Fausto Socin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fausto Socin
FaustusSocinus.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Faustus SocinusVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Fausto Paolo SozziniVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Fausto Socin, de son nom d'origine Fausto Paolo Sozzini ou Socini, aussi appelé Faustus Socinus, né le à Sienne et mort le à Luslawice (Pologne), est un théologien italien installé en Pologne. Son nom est attaché au socinianisme. Il fut le principal théologien de la Petite Église polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fausto Sozzini est le fils d'Alessandro Sozzini qui est l'aîné des fils de Mariano Socini le Jeune. Alessandro Sozzini est mort jeune, en 1541. Mariano Socini est professeur à l'université de Bologne ainsi que son fils Celso Sozzini. Celui-ci a fondé à Bologne en 1554 l' Accademia del Sizienti dont Fausto Sozzini a été membre. Mariano Socini le Jeune est mort à Bologne en 1556.

À partir du 15 octobre 1557, il était revenu de Bologne et a résidé dans sa ville natale, en se conformant à un édit du duc Cosme de Médicis, avec sa sœur Fillide et ses oncles Celso, Cornelio et Camillo.

Fausto Socin étudie la Bible, l'hébreu, le grec et l'arabe sous la responsabilité de son oncle Lelio Sozzini. Il adopte une attitude critique à l'égard des dogmes chrétiens enseignés par l'Église catholique, notamment en ce qui concerne le dogme de la Trinité. L'Inquisition surveille les membres de la famille Sozzini. Certaina membres sont arrêtés et interrogés en novembre 1560. Prévenu à temps, Fausto quitte Sienne pour se réfugier à Lyon en avril 1561. Il y a représenté les intérêts de sa famille et continué à correspondre avec ses amis. Quand il a appris la mort de son oncle Lelio à Zurich, il est parti dans cette ville pour récupérer les papiers de son oncle. Il a admis qu'il avait été influencé par les idées de son oncle. Lelio Sozzini a écrit Brevis explication in primum Ioannis caput dans lequel il discute de la traduction de certaines expressions. Les idées de christologie antitrinitaires de Lelio déniant l'Incarnation ont aussi inspiré les antitrinitaires transylvaniens et Ferenc Dávid. Fausto a écrit le texte Explicatio primi capitis Ioannis dans lequel il rejette l'éternité du Christ. Il a probablement rencontré pendant son voyage en Suisse Sébastien Castellion.

Vers la fin 1563 il retourne en Italie, peut-être pour régler des problèmes d'héritage, mais il y reste 12 ans. Il est à Rome entre 1565 et 1568, probablement comme secrétaire de Serafin Razzali, auditeur au tribunal de la Rote romaine. Entre 1569 et 1575, il est à Florence au service d'Isabelle de Médicis et de son mari, Paolo-Giordano Ier Orsini. Pendant cette période, il a des contacts secrets avec les dissents italiens installés en Suisse. En 1568 paraît à Alba Iulia, en Transylvanie, un de ses commentaires qui est publié en polonais à Cracovie.

À la fin de 1575, il quitte l'Italie et s'installe pendant trois ans en Suisse et à Bâle. Il va y avoir une intense activité d'écriture et de discussion sur ses idées. Il a son premier débat avec Jacques Covet (connu entre 1588-1600), théologien calviniste, sur la sotériologie ou théologie du Salut. Fausto Sozzini rejette la Rédemption par la mort du Christ sur la Croix, affirmant que la mort du Christ n'a pour but que de montrer la bonne manière de vivre. Après ce débat, il a écrit De Iesu Christo Servatore qui a été publié en Pologne en 1594. Son second débat a été conduit avec un religieux italien émigrés, Francesco Pucci, sur des sujets anthropologiques sur l'état du premier humain avant la chute. Fausto Sozzini affirme que les humains sont mortels par nature. De ce débat il a écrit De statu primi hominis ante lapsum qui n'a été publié qu'après sa mort, en 1610.

Les autorités bâloises réagissent à leur tour, et Fausto doit s'exiler à nouveau. Il s'installe en Pologne en juin 1579 et rejoint l'Église protestante antitrinitaire des frères polonais, fondée en 1562.

