Fashion victim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une fashion victim (« victime de la mode »), d'après Oscar de la Renta, considéré généralement comme le créateur de l'expression[1], est une personne qui est incapable d'identifier les frontières communément admises des styles vestimentaires.

Définition[modifier | modifier le code]

Concours entre fashionistas au Jaguar Style Stakes - Dubai World Cup 2013

Les fashion victims sont des victimes parce qu'elles sont à la merci des préjugés de la société, des intérêts commerciaux de l'industrie de la mode, ou des deux à la fois. Selon Diana Pemberton-Sikes, l'auteur du livre How to Spot a Fashion Victim, la fashion victim se reconnaît à trois éléments principaux : elle porte des vêtements à la mode même si ceux-ci sont disgracieux, elle accumule les pièces de mode souvent de façon obsessionnelle et elle est capable de prendre le contre-pied de la saison sous prétexte de s'afficher (bottes fourrées l'été ou jambes nues l'hiver par exemple)[2].

D'après Versace : « Lorsqu'une femme change trop souvent d'apparence au fil des saisons, elle devient une victime de la mode[3] ».

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Les médias utilisent des néologismes différents, ayant des nuances de définition, pour désigner les victimes féminines de la mode : outre la fashion victim, il y a

  • la fashionista[4] (incarnée à l'écran par Carrie Bradshaw de la série Sex and the City[2]),
  • la fashion addict (que l'on retrouve dans le film Confessions d'une accro du shopping),
  • la « modeuse » (représentée par exemple par Alexa Chung, Olivia Palermo ou Carine Roitfeld et de façon extrême par Anna Dello Russo) définie comme « fashion maniac »,
  • la « recessionista » (cherchant à être à la mode à moindre prix)[5],
  • la « fashionizer » (désignant une consommatrice de mode cherchant à créer la mode plutôt que de simplement la suivre)[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « According to John Fairchild, Oscar and I were sitting at the Caravelle and Oscar looked around and said, « These people are absolute hell, they look like fashion victims », and that was the first time anyone had used that expression. » (en) Nicholas Coleridge, The Fashion Conspiracy, HarperCollins,
  2. a b et c Valérie de Saint-Pierre, « Révolution d'une bête de mode », Madame Figaro, no 21069,‎ , p. 88 à 89 (ISSN 0246-5205)
  3. (en) Teri Agins, The End of Fashion : How Marketing Changed the Clothing Business Forever, Harper Paperbacks, , p. 116

    « When a woman alters her look too much from season to season, she becomes a fashion victim »

  4. Terme anglo-hispanique.
  5. Alexa Chung, recessionista ?, 8 juin 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]