Joseph-Samuel Farinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Farinet)
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Samuel Farinet
FarinetGemälde.jpg

Portrait de Farinet[1].

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
SaillonFarinet.jpg

La cachette de Farinet.

TombeFarinet.jpg

Tombe de Joseph-Samuel Farinet. Au pied de l'église de Saillon.

Joseph-Samuel Farinet (1845-1880) est un contrebandier et faux-monnayeur originaire des États de Savoie. Il est principalement connu dans le canton du Valais en Suisse, où d'aucuns ont cherché à en faire un défenseur local de la liberté et une incarnation de la résistance à l'autorité, il est parfois appelé le Robin des Bois suisse[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Farinet est né en 1845 dans la commune de Saint-Rhémy-en-Bosses dans la haute vallée du Grand-Saint-Bernard, en Vallée d'Aoste, alors territoire des États de Savoie. Son nom de famille est l'un des plus répandus encore de nos jours dans la haute et moyenne vallée du Grand-Saint-Bernard.

En 1869, il est condamné par contumace à 18 mois pour vols à Aoste. En 1871, après l'effondrement de la banque cantonale du Valais, il est arrêté à Martigny-Bourg et condamné pour fabrication de fausse monnaie à quatre ans de prison.

Après plusieurs évasions, la police valaisanne le traque alors qu'il cherche asile à Saillon. Le , on découvre son corps au bas des gorges de la Salentse (rivière qui descend de la montagne vers Leytron). Selon la rumeur, une balle des policiers l'aurait tué. En réalité, il est mort d'une fracture du crâne selon le document « levée du corps » exposé au musée de la Fausse Monnaie de Saillon. Une tombe existe au pied du clocher de l'église Sainte-Catherine. Mais cette tombe fut créée pour les besoins du film de 1939 : on ne sait pas où exactement repose le corps de Farinet qui ne fut pas enterré dans l'enclos sacré.

Les gorges de la Salentse, où Farinet a trouvé la mort.
La passerelle à Farinet, inaugurée en septembre 2001.

Fausse monnaie[modifier | modifier le code]

Contrairement au roman de Charles-Ferdinand Ramuz, il a exclusivement falsifié des pièces de vingt centimes suisses en billon.

L'alliage de ces pièces étant extrêmement dur, il était assez aisé d'en faire une empreinte dans de l'acier porté à blanc, et d'utiliser celle-ci pour produire des fausses pièces[3].

La valeur d'une pièce de 20 centimes de l'époque correspond environ à 1,85 franc de 2010[4].

Littérature[modifier | modifier le code]

Dans Farinet ou la Fausse Monnaie, roman de Charles Ferdinand Ramuz paru en 1932, Farinet est décrit non pas comme un faux-monnayeur, mais comme un « vrai-monnayeur », un précurseur de la banque libre. En effet, il dispose d'une mine d'or qui lui permet de fabriquer des pièces de meilleur aloi que les pièces officielles, ce qui fait qu'elles sont davantage recherchées par la population.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le réalisateur suisse Max Haufler l'a porté au cinéma en 1939 dans Farinet ou l'or dans la montagne. Le rôle de Farinet y est interprété par Jean-Louis Barrault[5].

Une autre version de la vie de Farinet existe dans un téléfilm intitulé Farinet, héros et hors la loi tourné en 1985 par Yvan Butler d'après le roman de C.-F. Ramuz avec Stéphane Freiss dans le rôle principal.

« Besoin d'argent ? Faites-le vous même ! » Affiche représentant Farinet dans une rue de Berlin, Allemagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]