Il apprend le polonais et se marie en 1586. Il s'intéresse particulièrement à la Petite Église polonaise. Il publia plusieurs traités[1], notamment en 1594, De Jesu Christo servatore (Jésus-Christ Sauveur). Son système de pensée, qui se veut une interprétation raisonnée de l'Écriture sainte, inspira le Catéchisme de Rakow, édité en polonais en 1605. Diffusé également en Europe occidentale au cours du XVIIe siècle grâce à des traductions, ce livre, dans lequel Socin accorde davantage d'importance à « la fonction prophétique de Jésus (c'est-à-dire sur sa fonction de prédicateur et d'enseignant) », qu'aux éléments liés à sa crucifixion[2]. Il a eu une correspondance suivie avec l'humaniste hongrois Andreas Dudith.

Le 29 avril 1598, des étudiants catholiques de Cracovie attaquent sa maison, détruisent ses manuscrits et ses livres. Ils ont aussi l'intention de le jeter dans la Vistule[3]., mais il a été prévenu par des professeurs de l'université. Il n'a pas pu retrouver son manuscrit sur l'athéisme. Il quitte Cracovie le 30 avril et réside alors dans différents lieux. Ayant progressivement perdu sa vie, il a dicté ses dernières œuvres dont la rédaction de certaines n'a pu être terminée.

Il est inhumé à Lusławice.

Postérité[modifier | modifier le code]

La pensée de Socin connut des prolongements au XVIIe siècle, notamment aux Provinces-Unies, où est mentionné pour la première fois le terme de « socinianisme », en 1628.

Article détaillé : Socinianisme.

Il est considéré comme l'un des précurseurs du protestantisme libéral[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Fausto Socin rédigea entre autres De auctoritate scripturae sacre et De Jesu Christo servatore[4].
  • Responsio ad libellum Jacobi Wuieki Jesuitae Polonice editum De Divinitate Filii Dei & Spiritus Sancti, 1624 (lire en ligne)

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. notice du Sudoc [1].
  2. a et b André Gounelle, « Le protestantisme libéral », Évangile et Liberté, [lire en ligne].
  3. Dans les positions défendues par l' Ecclesia Minor, il y avait le baptême par immersion des adultes. Ce mode de baptême a entraîné des sarcasmes de la part des catholiques et des protestants qui les ont appelés antitrinitaires « plongeurs ». Pour se venger d'eux, ces antitrinitaires étaient plongés dans la rivière la plus proche par leurs adversaires religieux ce qui pouvait entraîner leur mort (Françoise Le Moal, Les dimensions du Socinianisme, p. 567)
  4. (en) « Socinus », dans Hugh Chisholm, Encyclopædia Britannica, Cambridge University Press, , 11e éd. (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Osier, Faust Socin ou le christianisme sans sacrifice, Paris, Cerf, coll. « Patrimoines », 1996. (ISBN 978-2204053181)
  • Charles Baladier, « Sociniens », Encyclopaedia Universalis, [lire en ligne]
  • Françoise Le Moal, « Les dimensions du Socinianisme », dans Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, octobre-décembre 1968, tome 15, no 4, p. 557-596 (lire en ligne)
  • (it) Valerio Marchetti, Notizie sulla giovinezza di Fausto Sozzini da un copialettere di Girolamo Bargagli, Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, 1969, no XXXI, p. 67-91
  • (it) Valerio Marchetti, Sull'origine e la dispersione del gruppo ereticale dei Sozzini a Siena (1557-1560), dans Revista storica italiana, 1969, tome LXXXI, fascicule 1, p. 133-173
  • (it) Paolo Nardi, Fausto Sozzini e l'università di Siena dopo la caduta della repubblica, dans Maestri e allievi giuristi nell'Università di Siena. Saggi biografici, Guiffré editore, 2009, p. 155-178, (ISBN 978-88-1414463-9) (aperçu)
  • (en) Sozzini, Fausto Paolo (Socinus, Faustus) (1539-1604), dans Hans J. Hillerbrand, Encyclopedia of Protestantism, Routledge, 2001, volume 1-4, A-Z, (ISBN 978-0-415-92472-6) (aperçu) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]