Famille van Velpen dit Everaerts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille van Velpen dit Everaerts
Image illustrative de l’article Famille van Velpen dit Everaerts

Blasonnement écartelé : aux 1 et 4 d'or au chevron d'azur qui est van Velpen dit Everaerts ; au 2 d'argent à trois étoiles de sable qui est de Hélissem, au 3 de gueules à trois croissants d'or.
Période XIIe siècle - XIXe siècle
Allégeance Drapeau de la Principauté de Liège Principauté de Liège
Fiefs tenus seigneuries d'Opvelp et de Neervelpe

La famille van Velpen, dit Everaerts[note 2], est une famille féodale de la Principauté de Liège, éteinte en 1809.

Possessions[modifier | modifier le code]

La famille possédait les seigneuries d'Opvelp et de Neervelpe dans la Principauté de Liège.

Armorial[modifier | modifier le code]

Blason famille van Velpen dit Everaerts.svg

de Velpen dit Everaerts : écartelé : aux 1 et 4 d'or au chevron d'azur qui est van Velpen dit Everaerts ; au 2 d'argent à trois étoiles de sable qui est de Hélissem, au 3 de gueules à trois croissants d'or[4],[note 3]

Blason Arnold, seigneur de Velpen, dit Éveraerts.svg

Arnold, seigneur de Velpen, dit Éveraerts : d'or au chevron d'azur.

Blason primitif Famille van Velpen, dit Everaerts.svg

Armes primitives de la maison de Velpen, dit Everaerts : de gueules à la fasce d'argent.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Comme l'écrit Herckenrode « Une généalogie de cette maison de Velpen, revêtue de la signature et du scel en hostie rouge de Charles-Nicolas de Berckel, généalogiste et premier roi d'armes du Brabant, etc.. etc., en date du 22 juin 1709, porte ce qui suit ».

Nous donnons ici cette généalogie publiée par Herckenrode. Cette généalogie ne cite aucune source d'archive et doit donc être considérée avec prudence, comme pour toutes les généalogies manuscrites du XVIIIème siècle.

I) Arnold, seigneur de Velpen, dit Éveraerts[note 4], chevalier, vivait l'an 1160. Il épousa Amelberge Cardinael[note 5]; dont :

1) Georges de Velpen, dit Éveraerts, chevalier, qui épousa Gertrude dame de Héverlé[note 6]; dont :
A) Arnold de Velpen, dit Éveraerts, chevalier, seigneur d'Op-Velp, Neer-Velp, Héverlé, etc., épousa Catherine Utenliminghen[note 7]. De ce mariage Henri et Jacques qui suivent :
a) Henri de Velpen, dit Éveraerts, seigneur d'Op-et Neer-Velp, etc., chevalier, servait le duc de Brabant en 1289.
b) Jacques de Velpen, dit Éveraerts, seigneur de Velp et Héverlé, écuyer, épousa Ide de Hélissem[note 8]. Il vivait en 1292, comme le prouve le registre de fondations à Averbode : dont Marie et Henri qui suivent :
aa) Marie de Velpen, dit Éveraerts, dame en partie de Hélissem, épousa Gosuin de Gossoncourt[5],[6] (en flamand Goetsenhoven) seigneur de Gossoncourt, et chevalier[note 9]. Ils testèrent le 25 février 1346.
bb) Henri de Velpen, dit Éveraerts, seigneur de Velp, Héverlé et Hélissem, épousa Cécile de Gossoncourt[6]. Il vivait en 1347. Ses deux fils Gérard et Éverard suivent :
aa) Gérard de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, seigneur de Velp, Héverlé et Hélissem, épousa W... ll vendit deux bonniers de terre à un Jean de Neder, en 1508. Son fils nommé également Gérard suit :
aaa) Gérard, seigneur de Velp, Hélissem, Héverlé et Gossoncourt, chevalier, épousa N...; dont Georges qui suit :
aaaa) Georges, seigneur de Velp, écuyer. Il vendit cette seigneurie, en 1454, à messire Louis Pinnock, chevalier, et mourut prisonnier en France.
bb) Éveraerd de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, seigneur à Opvelp, Neervelp, Hélissem et Héverlé, épousa Marie de Thuyl[note 10]. Dont Jean qui suit :
aaa) Jean de Velpen, dit Everaerts, seigneur d'Opvelp, Neervelp, etc., écuyer, est mentionné dans les registres de Bevecom, l'an 1422. Il épousa Catherine d'Udekem, fille de Nicolas et d'Aleijde Van Lathem. Ils eurent trois enfants dont :
aaaa) Georges de Velpen, dit Everaerts, seigneur en Opvelp, Neervelp et Hélissem, épousa Gertrude Van Vriesele (1), fille de Wauthier, chevalier, seigneur de Poederlé, et de Gertrude Van Helmont, l'an 1446. De ce mariage sont nés entr'autres enfants Guillaume et Jean qui suivent :
aaaaa) Guillaume de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, seigneur en Opvelp, Neervelp et Hélissem, épousa Marie Van Tuyl. Ils furent enterrés à Thorenbaen ; dont deux enfants ; voir F.
bbbbb) Jean de Velpen, dit Éveraerts, épousa V...; dont il eut Gilles mentionné à la lettre G.
ccccc) Marie, dame, en partie, de Hélissem et de Neervelp, épousa Jean Woullens.
ddddd) Henri de Velpen, dit Everaerts.

