynastie Dynastie de Méhémet Ali
Dynastie Pahlavi
Nom de naissance Faouzia Fouad
Naissance
Alexandrie (Égypte)
Décès (à 91 ans)
Alexandrie (Égypte)
Père Fouad Ier
Mère Nazli Sabri
Conjoint Mohammad Reza Pahlavi
Ismaïl Chirine
Enfants Shahnaz Pahlavi
Nadia Chirine
Hussein Chirine

Faouzia Fouad, Faouzia d'Égypte ou Faouzia Chirine (en arabe فوزية بنت الملك فؤاد ; en persan فوزیه فؤاد), née le au Palais Ras al-Tine à Alexandrie et morte le dans la même ville, est une princesse égyptienne, fille du roi Fouad Ier, et petite-fille d'Ismaïl le Magnifique, ainsi que la première épouse du shah Mohammad Reza Pahlavi et à ce titre reine d'Iran de 1941 à 1948. De cette union naquit une fille, Shahnaz Pahlavi. Se déplaisant à la cour iranienne, elle rentra en Égypte en 1945 avec pour raison officielle des problèmes de santé[1]. Le divorce ne fut conclu qu’en 1948, l'année où son frère Farouk Ier répudia son épouse Farida. Elle se remaria ensuite au colonel Ismaïl Chirine (en), ancien ministre de la Guerre et de la Marine et cousin de Fatima Chirine, première épouse du prince Jean d'Orléans-Bragance, à qui elle donna un fils et une fille. Après la Révolution égyptienne de 1952, elle fut le seul membre de l'ancienne famille royale à rester vivre en Egypte.

Membre de la dynastie de Méhémet Ali, d'origine albanaise[2], elle descendait par sa mère de Mohammad Charif Pacha, d'origine turque[3], et de Soliman Pacha (Süleyman Paşa ou Soliman Al Fransawi Pasha), d'origine française[4].

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Faouzia, Farouk et leurs soeurs

La princesse Fawzia est née Son Altesse Sultanique, la princesse Fawzia bint Fuad au palais de Ras el-Tin, à Alexandrie, fille aînée du sultan Fouad Ier d'Egypte et du Soudan (plus tard, le roi Fouad Ier), et de sa deuxième épouse, Nazli Sabri, le 5 novembre 1921. L'arrière grand-père maternel de la princesse Fawzia était le major-général Mohammad Charif Pacha, le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères. L'un de ses arrière-arrière-grands-pères était Suleiman Pacha, un officier de l'armée française qui a servi sous Napoléon, s'est converti à l'islam et a supervisé une révision de l'armée égyptienne. Elle possédait en outre des origines françaises et albanaises, turques, et circassiennes[5].

En plus de ses sœurs, Faiza, Faika et Fathia, et son frère, Farouk, elle avait deux demi-frères et sœurs issus du mariage précédent de son père à la princesse Shwikar Khanum Effendi. La princesse Fawzia a été éduquée en Suisse et maîtrisait l'anglais et le français en plus de son arabe natal[5].

Sa beauté était souvent comparée à celle des stars de cinéma Hedy Lamarr et Vivien Leigh[5].

Mariages[modifier | modifier le code]

Premier mariage et reine d'Iran[modifier | modifier le code]

Le jeune couple impérial photographié à Téhéran avec leur fille Shahnaz par Cecil Beaton

Le mariage de la princesse Fawzia avec le prince héritier de l'Iran, Mohammad Reza Pahlavi, fut planifié par le père de ce dernier, Rezā Shāh. Le mariage était significatif dans le fait qu'il unissait une princesse royale sunnite et un prince héritier chiite.

La princesse Fawzia d'Egypte et Mohammad Reza Pahlavi furent fiancés en mai 1938. Cependant, ils s'étaient peu vus avant leur mariage. Ils se sont mariés au palais d'Abdeen au Caire le 15 mars 1939. Quand ils retournèrent en Iran, la cérémonie de mariage fut répétée au Palais de Marbre, à Téhéran, qui était aussi leur future résidence.[5]

Photographie de Cecil Beaton

Après le mariage, la princesse a obtenu la nationalité iranienne. Deux ans plus tard, le prince héritier succéda à son père exilé et devint le Shah de l'Iran. Peu de temps après l'ascension de son mari au trône, la Reine Fawzia est apparue sur la couverture du magazine Life du 21 septembre 1942, photographiée par Cecil Beaton, qui l'a décrite comme la "Vénus asiatique" avec "un visage en forme de cœur parfait et des yeux bleus étrangement pâles mais perçants ". Elle a dirigé l'Association pour la protection des femmes enceintes et des enfants (APPWC) qui venait d'être créée en Iran[5].

