Aller au contenu

Fauguernon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fauguernon
Fauguernon
Le château de Combray au début du XXe siècle.
Blason de Fauguernon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Maire
Mandat
Patrick Flamand
2020-2026
Code postal 14100
Code commune 14260
Démographie
Gentilé Fauguernonais
Population
municipale
235 hab. (2021 en diminution de 5,62 % par rapport à 2015)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 30″ nord, 0° 16′ 16″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 167 m
Superficie 7,41 km2
Type Commune rurale à habitat très dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Lisieux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-l'Évêque
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Fauguernon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Fauguernon
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
Fauguernon
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Fauguernon
Liens
Site web www.fauguernon.fr

Fauguernon est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 235 habitants[Note 1].

Géographie

[modifier | modifier le code]

La commune est composée d'un plateau de culture au nord-est, de quatre collines vers le sud-ouest avec trois vallées encaissées, dont celle du ruisseau Fauguernon en face de la mairie.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Pays d’Auge, Lieuvin et Roumois, moins directement soumis aux flux océaniques et connaissant toutefois des précipitations assez marquées en raison des reliefs collinaires qui favorisent leur formation[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 867 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 8,6 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Lisieux à 6 km à vol d'oiseau[5], est de 11,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 881,4 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Au , Fauguernon est catégorisée commune rurale à habitat très dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lisieux, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[10]. Cette aire, qui regroupe 57 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,1 %), terres arables (31,5 %), forêts (10,6 %), zones agricoles hétérogènes (9,8 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le nom de la localité est attesté sous les formes Faguernun en 1156 - 1157 ([pour l’année 1148; copie f-XIVe] CRT I 247), Faguernon en 1180 (MR I 19b) et 1198 (MR II 14b), Fauguennon en 1255 (PLXDF xliv n. 9), Fagernon en 1260 (CNo 123b § 641 n. 2), Faug[er]non en 1261 - 1266 (RDBR 90), Fagernon en 1282 (cart. norm. n° 998, p. 257, note), Faguernon en 1274 (CFLM 176 § 2), Fausguernon en 1274 (CFLM 178 § 3), Faus Guernon en 1288 (CGLM 53 § XXXVII), Fausguernon en 1288 (CFLM 99 § LXXII), Fausgernon en 1300 (CFLM 170 § CXXVI), Fauzgernon en 1308 - 1309 (CFLM 75 § LVI)[14], Faguellon au XIVe siècle, Fauguernon au XVIe siècle (pouillé de Lisieux, p. 38)[15].

Albert Dauzat ne cite que les formes Faguernon de 1198 et Fauguernon au XVIe siècle, c'est-à-dire qu'il considère implicitement Faguernon comme une cacographie pour *Fauguernon[16]. C'est pourquoi il explique Fauguernon par le vieux français fau « hêtre », suivi du nom de personne Guernon, ancien prénom d'origine germanique Werino, attesté comme patronyme essentiellement en Normandie avant le XXe siècle. René Lepelley lui emboite le pas[17].

Outre l'incompatibilité de certaines formes anciennes avec cette explication, l'évolution normale du nom de personne germanique Werino devrait être *Vernon, car Fauguernon se situe au nord de la ligne w- / g(u)- et au nord de la ligne Joret. Deux autres hypothèses mieux fondées ont été émises à partir des formes Fauguernon / Fausguernon, à savoir les anthroponymes médiévaux *Falt grenon[18] ou *Fals guernon[19],[14], le premier signifiant « manque moustache » → « fausse moustache » et le second « visage faux, perfide », analogue des mieux attestés Blanc guernon, Bellus grenon, Asguernons, etc.[14] L'hypothèse d’un nom de personne est renforcée par l'existence d'un personnage nommé Ricart Fauxgrenon possesseur d'un fief à Littry en 1386[18].

On peut aussi rapprocher Fauguernon de Faguillonde[18] (Seine-Maritime, Lammerville, Fagerlanda 1133 - 1134, Fagherlunda 1155, Faghelunda 1189, Fagellunde 1225, Faguellonde 1464) qui contient le vieux normand londe « bosquet, bois » issu du norrois lunda, forme féminisée ou déclinée de lundr « bosquet, petit bois » qui pour sa part a parfois évolué en -lon(t), -ron(d) et -non en finale. cf. Quincarnon (Eure, Esquerquenon 1269) qui est un homonyme d’Écaquelon (Eure, Scacherlun 1174, Escaquernon 1203, Scakernon, Escakerlon [sans date]) et d'Écatelonde / Écaquelon (Seine-Maritime, Smermesnil, Scakerlonde en 1165, Escaquelon 1567 et 1624)[20]. On constate dans les deux cas un contexte phonétique analogue entre *[F]-agerlonde et [Sc]-akerlonde. Ce passage de [l] à [n] est cependant inhabituel. On peut supposer dans un premier temps une nasalisation de [l] devant [ɔ̃], soit [l] > [l̃] > [n], mais cela ne semble pas suffisant, car elle a sans doute dû avoir lieu dans d'autres cas qui n'ont pas abouti à [n]. Il pourrait éventuellement s'agir d'une sorte d'assimilation.

