Fantcha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fantcha
Fantcha2.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Francelina Durão AlmeidaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activité
Autres informations
Genre artistique

Fantcha, de son vrai nom Francelina Durão Almeida, est une chanteuse de musique traditionnelle capverdienne : morna et coladeira[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle chante dès l'enfance avec ses deux frères joueurs de guitare et de cavaquinho (sorte d'ukulélé brésilien). À 10 ans, elle fait ses débuts dans le groupe carnavalesque Flores de Mindelo, dirigé par Gregorio Gonçalves, connu sous le nom de Ti Goy[2].

Celui-ci la présente en 1979 à Cesária Évora, avec qui elle se lie d'amitié, et qui va plus tard faciliter le développement de sa carrière hors des îles natales : « Vivre de la musique n'est pas possible au Cap-Vert »[2],[3]. En 1988, elle enregistre son premier disque, Boa Viagem, à Lisbonne grâce au chanteur et producteur capverdien Bana établi au Portugal[2]. L'année suivante, à la suite d'une tournée commune avec Cesária Évora, Fantcha décide de s'installer à New York. D'autres disques suivent: Criolinha en 1997, puis Viva Mindelo en 2001, tous deux produits par le label Lusafrica. Elle participe également à la fin des années 1990 et début des années 2000 à des concerts organisés à Paris sur la musique capverdienne, grâce à l'engouement créé autour de cette musique, pendant quelques années, par son mentor Cesaria Evora, et au succès de la world music[2],[4],[5]. En 2009, après une longue absence, Fantcha enregistre Amor, Mar e Música, un album en forme d'hommage à son frère plongeur victime d'un accident fatal en mer. Sept ans plus tard, elle revient avec un nouvel album intitulé Nôs Caminhada, en hommage cette fois à Cesária Évora, disparue cinq ans plus tôt.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Clerfeuille 2007, Afrisson.
  2. a, b, c, d et e Daoudi 2001, Libération.
  3. Sandrine Teixido, Cesaria Evora : la diva du Cap-Vert, Éd. Demi-lune, 2008, p. 64 (ISBN 978-2-917112-02-1)
  4. Rédaction LM 1998, Le Monde.
  5. Mortaigne 2001, Le Monde.
  6. Durao Almeida 2011, Globedia.
  7. Staff 2009, A Semana.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Par date de parution.

  • Rédaction LM, « Paris. Ildo Lobo et Fantcha », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Véronique Mortaigne, « Une Cesaria Evora, à son meilleur, unit Cap-Verdiens et Français », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Bouziane Daoudi, « Ceux qui viennent du Cap-Vert saluent Cesaria », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Sylvie Clerfeuille, « Fantcha », Afrisson,‎ (lire en ligne).
  • (es) Francelina Durao Almeida, « Fantcha : Criolinha », Globedia,‎ (lire en ligne).
  • (en) Staff, « With Amor, Mar e Música I’m outlining a new beginning for my artistic career », A Semana,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]