Fatima Zibouh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fatima Zibouh
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Fatima Zibouh, née à Berchem-Sainte-Agathe le , est une politologue belge d'origine marocaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licenciée en sciences politiques de l'Université libre de Bruxelles, master en droits de l’homme de l’Université catholique de Louvain, elle est chercheuse au Centre d'études de l'ethnicité et des migrations (CEDEM) à l'Université de Liège et doctorante dans cette même université. Elle est notamment spécialiste de la participation politique des allochtones[1],[2] et des droits de l'homme[3].

Elle est secrétaire de l'Association belge de science politique[4].

En février 2010, elle a été nommée par le parti Ecolo comme membre suppléante du conseil d'administration du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme[5],[6],[7].

En décembre 2010, elle a fait partie du jury qui a désigné le Belge de l'année pour le quotidien Le Soir[8].

Avec sept autres intellectuels belges francophones, elle a cosigné en février 2011 une carte blanche contre le nationalisme et le repli communautaire dans les quotidiens Le Soir et De Standaard[9].

En septembre 2020, elle intègre le conseil d’administration du Centre pour la justice intersectionnelle, association créée en 2017 à Berlin pour favoriser le plaidoyer, la recherche et la formation, pour une politique de lutte contre la discrimination et une action égalitaire et inclusive[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Désignation en tant que "Femme d'honneur", par l'Université de Liège (Faculté des Sciences Humaines et Sociales)[11]
  • 2014 : Prix de l'Observatoire des Politiques Culturelles. Diwan Award de la Personnalité de l'année[12].
  • 2019 : Désignation en tant VUB Fellow par le conseil d’administration de la VUB[13].
  • 2020 : Désignation en tant qu'ambassadrice de la diversité belge par le Ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin[14].
  • 2021 : Sélectionnée dans la liste des Belgium's 40under40 pour faire partie de la première cohorte des 40 jeunes leaders de moins de 40 ans[15].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Hugues Dorzée, « Des pratiques pas très différentes », Le Soir 12 octobre 2006
  2. M. Co., Fatima Zibouh : "Le candidat ne suffit pas", La Libre Belgique, 28 juin 2010
  3. Ricardo Gutiérrez, Dossier spécial Belgo-Marocains, Le Soir, 2 mars 2011
  4. Bureau de l'Association belge de science politique
  5. Agence Belga, Une femme voilée entre au Centre pour l'égalité des chances, La Libre Belgique, 9 février 2010
  6. Mehmet Koksal, « Pourquoi la nomination d’une fille voilée choque-t-elle la société ? », Parlemento.com, 9 février 2010
  7. Ricardo Gutiérrez, William Bourton, Fatima Zibouh : « Je ne suis pas qu’un foulard ambulant ! », Le Soir, 13 mars 2010
  8. Le Belge de 2010 qui n’aime pas la Belgique, Le Soir, 31 décembre 2010
  9. (avec Jacques Borlée, Étienne de Callataÿ, Eric Dekeuleneer, Alain Deneef, Serge Fautré, Henri Goldman, Philippe Van Parijs), « Pas en notre nom ! »... et pour les francophones la même chose, Le Soir (et De Standaard),
  10. « Allemagne : La politologue belgo-marocaine Fatima Zibouh intègre le CIJ », sur yabiladi.com, (consulté le )
  11. « 50 femmes qui comptent : Fatima Zibouh, Entrepreneure sociale (Belgique) | Challenge.ma », sur www.challenge.ma (consulté le )
  12. (en-US) « Fatima Zibouh », sur Womenpreneur Initiative, (consulté le )
  13. (nl) « VUB fellows », sur www.vub.be (consulté le )
  14. « Des ambassadrices de la diversité belge à l'occasion de la journée du 8 mars », sur BX1, (consulté le )
  15. « 40 leaders pour la Belgique de demain, fois deux », sur L'Echo, (consulté le )

Publications[modifier | modifier le code]