Le premier élément Faguer- représenterait alors l'ancien norrois fagr « beau »[18] (apparenté par l'indo-européen au latin pulcher « beau »), d'où le sens global de « beau bois », à comparer avec le nom de lieu norvégien Fagerlund (à Lena, comté d'Oppland au nord d'Oslo), ainsi que les noms de famille norvégiens et suédois Fagherlund, Fagerlund, issus de toponymes. Voir aussi le microtoponyme islandais Fagrilundur.

Le gentilé est Fauguernonais.

En 846 Hervé, originaire du Maine et probablement proche des Rorgonides[Note 3] et des comtes du Perche[21], fait une halte d'une nuit à Norolles alors qu'il vient de Bayeux transportant les reliques de saint Renobert et saint Zénon. À cette époque Norolles et Fauguernon forment une seule villa. Le passage des reliques donne lieu à la construction d'un petit sanctuaire dédié à saint Regnobert sur l'actuelle commune de Fauguernon - sanctuaire cité comme capella en 1221 et qui devient à terme le noyau d'une paroisse. Il n'est pas dit pourquoi Hervé passe une nuitée à cet endroit ; Maneuvrier propose qu'il y possède peut-être une résidence sur l’éperon rocheux dominant l’église Saint-Regnobert - là même où, à terme, est construit l’un des plus puissants châteaux de la famille Bertran[22].

Fauguernon fut jadis un des plus grands fiefs de Normandie comme l'attestent les restes imposants du château du IXe siècle.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1987[23] mars 2008 Claude Leboulenger SE Agriculteur
mars 2008[24] En cours Serge Tougard[25] SE Trésorier principal
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[26].

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2021, la commune comptait 235 habitants[Note 4], en diminution de 5,62 % par rapport à 2015 (Calvados : +1,02 %, France hors Mayotte : +1,84 %). Fauguernon a compté jusqu'à 430 habitants en 1806.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378411430382376353330311296
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
310277274279228243214221210
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
215191185173174161171143152
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
186139162153200182235242244
2017 2021 - - - - - - -
246235-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Forteresse de Fauguernon

[modifier | modifier le code]

Édifiée pendant le premier millénaire, cette citadelle stratégique se dressait devant les envahisseurs scandinaves. Haut-lieu de résistance à la charnière du plateau de Lieuvin et de la vallée de la Touques, elle fut démantelée après un siège de trois mois par Geoffroy V d'Anjou en 1147. Reconstruite puis malmenée au cours de la guerre de Cent Ans, c'est sur ordre du duc de Montpensier qu'elle fut détruite en 1590, lors de corvées réquisitionnant les habitants des paroisses voisines, afin d'empêcher qu'elle ne devienne le siège et l'abri de pillards comme par le passé. Les ruines sont inscrites aux Monuments historiques[31].

L'église de Fauguernon dédiée à saint Regnobert, évêque de Bayeux, date du XIIe siècle au XVIe siècle.

Autres lieux

[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations

[modifier | modifier le code]

Repas communal en septembre, repas des ainés en mai, concerts…

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Fauguernon Blason
D'or au lion de sinople couronné d'argent, armé et lampassé de gueules, brisé d’un lambel antique de quatre pendants du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
Notes sur la démographie
  1. Population municipale 2021.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. On trouve plusieurs Hervé dans la famille des comtes d’Herbauge, une branche des Rorgonides. Voir Maneuvrier 2005, note 21.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre Fauguernon et Lisieux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Lisieux_sapc » (commune de Lisieux) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Lisieux_sapc » (commune de Lisieux) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lisieux », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  14. a b et c Dominique Fournier, Les noms de lieux des cantons de Lisieux : communes, anciennes paroisses, principaux cours d’eau, Éditions des Mortes-Terres, Saint-Georges-en-Auge, 2013 (ISBN 978-2-9537834-3-8), p. 45-47.
  15. Célestin Hippeau, Dictionnaire topographique du département du Calvados, Paris, 1883, p. 111 (lire en ligne sur DicoTopo) [1]
  16. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 283b
  17. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, éditions presses universitaires de Caen - Charles Corlet, 1994, p. 120b.
  18. a b c et d François de Beaurepaire (préf. Michel Tamine), Les Noms de lieux du Calvados (annoté par Dominique Fournier), Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-14-028854-8), p. 179
  19. Dominique Fournier, « Notes de toponymie normande : Cambremer; Firfol; Fauguernon », in Histoire et Traditions Populaires no 47 (septembre 1994), p. 66-69.
  20. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 163
  21. [Maneuvrier 2005] Christophe Maneuvrier, « Le récit de la translation des reliques de saint Regnobert : histoire d’une éphémère fondation monastique effectuée aux portes de Lisieux sous l’épiscopat de Fréculf », Tabularia, no 5 « Études »,‎ , p. 1-11 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le ), paragr. 7.
  22. Maneuvrier 2005, paragr. 8.
  23. « Claude Guesdon, adjoint sortant conduit une liste », sur ouest-france.fr (consulté le ).
  24. « Serge Tougard élu nouveau maire », sur ouest-france.fr (consulté le ).
  25. Réélection 2014 : « Serge Tougard, maire, repart pour six ans », sur ouest-france.fr (consulté le ).
  26. « Fauguernon (14100) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  31. « Restes du château », notice no PA00111329, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Château de Combray », notice no PA00111330, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Manoir du Pavillon », notice no PA00111331, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]