Farmakonisi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Farmakonisi
Φαρμακονήσι (el)
Au nord de la carte, l'île de Farmakonisi dans l'archipel
Au nord de la carte, l'île de Farmakonisi dans l'archipel
Géographie
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Archipel Dodécanèse
Localisation Mer Égée (mer Méditerranée)
Coordonnées 37° 17′ 28″ N 27° 05′ 19″ E / 37.291194, 27.08859437° 17′ 28″ N 27° 05′ 19″ E / 37.291194, 27.088594
Superficie 3,866 km2
Point culminant 106
Géologie Île continentale
Administration
Périphérie Égée-Méridionale
Nome Dodécanèse
Démographie
Population 74 hab. (2001)
Densité 19,14 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC+2

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Farmakonisi
Farmakonisi
Îles de Grèce

Farmakonisi ou Pharmakonisi[1] (en grec moderne : Φαρμακονήσι, en français Phamacuse) est une petite île de la mer Égée située dans le Dodécanèse et rattachée à l'île de Leros située à environ 25 km.

Géographie[modifier | modifier le code]

Farmakonisi est localisé à 20 km de Lipsi et à 15 km au large des côtes de la Turquie. Il a une taille de 4 km de longueur et 1 km de largeur maximales pour une surface d'environ 3,866 km2.

L'île est desservie par des navettes depuis Leros.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Farmakonisi est celle du Dodécanèse ; les périodes de peuplement et de désertification alternent selon les aléas de l'évolution climatique et historique, l'île étant périodiquement dépeuplée tantôt par les sécheresses, tantôt par les raids de pirates ou de guerriers en quête d'esclaves.

Une anecdote historique est spécifiquement liée à Farmakonisi. Dans la lutte qui opposa Sylla à Caius Marius, Jules César, neveu de ce dernier, est pourchassé par Sylla et se réfugie auprès de Nicomède IV, roi de Bithynie. Plutarque raconte qu'en rentrant en Asie mineure, le jeune César aurait été fait prisonnier sur l'île durant 38 jours par des pirates. Nullement impressionné, il exige d'eux de doubler le montant de sa rançon en considération de son rang, et leur déclare aussi qu'une fois libéré il les exécutera. La rançon versée, Marcus Junctus, le gouverneur d'Asie, se rend sur l'île, capture et emprisonne une partie de la troupe à Pergame, mais refuse de les tuer, préférant les vendre comme esclaves. César furieux se les fait livrer et tient sa promesse en les crucifiant[2]. Suétone relate la même anecdote mais il omet le détail de l'évaluation de la rançon, et pour mettre en évidence la « mansuétude » de César, précise qu'il les fait égorger avant de les crucifier[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Le nom de l'île, recouverte d'herbes aromatiques, se compose de Φαρμακο - Pharmako, signifiant « remède/poison/charme » (selon les doses) et de νήσι - nêsi, signifiant « île ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Également connu sous les noms de Pharmakos, Farmaco, ou Pharmakousa
  2. Plutarque, Vies parallèles, page ?[précision nécessaire].
  3. Suétone, Vie des douze Césars, page ?[précision nécessaire].