Fang Fang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fang Fang
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
NankinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
汪芳Voir et modifier les données sur Wikidata
Noms de naissance
汪芳 (Wāng Fāng)
Wang FangVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
方方 (Fāng Fāng)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
Lu Xun Literary Prize for Excellent Novellas (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Wuhan Diary (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Fang Fang (方方, pinyin Fāng Fāng) est une écrivaine chinoise, de son nom de naissance Wang Fang (汪芳, pinyin Wāng Fāng), née à Nankin en 1955. Elle préside depuis 2007 l’association des écrivains du Hubei. Vivant à Wuhan pendant la crise du Covid-19, elle a publié chaque jour sur Weibo une chronique de sa vie dans sa ville sous quarantaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1955 à Nankin, Wang Fang, âgée de deux ans, déménage avec sa famille à Wuhan, où elle vit depuis. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires en 1974, elle travaille comme ouvrière pendant plusieurs années[1]. Elle commence à écrire en 1975. En 1978[1], deux ans après la fin de la révolution culturelle, lorsque les universités rouvrent leurs portes, elle rejoint l'université de Wuhan, où elle étudie la littérature chinoise jusqu'en 1982. Après avoir obtenu son diplôme, elle est affectée au département des séries télévisées de la chaîne de télévision de la province de Hubei en tant que scénariste[2]. En parallèle, elle écrit son premier roman. Sa notoriété augmente en 1987 avec 风景 Fēngjǐng, pour laquelle elle reçoit le « Prix national du meilleur roman » en 1989 (全国中篇小说优秀作品奖 Quánguó zhōngbiān xiǎoshuō yōuxiù zuòpǐn jiǎng). Ce récit est considéré comme l'une des premières œuvres du néoréalisme, qui émerge alors en Chine[3]. En 1988, elle se marie et un an plus tard, elle donne naissance à une fille. Après onze ans de mariage, elle divorce en 1999.

Elle écrit plus de quatre-vingt romans et essais, et est plusieurs fois primée. En 1989, elle est admise à l'association des écrivains de Hubei, dont elle devient ultérieurement présidente. Elle est également membre du comité national de l'association des écrivains chinois, ainsi que présidente et rédactrice en chef d'un magazine artistique et littéraire Yangtze[2].

Pendant la période de confinement suite à la pandémie de Covid-19, elle rédige un journal de Wuhan (武汉日记), compte-rendu quotidien de la ville confinée, sur les médias sociaux[4],[5]. Elle se heurte à des réactions hostiles des médias chinois, d'autant plus que diverses traductions sont annoncées en Occident[6],[7],[8],[9],[10],[11].

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Une vue splendide (trad. par Dany Filion), Philippe Picquier, 1995 (Picquier poche). (风景 Fēngjǐng)
  • Soleil du crépuscule (trad. par Geneviève Imbot-Bichet et Yu Hua), Stock, 1999. (落日 Luòrì)
  • Début fatal (trad. par Geneviève Imbot-Bichet), Stock, 2001. (我的开始就是我的结束 Wǒde kāishǐ jiù shì wǒde jié shù)
  • Les Funérailles molles, L’Asiathèque, 2019, publié en Chine en 2016, prix Lu Yao 2017.
  • Wuhan, ville close, cette traduction de sa chronique est annoncée début septembre 2020 par son éditeur français habituel, Stock[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fang Fang [Wang Fang, dite] », dans Dictionnaire mondial des littératures, Encyclopédie Larousse, 2002 (numérisé en 2013) (lire en ligne).
  2. a et b (en) « Fang Fang », China.org.cn ou Centre d'informations Internet de Chine,‎ (lire en ligne).
  3. Dorian Malovic, « L’écrivaine Fang Fang, une idole déchue dans le cœur des Chinois », La Croix,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Hemant Adlakha, « Fang Fang: The ‘Conscience of Wuhan’ Amid Coronavirus Quarantine », The Diplomat,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Alice Su, « Two months into coronavirus lockdown, her online diary is a window into life and death in Wuhan », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne).
  6. « Une écrivaine chinoise raconte son quotidien à Wuhan… et subit la colère des nationalistes », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  7. « À Wuhan, une romancière accusée de trahison pour la publication de son journal de confinement », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  8. Frédéric Lemaître, « Coronavirus : l’écrivaine Fang Fang, Antigone de Wuhan », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. (de) Friederike Böge, « Die sechzig Tage von Wuhan », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne).
  10. (en) Helen Davidson, « Chinese writer faces online backlash over Wuhan lockdown diary », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  11. (it) Guido Santevecci, « Wuhan, il diario della scrittrice Fang Fang: Il Partito ringrazi il popolo », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne).
  12. « Coronavirus : à Wuhan, le journal de l'écrivaine Fang Fang suscite la colère des nationalistes chinois », France Info,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]