Famille von der Leyen (soyeux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir von der Leyen.

Maison von der Leyen / de la Leyen
Image illustrative de l’article Famille von der Leyen (soyeux)

La famille von der Leyen est une famille de soyeux allemands originaire de Krefeld.

Cette famille noble est à distinguer de la famille princière von der Leyen, qui ne porte pas les mêmes armes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peter von der Leyen, mentionné en 1579 à Radevormwald, produisait de la passementerie; le nom de famille provient d'un village incorporé appelé Leye. En 1656, leur souverain catholique, Philippe-Guillaume de Neubourg, électeur palatin, instaura un impôt de pénalité élevé pour les anabaptistes et les mennonites qui obligea le mennonite Adolf von der Leyen (vers 1624-1698) à se réfugier dans la ville de Krefeld, à l'époque gouvernée par la maison d'Orange-Nassau qui était plus tolérante. En 1720, Peter von der Leyen fonda une usine de production de soie et en 1724, les frères Johann, Friedrich et Heinrich (les petits-fils d'Adolf) fondèrent une usine de teinture de la soie. Frédéric II leur accorda le monopole sur la production de soie pour la Prusse et logea dans la maison de la famillie après avoir vaincu la Bataille de Krefeld en 1758. En 1763, la moitié des 6082 habitants de Krefeld travaillaient pour les usines des von der Leyen. 1786, les frères Conrad, Friedrich et Johann von der Leyen sont anoblis.

Le palais de Conrad von der Leyen à Krefeld (maison de ville depuis 1860)
Friedrich Heinrich, Baron von der Leyen (1769–1825), le baron de la soie

Le monopole a été définitivement levé lors de l’occupation française en 1794. Lorsque l'armée révolutionnaire occupa Krefeld en 1792, le général Antoine Nicolas Collier prit en otage Conrad von der Leyen, certains de ses proches et quelques autres citoyens influents, et força la ville à lui fournir 300 000 florins. Conrad et ses compagnons d'infortune auraient toutefois repris le dessus en jouant aux cartes avec le général. Entre 1791 et 1794, il construisit son grand palais dans la ville.

Friedrich Heinrich von der Leyen (1769-1825), fils du frère de Conrad, Friedrich, devint maire de Krefeld en 1800 et fonda la chambre de commerce locale. En 1803, il acheta le château de Bloemersheim près de Neukirchen-Vluyn et l'année suivante, le domaine de Meer à Meerbusch, les deux toujours appartenantes à la famille. En 1804 Napoléon Ier logea dans le palais de Conrad von der Leyen, alors Krefeld à la rive gauche du Rhin faisant parti de l'Empire dont Friedrich Heinrich devint membre de l'assemblée constituante. En 1813, il fut nommé baron par Napoléon, en 1816 également par le roi de Prusse (sous le nom de Baron von der Leyen zu Bloemersheim). Le "baron de la soie" a reçu de nombreuses reconnaissances françaises et prussiennes.

En 1828, les travailleurs des usines von der Leyen se rebellèrent contre leurs employeurs et 11e régiment de hussards réprima la rébellion. Karl Marx l'a décrit comme „le premier soulèvement ouvrier de l'histoire allemande“.

Gustav Heinrich, baron von der Leyen zu Bloemersheim, décède en 1857 en tant que dernier producteur de soie de la famille. Il n'avait cependant pas réussi à rétablir le succès de l'entreprise après les guerres napoléoniennes. Sa veuve a vendu les usines et a déménagé dans ses domaines agricoles.

Heiko von der Leyen, époux d'Ursula von der Leyen, appartient à une branche de la famille anoblie, mais pas à la branche baroniale de Bloemersheim.

Blasons[modifier | modifier le code]

Armoiries des barons von der Leyen

La famille von der Leyen (anoblissement du 21 novembre 1786) porte : Coupé : au 1 d'azur à trois étoiles d'or, rangées en fasce ; au 2 d'argent à une grue avec sa vigilance, au naturel, posée sur une terrasse de sinople. L'écu bordé d'or. Casque couronné. Cimier : trois plumes d'autruche, une d'argent entre deux d'azur. Supports : deux aigles regardant de sable, languées de gueules, becquées, membrées et couronnées d'or.[1]

Les barons von der Leyen de Bloemersheim (7 juin 1816) portent : Ecartelé : aux 1 et 4 les armes de von der Leyen, anoblis le 21 novembre 1786, moins la bordure ; aux 2 et 3 d'or à un mont de sable en abîme. Sur le tout de gueules à trois enclumes carrées de fer. Deux casques couronnés. Cimier : 1° celui de von der Leyen ; lambrequins d'argent et d'azur ; 2° un vol de sable ; lambrequins d'or et de sable. Supports : deux aigles regardant de sable, languées de gueules, becquées, membrées et couronnées d'or.[1]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rietstap, Armorial général, t. II (lire en ligne), p.62.