Fatiha Boudjahlat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fatiha Boudjahlat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activités
Enseignante, militante politique, essayisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de

Fatiha Boudjahlat est une enseignante et essayiste française, cofondatrice avec Céline Pina du mouvement Viv(r)e la République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fatiha Boudjahlat est enseignante d'histoire au collège Maurice Bécanne à Toulouse[1], elle fut secrétaire nationale du Mouvement républicain et citoyen chargée des questions d'éducation[2],[3]. Elle est cofondatrice avec Céline Pina du mouvement Viv(r)e la République, ainsi que membre du cercle Condorcet.

Son essai Le Grand Détournement, paru aux éditions du Cerf, se vend à 10 000 exemplaires et arrive finaliste pour l'obtention du prix du livre politique 2018[4].

Sur le plateau de François Busnel, au cours de l'émission La Grande Librairie, la philosophe Élisabeth Badinter salue la rigueur intellectuelle de l'ouvrage, son courage, et déclare « avoir reçu le livre dans l'estomac »[5].

Fatiha Boudjahlat se présente comme une militante féministe, anti-intégriste et antiraciste et se positionne :

  • En faveur d'une « école de l'exigence », plus à même de jouer le rôle d'ascenseur social[6],[7].
  • En faveur d'une application stricte des principes de la laïcité française, en milieu scolaire et ailleurs[6].
  • Contre les mouvements indigénistes, islamistes et identitaires[8],[1],[9].

Elle dénonce notamment l'incapacité des « néo-féministes » à s'opposer au patriarcat de la culture musulmane et donc à défendre les droits des femmes issues de l'immigration musulmane[10]. Caroline Fourest affirme que Fatiha Boudjahlat et Christine Le Doaré ont été déprogrammées d'une intervention à Nanterre sur le féminisme universaliste suite à des pressions émanant du Conseil scientifique du congrès international des recherches féministes dans la francophonie[11].

Elle a, sur les réseaux sociaux, une vive altercation avec Rokhaya Diallo suite à laquelle celle-ci porte plainte pour incitation à la commission d'un crime, estimant qu'il y a « appel au viol ». L'avocat de Rokhaya Diallo a affirmé que cette plainte avait abouti à un rappel à la loi, mais Fatiha Boudjahlat dément, affirmant qu'elle avait été classée sans suite, et a porté plainte à son tour pour dénonciation calomnieuse[12],[13].

Personnalité controversée, elle est soutenue par Élisabeth Badinter[5],[14] et vivement critiquée par Pascal Boniface pour qui elle « n'a d'existence et de reconnaissance médiatiques que parce qu'elle évoque, de manière négative, les musulmans »[15].

Tribunes[modifier | modifier le code]

  • Fatiha Boudjahlat, « Ramadan contre ma mère », Causeur,‎ (lire en ligne)
  • Fatiha Boudjahlat, « Edwy Plenel, PIR, CCIF, identitaires... les nouveaux racistes », Marianne,‎ (lire en ligne)
  • Fatiha Boudjahlat, « Les accommodants de la laïcité qui n'aimaient qu'eux-mêmes », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  • Céline Pina et Fatiha Boudjahlat, « Tariq Ramadan ne mérite pas d'être français », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Fatiha Boudjahlat, « «Les islamistes ne sont pas les musulmans, et Edwy Plenel n'est pas leur prophète» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Fatiha Boudjahlat, « Monsieur Blanquer, agissez pour la laïcité ! », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Fatiha Boudjahlat, « La France doit accueillir les mères et les enfants de Daech », Libération,‎ (lire en ligne)
  • Fatiha Boudjahlat, « Leïla Slimani, nouvelle cible de la censure antiraciste », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
Réponse: Pascal Boniface, « Imam Chalghoumi: le contre-sens de Fatiha Boudjahlat », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Fatiha Boudjahlat, « Contre le racisme des bons sentiments qui livrent les femmes au patriarcat oriental », Le Parisien,‎ (lire en ligne)

Publication[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Son ouvrage Le grand détournement : féminisme, tolérance, racisme, culture a fait l'objet de nombreuses recensions et/ou critiques dans les médias (journaux, blogs etc.)[5],[10],[16],[17],[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Propos recueillis par Benjamin Abba, « Fatiha Boudjahlat : «Le féminisme est universel ou il n'est pas» », La Dépèche,‎ (lire en ligne)
  2. « Dossier tabou : on livre des musulmans qui se sentent français aux mains des islamistes », RT en Français,‎ (lire en ligne)
  3. Jean-Paul Brighelli, « Brighelli - Profs agressés : "L'Éducation fait le choix des bourreaux" », Le Point,‎ (lire en ligne)
  4. Vincy Thomas « Le Prix du Livre politique 2018 pour Laurence Debray », 9 avril 2018.
  5. a b et c « La grande librairie Épisode du jeudi 8 février 2018 », (consulté le 23 août 2018)
  6. a et b Fatiha Boudjahlat, « Monsieur Blanquer, agissez pour la laïcité ! », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  7. « Education : les conservateurs ont-ils gagné la bataille des idées ? » [audio], sur France Culture,
  8. « Combats avec Fatiha Boudjahlat et Rebecca Amsellem », France Inter,‎ (lire en ligne)
  9. Bastien Lejeune, « Fatiha Boudjahlat : “La condescendance racialiste salit les joueurs et la victoire” », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  10. a et b Alexandre Devecchio, « Fatiha Boudjahlat : «Les néo-féministes sont les idiotes utiles des indigénistes» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. Caroline Fourest, « L'université contre l'universalisme », Marianne,‎ (lire en ligne)
  12. « Une enseignante sanctionnée pour avoir appelé au viol de Rokhaya Diallo », Mizane info,‎ (lire en ligne)
  13. Hamidou Anne, « Il est plus qu’irresponsable de laisser Rokhaya Diallo être insultée chaque jour », sur Le Monde.fr, (consulté le 24 septembre 2018)
  14. Propos recueillis par Perrine Cherchève et Marie Huret, « Elisabeth Badinter : "En France, Dieu ne gouverne pas la cité" », Marianne,‎ (lire en ligne)
  15. Pascal Boniface, « Imam Chalghoumi: le contre-sens de Fatiha Boudjahlat », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  16. « Le livre de Fatiha Boudjahlat 'Le Grand détournement. Féminisme, tolérance, racisme, culture' - Mezetulle », Mezetulle,‎ (lire en ligne)
  17. « Le grand retournement, de Fatiha Agag-Boudjahlat : Détournement dangereux - Claude ROCHET », Claude ROCHET,‎ (lire en ligne [blog])
  18. « Fatiha Boudjahlat : «Le féminisme est universel ou il n'est pas» », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]