Favorite (1810)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Favorite.
Favorite
Image illustrative de l'article Favorite (1810)
La Clorinde, sister-ship de la Favorite

Type Frégate
Histoire
A servi dans Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Commanditaire Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Drapeau de l'Empire français Empire français
Lancement
Armé juin 1810
Statut échoué et brulé le
Caractéristiques techniques
Longueur 46,93 mètres
Maître-bau 11,91 mètres
Tirant d'eau 5,9 mètres
Propulsion voile
Caractéristiques militaires
Armement 40 pièces d'artillerie

La Favorite est un navire de guerre français en service de 1810 à 1811. C'est une frégate de 44 canons de la classe Pallas équipée à l'économie dans les ports italiens : elle ne reçoit finalement que 40 canons. Elle est détruite lors de la bataille de Lissa le .

Construction[modifier | modifier le code]

Le Royaume d'Italie se lance tardivement dans la construction de navires. La Favorita est mise sur cale à Venise en décembre 1806 selon les plans de l'architecte naval français Jacques-Noël Sané (1740-1831). C'est une frégate de la classe Pallas prévue pour 44 canons. Lancée le , elle tarde à recevoir son armement. Les navires de la Royal Navy devenant de plus en plus menaçants au large des côtes italiennes, l'Empire français presse alors le vice-roi d'Italie, Eugène de Beauharnais, pour qu'il relance la construction d'une flotte destinée à protéger l'Adriatique. La marine impériale française prend également des dispositions en ce sens et s'apprête à récupérer les frégates italiennes non armées pour son compte. Les Français parviennent à échanger la frégate Favorita contre trois bricks en avril 1810 : la frégate, renommé Favorite, est armée de 40 canons[1] en juin 1810 et devient opérationnelle.

Fin de la Favorite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Lissa (1811).

Le capitaine de vaisseau Bernard Dubourdieu, nommé au commandement de la flotte franco-italienne en Adriatique, lance une grande opération contre l'île de Lissa sur la côte dalmate le . Quatre frégates[2], deux corvettes[3] et divers petits navires italiens qui s'étaient regroupés préalablement à Ancône se heurtent alors à la division navale du commodore William Hoste qui protège l'île[4]. La bataille de Lissa va rapidement tourner au désavantage des Français : la frégate Favorite (navire amiral de Dubourdieu), très en tête, est vivement canonnée par les navires anglais[5]. Au dernier moment, alors qu'elle s'apprête à donner l'abordage à l'HMS Amphion, son pont est balayé par un tir à bout portant des caronades anglaises. Ce tir à boîte à mitraille cause de nombreux morts et blessés, dont le capitaine de vaisseau Dubourdieu qui est au nombre des tués. Le commandant en titre du navire, le capitaine de frégate Antoine François Xavier de la Mare de Lamellerie, est mortellement blessé peu après, ne laissant que deux officiers valides sur la frégate : le colonel Gifflenga (qui devait prendre le commandement de la garnison de Lissa une fois l'opération terminée) et l'enseigne de vaisseau de deuxième classe Villeneuve.

Désemparée, la Favorite[6] abandonne toute idée d'abordage et s'en va s'échouer sur l'île de Lissa, où les survivants mettent le feu à la frégate pour qu'elle ne tombe pas entre les mains des Anglais. Une centaine d'hommes, sous le commandement du colonel Gifflenga, prend le parti de s'emparer d'un navire à quai dans Port Saint Georges. Ils parviendront à quitter l'île et à rejoindre Lesina.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La répartition par types de canons et caronades attribuées à la Favorite varie légèrement selon les sources.
  2. Les françaises Favorite, Danaé, Flore, et l'italienne Corona.
  3. Les corvettes italiennes Bellona et Carolina.
  4. Les Britanniques occupent Lissa depuis 1807, ils y ont installé un port et des installations permettant d'entretenir une petite flotte de guerre en Adriatique.
  5. HMS Active, HMS Amphion, HMS Volage et HMS Cerberus.
  6. Dont l'équipage compte près de 150 morts.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]