Fatima Benomar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fatima-Ezzahra Benomar
Description de cette image, également commentée ci-après
Fatima Benomar
Naissance
Rabat Drapeau du Maroc Maroc
Nationalité Marocaine
Profession
graphiste-monteuse
Autres activités
Formation
baccalauréat en arts plastiques et diplôme en cinématographie

Compléments

marocaine résidant en France
cofondatrice de l'association Les Effronté-e-s.

Fatima-Ezzahra Benomar est née au Maroc en 1983. Elle vient en France en 2001 pour y poursuivre ses études. Elle milite ensuite, dès 2009, au sein de l’association Osez le féminisme dont elle est membre du bureau, responsable des questions d'égalité professionnelle. Après avoir participé à la campagne présidentielle de 2012 pour Jean-Luc Mélenchon, elle quitte le Parti de gauche et cofonde l'association féministe Les Effronté-e-s.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fatima Benomar, née à Rabat la capitale du Maroc, est élevée dans une famille de la classe moyenne. Son père est professeur de philosophie[1]. Elle suit ses études au lycee Omar El Khayam à Rabat. Elle s’imprègne de la culture française en fréquentant le Centre culturel français de Rabat. Son père l’incite à quitter le Maroc : « Ma fille, tu ne seras pas heureuse au Maroc. Tu es féministe, artiste, progressiste. Pars t’installer en France »[2].

En 2001, à l’âge de 17 ans, elle vient vivre en France[3]. Elle suit des études à l’université Paris-Diderot, dans le domaine du cinéma. Elle se syndique alors à l’Union nationale des étudiants de France et participe au mouvement contre le contrat première embauche[2].

En 2009, elle s’engage dans la lutte féministe notamment après le visionnage du documentaire La Domination masculine de Patric Jean[4].

En 2012, elle est intermittente graphiste-monteuse et se trouve « dans un no man's land juridique » car il n’existe pas de titre de séjour pour cette catégorie de travailleurs étrangers. Sans papiers, elle devient expulsable, n’a pas de travail ni droit à des aides et vit grâce à ses économies. Elle obtient sa régularisation en août 2012, puis retrouve un travail en septembre mais pas de logement[5]. Elle vivra en squat pendant deux ans et demi, de janvier 2013[6] à août 2015, notamment dans un squat féministe[7] dans le 14ème arrondissement de Paris.

Pendant la campagne présidentielle de 2012, elle travaille au côté de Jean-Luc Mélenchon en tant que chargée des questions liées aux droits des femmes[8]. Mais pour des « problèmes de démocratie interne et de fonctionnement du parti », elle décide de quitter le Parti de gauche[9]. Cette version des faits sera ensuite rectifiée par un témoignage sur son blog rendant compte d'une campagne de harcèlement moral interne[10].

Elle participe alors à la fondation de l'association féministe Les effronté-e-s pour lutter contre le sexisme et les politiques de rigueur qui pénalisent les droits des femmes[11]. En mars 2017, l'association est qualifiée par le magazine féminin ELLE comme la plus médiatique des nouveaux visages du féminisme[12].

En 2013, elle publie le livre "Féminisme : la Révolution inachevée" aux Éditions Bruno Leprince, préfacé par la députée Marie-Georges Buffet[13]. La même année, la réalisatrice Pascale Berson-Lécuyer réalise un court-métrage sur Fatima-Ezzahra Benomar alors que celle-ci vit depuis plusieurs mois dans un squat proche de la Gare du Nord à Paris. Il lui fera obtenir le Prix de la réalisatrice du mois au 12 months (Roumanie), et sera sélectionné en compétition dans plusieurs festivals, au Golden sun short film festival (Malte) et au Kazan International Festival of Muslim Cinema (Russie), entre autres.[14].

Lors du printemps 2016, elle participe aux manifestations de Nuit debout. Présente le 31 mars, elle intègre ultérieurement la Commission féministe[15].

En juin 2017, à la suite d’un harcèlement de rue non sanctionné par des policiers, pourtant présents, elle lance une pétition demandant la formation des forces de l’ordre. En réponse le cabinet de Marlène Schiappa explique que le gouvernement s’est déjà saisi de cette question [16]. Un mois avant, sélectionnée par le concours d'éloquence de la Fondation des Femmes, le 12 mai 2017, elle choisissait justement de s'exprimer en rimes sur le thème du harcèlement de rue en déclamant un poème.[17] Quelques mois plus tard, ce sera encore une fois le thème de son stand up, "Le Harcèlement de rue" à l'occasion du TEDxChampsElyseesWomen auquel elle est invitée à intervenir sur scène[18].

Ouvrage et vidéo[modifier | modifier le code]

  • Féminisme : la Révolution inachevée, Editions Bruno Leprince, préface de Marie-Georges Buffet, 2013[13]
  • Le Harcèlement de rue, TEDxChampsElyseesWomen, 2017[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Quentin Girard Fatima Benomar. Carte de résistante Libération, 22 juillet 2015
  2. a et b C’est très mystérieux la prise de conscience La Cimade, octobre 2013
  3. Fatima Benomar HuffingtonPost, 3 novembre 2016
  4. Rencontre : Fatima-Ezzahra Benomar, cofondatrice de l'association féministe Les Effontré-es Deuxième Page, 4 avril 2018
  5. AFP Fatima Benomar, 30 ans, intermittente et ancienne SDF L’Express, 18 octobre 2013
  6. « Fatima Benomar, 30 ans, intermittente et ancienne SDF », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  7. « Un squat féministe dans l'ancien hôtel », Le Parisien,‎
  8. « La Fête met en question les inégalités » Humanité.fr, 11 août 2015
  9. Nuit debout a permis de sortir le féminisme de sa zone de confort Gazette Debout, 20 avril 2017
  10. « « Tu as fait quelque chose de très grave, mais je ne peux pas te dire quoi ». », Fatima-Ezzahra Benomar,‎ (lire en ligne)
  11. Fatima-Ezzahra Ben-Omar HuffingtonPost, 5 mai 2016
  12. Magazine ELLE, « Les nouveaux visages du féminisme - Elle », hebdomadaire,‎ (lire en ligne)
  13. a et b Emmanuelle Barbaras “Féminisme : la révolution inachevée” de F-A Benomar ReSPUBLICA, 10 avril 2013
  14. La République de Fatima
  15. Benjamin Sourice Nuit debout a permis de sortir le féminisme de sa zone de confort Gazette debout, avril 2017
  16. "J’ai été insultée devant des policiers qui ont éclaté de rire, il faut les former au harcèlement de rue" BFM TV, 26 juin 2017
  17. Fondation Des Femmes, « "Hé Madmoizelle!": Fatima Benomar sur le harcèlement de rue », (consulté le 7 juillet 2018)
  18. a et b Le Harcèlement de rue

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]