Lettre F[modifier | modifier le code]

F 1° Pierre de Velpen, dit Éveraerts, seigneur de Velp et Maillart, mourut en 1555. Il avait épousé Marie Du Mont, dit Van Berghe (2), qui mourut en 1545. Ils furent enterrés à Opvelp. Voir leur postérité à la lettre H.

Ide, épousa Pierre de Villers, seigneur de Bevecom, avec qui elle fut enterrée à Villers.

Gossuin, écuyer, seigneur en Opvelp, épousa Marie de Villers.

Lettre G[modifier | modifier le code]

Gilles de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, épousa Marguerite Vanden Velde; dont Pierre qui suit :

1) Pierre de Velpen, dit Éveraerts', écuyer, épousa Marguerite Danseels[note 11], dont Gilles qui suit :
A) Gilles de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, épousa, en premières noces , Catherine Dycks[note 12] et, en secondes noces Anne Sevenants[note 13]. C'est à lui que se rapporte l'épitaphe qui fait le sujet de cet article. Il eut, de sa première femme, Corneille de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, qui épousa V. Dullaers. De son second mariage est né Paul-François qui suit :
a) Paul-François de Velpen, dit Everaerts, receveur de S. M., épousa Anne de Prince; dont Gisbert et Marie qui suivent :
aa) Gisbert de Velpen, dit Everaerts, écuyer, épousa Isabelle de Longin, dame de Budingen. Dont :
aaa) Marie-Cécile de Velpen, dit Everaerts, de Budingen.
bbb) 'Isabelle-Thérèse, épousa André Borremans, baron de Hasselbrouck[note 14].
ccc) Hubert-Ferdinand.
ddd) François-Joseph, capucin, nommé le R. P. Joseph de Tirlemont, dans la province de Flandre.
eee) Anne-Pauline, chanoinesse régulière à la Vallée St-Barbe, à Tirlemont.
fff) Marie-Josephine.
ggg) Gilles-Lambert.
hhh) Pierre-François de Velpen, dit Everaerts, écuyer, seigneur de Budingen , épousa Élisabeth-Michelle d'Éverlange-de Lignier[note 15] : dont une fille Marie-Josèphe qui suit à la lettre Q.
iii) Joseph-Simon, chanoine régulier à la noble abbaye de Flône.
bb) Marie-Alexandrine de Velpen, dit Everaerts, épousa Ernest le Verd, avocat.

Lettre H[modifier | modifier le code]

Jean de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, seigneur d'Outbrenge, épousa Isabeau Du Fresne, fille de Henri et de Barbe Pahea. Ils gisent à Perwez. Dont :

A) Pierre de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, seigneur d'Outbrenge, épousa 'Élisabeth Vannes', dame de Villers. Elle fonda un couvent de quinze béguines à Louvain. Leur fille Isabeau, dame d'Outbrenge en Villers, et Bevecom, épousa Jean Maes[note 16], chevalier, seigneur de Morsel-Eyghem.

Adrien de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, seigneur d'Opvelp, Neervelp, Maillart, Willebringen, épousa Catherine Wiers (4). De ce mariage trois enfants :

A) Augustin de Velpen, dit Éveraerts, écuyer, épousa Catherine de Tenremonde. Leur fille Catherine suit :
a) Catherine de Velpen, dit Éveraerts, dame de Bomal en Opvelp et Neervelp, Houtzem, Maillart, Willebringe, épousa Michel-Paul de Villers, chevalier[note 17], baron de Villers-Perwin. Ils eurent trois enfants : 1° Gérard de Villers, échevin de Bruxelles, et époux de A.-J.-C. le Poivre ; 2° Dorothée, épouse de J.-Bo Van Elen, conseiller de Brabant ; et 5° Augustin, époux de Catherine Pontanus.
B) Marguerite de Velpen, dit Éveraerts, épousa Otton Immens.
C) Guillaume.

Lettre Q[modifier | modifier le code]

Marie-Josèphe-Caroline-Catherine de Velpen, dit Everaerts, dernière de ce nom, dame de Budingen, née le 9 juin 1758, mourut au château de Rosoux, le 26 juillet 1809 ; elle avait épousé, le 19 mai 1776, Lambert-Trudon-Antoine de Pitteurs, par sa femme seigneur de Budingen, et de la baronnie de Rumsdorp, seigneur de Liefkensrode, Leenhagen et Terhagen, échevin et bourgmestre de St-Trond, membre des Etats-Généraux du royaume des Pays-Bas, et de l'Ordre Équestre de la province de Liége, etc., créé baron par diplôme de S. M. Guillaume Ier, en date du 9 janvier 1821. Il mourut au château de Rosoux, le 8 juillet 1828, âgé de 75 ans. Dont postérité.

