Faune de Burgess

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burgess.
Comparaison de taille de quelques espèces avec l'Homme

La faune de Burgess est le nom des restes d'une faune originale, et exclusivement marine, composée d'annélides et de chordés présentant une grande diversité de formes et de tailles. Elle a été découverte par hasard en 1911 par le géologue américain Charles Doolittle Walcott. Le nom vient du site Burgess situé dans le Parc national de Yoho au Canada, sur les pentes du mont Wapta.

Description[modifier | modifier le code]

Les fouilles débutées en 1911 se poursuivirent jusqu'en 1917, et se conclurent par une collection de plus de 80 000 spécimens déposés à l'Institut Smithsonian de Washington. À la fin des années 1960, le professeur Harry Whittington entreprit de réviser le travail de Walcott, et après de nombreuses observations des fossiles à la chambre claire, il conclut à leur caractère original, du point de vue des plans d'organisations.

Cette faune (majoritairement benthique) présente 140 espèces répartie en 119 genres, 37 % sont des arthropodes. Elle contient un riche assortiment d'éponges et d'algues, sept espèces de brachiopodes, dix neuf espèces de trilobites à parties dures, quatre espèces d'échinodermes et un ou deux mollusques ou cœlentérés[1].

C'est à cette époque, au cours du Cambrien, entre -528 et -510 millions d'années, que se sont mis en place les différents schémas d'organisation actuels, lors de ce qui est appelé « l'explosion du Cambrien ». Pour Stephen Jay Gould, le Schiste de Burgess présente une disparité anatomique qui n'a jamais été égalée depuis et que n'approche pas la totalité des animaux actuels, la différence étant éteinte[1].

Certains des plans d'organisation de la faune de Burgess étaient inconnus et ne sont plus représentés actuellement. Par la suite, on a retrouvé des faunes similaires au Groenland, en Europe, en Chine, en Australie ainsi qu'en Amérique du Nord.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stephen Jay Gould, La vie est belle, Éditions du Seuil, 1991, p. 265 (ISBN 2-02-035239-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]