Avec Mohammad Reza Shah Pahlavi, elle eut un enfant, une fille :

Le mariage n'a pas été un succès. La reine Fawzia (le titre d'impératrice n'était pas encore utilisé en Iran à cette époque) retourna au Caire en mai 1945 et obtint rapidement un divorce égyptien. Les raisons de son retour varient selon les sources : mauvaises relations avec son mari ou la famille de ce dernier, mal du pays vis-à-vis d'un Téhéran peu développé par rapport à la grande ville qu'était Alexandrie... Dans son livre, Ashraf Pahlavi, la sœur jumelle du Shah, soutient que c'était la princesse et pas le Shah qui avait demandé le divorce[5].

Ce divorce n'a d'abord pas été reconnu durant plusieurs années par l'Iran, mais finalement un divorce officiel a été obtenu en Iran, le 17 novembre 1948, la Reine Fawzia retrouvant sa précédente distinction de Princesse d'Égypte. Une condition majeure du divorce était que sa fille soit laissée pour être élevée en Iran. Par ailleurs, le frère de la reine Fawzia, le roi Farouk, a également divorcé de sa première femme, la reine Farida, en novembre 1948[5].

Dans l'annonce officielle du divorce, il a été déclaré que "le climat perse avait mis en danger la santé de l'impératrice Fawzia, et il était donc convenu que la sœur du roi égyptien soit divorcée". Dans une autre déclaration officielle, le Shah a déclaré que la dissolution du mariage "ne peut affecter par aucun moyen les relations amicales existantes entre l'Egypte et l'Iran". Après son divorce, la princesse Fawzia a dirigé la cour égyptienne[5].

Second mariage[modifier | modifier le code]

Faouzia et Ismaïl Chirine
Fawzia, de nouveau en Egypte après 1945

Le 28 mars 1949, au palais Koubbeh au Caire, la princesse Fawzia a épousé le colonel Ismail Chirine (ou Shirin) (1919-1994), qui était le fils aîné d'Hussein Chirine Bey et sa femme, la princesse Amina Bihruz Khanum Effendi. Il était diplômé du Trinity College, et fut ministre de la guerre et de la marine égyptien. Après le mariage, ils vivaient dans un domaine appartenant à la princesse à Maadi, au Caire. Ils résidaient également dans une villa à Smouha, Alexandrie[5].

Ils avaient deux enfants, une fille et un fils :

  • Nadia Chirine (19 décembre 1950, Le Caire - Octobre 2009). Elle a épousé en premières noces (et divorcé) Yusuf Shabaan, un acteur égyptien, et en deuxième noces Mustafa Rashid. Elle avait deux filles, une avec son premier mari, et une autre avec son deuxième mari :

Vie après 1952[modifier | modifier le code]

Fawzia continua à vivre en Egypte après la révolution de 1952 qui renversa le roi Farouk. La mort de la princesse Fawzia a été signalée par erreur en janvier 2005. Les journalistes l'avaient confondue avec sa nièce, la princesse Fawzia Farouk (1940-2005), l'une des trois filles du roi Farouk. Plus tard ans sa vie, la princesse Fawzia vivait à Alexandrie, en Égypte, où elle est décédée le 2 juillet 2013 à l'âge de 91 ans. Sa cérémonie funèbre a eu lieu après les prières de midi à la mosquée Sayeda Nafisa au Caire le 3 juillet. Elle a été enterrée au Caire à côté de son deuxième mari[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Middle east: The Will of Allah », Times,‎ .
  2. (en) « Tale of 1001 Royal Egyptian Nights: Princess Fawzia of Egypt once Queen of Iran », sur Travel in Style (consulté le 4 juillet 2013).
  3. (en) Arthur Goldschmidt, Biographical dictionary of modern Egypt, Lynne Rienner Publishers, (ISBN 1-55587-229-8), p. 191.
  4. (en) « Ancestors of Queen Nazli », sur Egy.com (consulté le 4 juillet 2013).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Fawzia Fuad of Egypt », Wikipedia,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :