Fantasy of manners

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La fantasy de mœurs (fantasy of manners, ou manner fantasy) est un sous-genre de la fantasy apparu dans les années 1980. Il se caractérise par la présence d'un cadre social très élaboré et hiérarchisé dans lequel le héros doit trouver sa place, si besoin en tirant avantage des structures existantes (généralement dans un environnement urbain), ainsi que par l'usage d'un langage très étudié, que ce soit par une grande préciosité ou par l'utilisation de l'argot.

L'expression est apparue dans un article de Donald G. Keller, « The Manner of Fantasy », paru dans le n° 32 de The New York Review of Science Fiction (avril 1991). Il y définit les influences du genre : au-delà des précurseurs de la fantasy (William Morris, E. R. Eddison, Mervyn Peake, J. R. R. Tolkien), il mentionne les œuvres de Jane Austen et des sœurs Brontë, les romans historiques de Dorothy Dunnett, et plus généralement les séries télévisées (Star Trek, Chapeau melon et bottes de cuir) et la musique (les Beatles, Fairport Convention) qui ont pu bercer l'adolescence des auteurs du genre.

Auteurs[modifier | modifier le code]

Les auteurs de fantasy of manners sont majoritairement des femmes.

Parmi les précurseurs du genre, on peut compter Michael Moorcock (Gloriana ou la reine inassouvie, 1978) ou M. John Harrison (la série Viriconium).

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Donald G. Keller, « The Manner of Fantasy », The New York Review of Science Fiction, avril 1991
  • (en) Donald G. Keller, « Fantasy of Manners », dans John Clute & John Grant, The Encyclopedia of Fantasy, St. Martin's Griffin, 1999 (ISBN 978-0312198695)

Liens externes[modifier | modifier le code]