Aller au contenu

Farges-en-Septaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Farges-en-Septaine
Farges-en-Septaine
L'église et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Intercommunalité Communauté de communes La Septaine
Maire
Mandat
Alain Jaubert
2020-2026
Code postal 18800
Code commune 18092
Démographie
Population
municipale
1 004 hab. (2021 en diminution de 3,83 % par rapport à 2015)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 27″ nord, 2° 39′ 02″ est
Altitude Min. 144 m
Max. 181 m
Superficie 24,48 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Avord
(banlieue)
Aire d'attraction Bourges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Farges-en-Septaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Farges-en-Septaine
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
Farges-en-Septaine
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
Farges-en-Septaine
Liens
Site web farges-en-septaine.fr

Farges-en-Septaine est une commune française située dans l'est du département du Cher, en région Centre-Val de Loire. Commune rurale, elle est située à une vingtaine de kilomètres à l'est de Bourges et compte environ 1000 habitants. Elle abrite, avec la commune voisine d'Avord, la seconde plus grande base de l'armée de l'air française.

Géographie

[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton d'Avord[1],[2].

Localisation

[modifier | modifier le code]
Rose des vents Nohant-en-Goût Brécy Villabon Rose des vents
N Baugy
O    Farges-en-Septaine    E
S
Savigny-en-Septaine Avord

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Centre et contreforts nord du Massif Central, caractérisée par un air sec en été et un bon ensoleillement[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 771 mm, avec 11,7 jours de précipitations en janvier et 7,1 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 11,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 756,5 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Statistiques 1991-2020 et records AVORD (18) - alt : 175m, lat : 47°03'07"N, lon : 2°38'31"E
Records établis sur la période du 01-07-1923 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 1 3,3 5,3 9 12,5 14,2 14,2 10,8 8,2 4,3 1,9 7,2
Température moyenne (°C) 4,3 4,9 8,1 10,7 14,5 18,1 20,2 20,2 16,4 12,7 7,7 4,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 7,2 8,8 13 16,2 20 23,7 26,2 26,2 22 17,1 11,1 7,8 16,6
Record de froid (°C)
date du record
−21
09.01.1985
−19,2
14.02.1929
−12,6
01.03.05
−5,5
09.04.1977
−2,4
03.05.1979
1,6
05.06.1976
4,9
01.07.1975
3,8
31.08.1986
−0,2
30.09.1936
−5,7
30.10.1997
−9,4
24.11.1998
−17
31.12.1939
−21
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,2
30.01.02
22,6
28.02.1960
28,8
25.03.1955
29
16.04.1949
31,1
27.05.05
38,5
27.06.19
40,9
25.07.19
39,8
06.08.03
36
05.09.23
32,2
01.10.1985
24,3
07.11.15
20,6
16.12.1989
40,9
2019
Ensoleillement (h) 654 875 1 503 1 777 2 084 2 251 238 2 305 1 851 1 229 728 606 18 242
Précipitations (mm) 57,5 51,3 52,2 62,3 74,6 59,1 64,6 57,2 62,4 75,6 70,9 68,8 756,5
Source : « Fiche 18092001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Au , Farges-en-Septaine est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Avord, une agglomération intra-départementale dont elle est une commune de la banlieue[9],[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourges, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[10]. Cette aire, qui regroupe 111 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (64,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (22,1 %), forêts (9,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,4 %), prairies (2,6 %), zones urbanisées (2,4 %)[13].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Farges-en-Septaine est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), mouvements de terrains et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique[14]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[15].

Risques naturels

[modifier | modifier le code]
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Farges-en-Septaine.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[16]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 56,3 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (90 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 419 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 177 sont en aléa moyen ou fort, soit 42 %, à comparer aux 83 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[17],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[14].

Risques technologiques

[modifier | modifier le code]

En cas d’accident grave, certaines installations nucléaires sont susceptibles de rejeter dans l’atmosphère de l’iode radioactif. La commune étant située à proximité d’installations militaires de défense, la base aérienne 702 Avord, elle est exposée au risque nucléaire. À ce titre les habitants de la commune ont bénéficié, à titre préventif, d'une distribution de comprimés d’iode stable dont l’ingestion avant rejet radioactif permet de pallier les effets sur la thyroïde d’une exposition à de l’iode radioactif. En cas d'incident ou d'accident nucléaire, des consignes de confinement ou d'évacuation peuvent être données et les habitants peuvent être amenés à ingérer, sur ordre du préfet, les comprimés en leur possession[18].

Farges : Du mot latin Făbrĭca, avec métathèse, « atelier d'artisan », à l'origine de notre « fabrique », a principalement désigné une forge.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mai 2020 Alain Gougnot[19]   Retraité de l'enseignement
mai 2020 En cours Alain Jaubert[19],[20]   Professeur, profession scientifique

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2021, la commune comptait 1 004 habitants[Note 2], en diminution de 3,83 % par rapport à 2015 (Cher : −3,05 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
490405401512668800790786812
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8408428582 0853 4081 2091 2551 7801 295
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4101 4021 2058981 5012 4942 185983653
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6706355435666917378949161 035
2017 2021 - - - - - - -
1 0091 004-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
  • Élisabeth (Marie Elisabeth Joséphine) Catez (1880-1906), carmélite sous le nom d'Élisabeth de la Trinité, mystique, béatifiée en 1984 par le pape Jean-Paul II et canonisée en 2016 par le pape François, y est née.
  • Blaise Raudet (1869-1958) entrepreneur d'exploitation forestière [27].

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 26 septembre 2014).
  2. Décret no 2014-206 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Cher
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Avord » (commune d'Orval) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Avord » (commune d'Farges-en-Septaine) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 d'Avord », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bourges », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Farges-en-Septaine », sur Géorisques (consulté le ).
  15. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  16. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur cher.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  17. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  18. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur cher.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque nucléaire.
  19. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  20. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  25. a et b Notice no PA00096798, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Farges-en-Septaine, Église Notre-Dame », sur Fondation pour la sauvegarde de l'art français (consulté le ).
  27. Nicole Raudet-Ovaere, Blaise:Un soldat anarchiste en Berry au XIX e siècle, CGH-B (cercle généalogique du Haut-Berry),

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :