Fannia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fannia est une personnalité de la Rome antique.

Elle est la petite fille d'Arria, célèbre pour son suicide avec son mari, Caecina Paetus. Celui-ci ne put le faire jusqu'à ce qu'Arria se poignarde elle-même avec le couteau et le lui redonne en lui disant que ça ne faisait pas mal - « Non dolet, Paete! ».

Pline le Jeune décrit Fannia en tant que femme forte et hautement respectable. Comme sa grand-mère, elle est décrite en tant que rebelle politique.

Mariée à Helvidius Priscus, elle l'accompagna deux fois en exil, la première sous le règne de Néron pour avoir été trop proche de Brutus et Cassius, et la seconde sous Vespasien pour opposition à son règne. Fannia fut finalement exilée elle-même en 93 pour encourager la création et publication d'une biographie de son mari sous le règne de Domitien. Son sort fut plutôt chanceux, l'auteur du livre, Herennius Senecio, ayant été exécuté pour son rôle.

Pendant le procès de Senecio, il blâma Fannia et dit qu'elle lui avait demandé d'écrire la biographie, ce que Fannia confirma. On demanda à Fannia si elle avait donné les journaux intimes de Helvidius à Senecio, ce qu'elle confirma également. Pline le Jeune dira : « Elle ne murmura un seul mot pour réduire le danger qu'elle courait. »

Quand ses possessions furent confisquées, Fannia réussit à garder les journaux et la biographie de son mari et de les emporter avec elle en exil. En 103, Pline écrit que Fannia « attrape cette maladie ». Elle prenait soin d'un parent malade d'une « maladie grave », Junia. Junia étant vestale, elle fut obligée de quitter le temple pour être soignée. Fannia tomba donc malade en soignant Junia, et est décrite par Pline : « Elle a une fièvre constante et une toux qui empire ; elle est émaciée et généralement en déclin. Seul son esprit est vigoureux, digne de son mari. »

Quoique Pline le Jeune était souvent enclin à exagérer, il exprime plusieurs fois des soucis pour la santé de Fannia. Il est donc probable qu'elle ne s'en remit pas.

Références[modifier | modifier le code]