Favorinus d'Arles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Favorinus.
Favorinus d'Arles
Informations générales
Naissance
vers Voir et modifier les données sur Wikidata
ArlesVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
, au plus tôt, , au plus tardVoir et modifier les données sur Wikidata
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître
Élève
Mouvement

Favorinus ou Fanus, (né v. 80-90 à Arelate (Arles) – mort v. 150) est un philosophe sceptique ou appartenant à la Nouvelle Académie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est parfois appelé Phaborinos le Sophiste, ou l'Hermaphrodite d'Arles. Au deuxième siècle, l'« eunuque » congénital a profondément influencé le monde romain en se présentant comme l'incarnation du paradoxe.
Phaborinos le Sophiste est né autour 90 ap J.-C. dans la ville d'Arles, au sud de la vallée du Rhône au sein d'une famille aristocratique. Il changea son nom pour une traduction latine, d'où Favorinus. Favorinus eut pour maître Dion Chrysostome et peut-être également Épictète. Il séjourna à Athènes où il devint l'ami de Hérode Atticus. À Rome, il fut le maître d'Aulu-Gelle et devint l'ami de Plutarque qui lui dédia un livre.

Il enseignait la rhétorique à Athènes et à Rome sous Hadrien, et jouit quelque temps de la faveur de cet empereur, mais il finit par se le mettre à dos par ses sarcasmes, et par être chassé de Rome avec d'autres philosophes. Il mourut vers 150.

En philosophie, il penchait vers le scepticisme : il avait composé un Traité des Tropes pyrrhoniens, dont Diogène Laërce et quelques autres écrivains ont conservé des fragments. Il avait aussi rassemblé les matériaux d'une Histoire universelle, dont on regrette la perte.

Nous ne savons pas s'il fut partisan du pyrrhonisme ou de la Nouvelle Académie. Néanmoins, nous savons qu'il admirait Pyrrhon et qu'il enseignait les tropes d'Énésidème. Mais il utilisait les méthodes de la Nouvelle Académie. Les deux courants étant très proches, il peut être considéré comme appartenant aux deux. L'influence du cynisme se retrouve aussi dans certains des discours conservés (Traité de l'exil notamment).

liste de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • traité de l'exil
  • traité sur la vieillesse
  • compilation des actes et vie de philosophes[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fragments[modifier | modifier le code]

  • (de) E. Mensching (intr., éd. comm.), Favorin von Arelate, t. I: "Memorabilien und Omnigena historia", Berlin, 1963.
  • (it) A. Barigazzi (intr., éd., comm.), Favorino di Arelate. Opere, Florence, 1966.
  • Eugenio Amato (intr., éd., comm.) - Y. Julien (trad.), Favorinos d'Arles, Œuvres, tome I : Introduction générale. Témoignages. Discours aux Corinthiens. Sur la Fortune, Paris, 2005.
  • Eugenios Amato (intr., éd., comm., trad.), Favorinos d'Arles. Œuvres, tome III : Fragments, Paris, 2010.

Sources[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. une des source principale de Diogène Laerce