Alliances[modifier | modifier le code]

  • Borremans
  • Cardinael
  • Danseels
  • Du Fresne
  • Dullaers
  • Du Mont, dit Van Berghe
  • Dycks
  • d'Éverlange-de Lignier
  • de Gossoncourt
  • de Hélissem
  • de Héverlé
  • Immens
  • de Longin
  • Maes
  • de Pitteurs
  • le Poivre
  • Pontanus
  • de Prince
  • Sevenants
  • de Tenremonde
  • de Thuyl
  • d'Udekem
  • Utenliminghen
  • Vanden Velde
  • Van Elen
  • Vannes
  • Van Tuyl
  • Van Vriesele
  • le Verd
  • de Villers
  • Wiers
  • Woullens

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette famille Everaerts de Gand, dont un membre, Liévin Everaerts, fut conseiller au Grand Conseil de Malines, et une membre, Claire Everaerts, fut abbesse de l'abbaye de Swyvic, n'est pas apparentée aux précédentes, selon les preuves généalogiques, et porte : "De gueules au chef d'argent chargé de trois losanges accolés de gueules surchargés chacun d'une étoile ou molette d'argent. Cimier : un buste de jeune homme habillé d'argent au rabat de gueules. Tortil d'azur[1].
  2. Léon de Herckenrode fait remarquer[2] que « l'on ne doit pas confondre la noble maison de Velpen-dit-Everaerts avec son homonyme de Velpen (lez-Halen) » Cette famille porte : "d'or à la croix de gueules, cantonnée de quatre molettes de sable. Cimier, une merlette de l'écu"[3].
  3. Une variante donnée par Herckenrode donne pour le trois : "de gueules à trois croissants renversés d'or".
  4. Cet Arnold portait : d'or au chevron d'azur. Les armes primitives de la maison de Velpen, dit Everaerts étaient de gueules à la fasce d'argent. Nous ne connaissons pas l'origine du nom Everaerts.
  5. Cardinael : d'or aux trois pals d'azur au chef de gueules chargé de trois ciseaux de sable.
  6. De Héverlé : d'or au sautoir de gueules.
  7. Utenliminghen : d'or aux trois pals d'azur, au chef de gueules.
  8. De Hélissem : d'argent aux trois étoiles de sable.
  9. De Gossoncourt : d'or au sautoir de sable.
  10. De Thuyl : d'argent aux trois têtes de chien de chasse.
  11. Danseels : de gueules à la fasce d'argent.
  12. Dyckx : d'azur à la fleur-de-lis de sable en abîme, écartelé de gueules fascé de quatre pièces d'or, au franc canton d'argent chargée d'un lion de sable.
  13. Sevenants : d'hermines au chevron de gueules chargé en chef d'une couronne d'or.
  14. Bormans de Hasselbrouck : d'or à la bande d'azur chargée de trois étoiles à six rais du champ.
  15. D'Éverlange : d'azur à la fasce d'or accompagnée de deux étoiles à six rais de même, une en chef et une en pointe.
  16. Maes : de sable aux deux roses d'argent posées une à la sénestre du chef, l'autre en pointe, au canton d'or.
  17. De Villers : d'or au sautoir engrêlé de sable, écartelé d'argent à la fasce de gueules.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rietstap, Armorial général, tome I, p. 634
  2. Léon de Herckenrode 1845, p. 375
  3. Léon de Herckenrode 1845, p. 10
  4. Rietstap, Armorial général, tome I, p. 983.
  5. Annuaire de la noblesse belge, 1912
  6. a et b Léon de Herckenrode 1845, p. 374

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Prevost, « La vie de Madame Claire Everaerts », dans : La vie exemplaire de noeuf abbesses, Liège, chez Baudouin Bronckart, 1660, pp. 44-55. Cet auteur rattache erronément, selon les preuves généalogiques, Claire Everaert, abbesse de l'abbaye de Swyvick, portant les armes d'une famille Everaert de Gand, à l'ancienne famille féodale van Velpen dit Everaerts, éteinte au XVIème siècle, ainsi qu'à la famille Everardi (Evertszoon) dont font partie Nicolas Éverard, conseiller au Grand Conseil de Malines, et le poète Jean Second. Cette source mêle encore divers autres "Everaerts" n'ayant aucun liens entre eux, comme Pierre Everaerts, prélat de l'ordre des Prémontrés ou Nicolas Everaerts, conseiller des ducs de Bavière puis conseiller au Grand Conseil de Spire. Lire en ligne, p. 53.
  • Léon de Herckenrode, Collection de tombes, épitaphes et blasons, recueillis dans les églises et couvents de la Hesbaye, Gand, F. et E. Gyselynck, (lire en ligne)