Famille de Witte (Anvers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Witte.

Famille de Witte
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille de Witte

Blasonnement de gueules, à un chevron d'argent, accompagné de trois mouettes de même
Devise TUTE VIDE
(en français : « Regarde largement »)
Période XVIe siècle-XXIe siècle
Pays ou province d’origine Armoiries Brabant.svg Duché de Brabant
Demeures Château de Suze-la-Rousse

Château de Renescure Château de Gussignies

Preuves de noblesse
Autres Reconnaissance de noblesse en 1816 et 1853, baron en 1823, 1853 et 1893

La famille de Witte, dont il est ici question, est une famille de noblesse belge originaire d'Anvers. L'ascendant le plus éloigné est Adrien de Witte alias Adriaan de Witte (1464-1549), seigneur de Buerstede (Anvers). Cette famille a obtenu reconnaissance de noblesse en 1853.

La famille de Witte est toujours existante, largement ramifiée et ses membres sont répertoriés dans l'État présent de la noblesse belge. Ils sont aussi membres de l'A.N.R.B. La famille de Witte vit essentiellement en Belgique et en France. (La branche aînée de la famille vit actuellement en France). Leurs titres de baron et d'écuyer sont toujours d'actualités au Royaume de Belgique.

Origines[modifier | modifier le code]

Le nom de « Witte », « de Witte » (« le Blanc ») est portée par de très nombreuses familles dans l'aire linguistique néerlandaise tant dans les actuelles Belgique que dans les Pays-Bas. Ces différentes familles portent leurs armoiries respectives[1].

Portrait d'Adrien de Witte (1464-1549)

Les origines plus lointaines de la famille "de Witte" de noblesse belge se trouvent à Anvers (Belgique). Au XVe siècle et avant, la famille de Witte, était très probablement membres de la Hanse, et aurait également disposé de plusieurs comptoirs en mer du nord (Hambourg, Lübeck, Amsterdam, Bruges et ailleurs). Au XVe siècle jusqu'au XVIIIe siècle, les membres de la famille occupaient à Anvers des fonctions juridiques, politiques et économiques[2].

Adrien de Witte alias Adriaan de Witte[modifier | modifier le code]

Adriaan de Witte ou Adrien de Witte est né à Anvers (Antwerpen) en 1464 est mort le . Il a épousée en 1514 Catherine de Laet (décédée en 1516)[3]. Il n'y a pas d'enfant de cette union. Il se remarie en 1519 à Anne van den Eynde décédée à Anvers le . De cette union sont nés Adrien, Marguerite et Gaspar. Il était Seigneur de Buerstede (Goethals)[4] et Greffier de la Chambre des Orphelins de la Ville d'Anvers. Son portrait se trouve au Rijksmuseum Twenthe[5], à Enschede (Pays-Bas). Le tableau, œuvre d'un maître flamand, élève de Hans Holbein, est réalisé en 1544.

Tableau de la famille d'Adrien (1555-1616), dit les de Witte à table[modifier | modifier le code]

Portrait de la famille d'Adrien de Witte (1555-1616), petit-fils d'Adrien de Witte (1464-1549).  La famille est composée d'Adrien, de son épouse Marguerite van der Herstraeten et de leurs six enfants. Le tableau est peint en 1603 par le maître flamand Hieronymus Francken I. Le support est un panneau de chêne parqueté (118 x 206 cm). Devant le nombre important d'Adrien dans la famille, le tableau est appelé aujourd'hui par sa descendance « les de Witte à table ».   

Ce tableau, resté jusqu'au milieu du XXe siècle dans la famille de Witte, se trouvait au château de Gussignies avant d'être vendu. Il est vendu en 1972 aux enchères à Bavay puis revendu (lot 173) le [6] aux enchères à Lille, chez Mercier & Cie. Il appartient aujourd'hui à une collection privée et est exposé dans la galerie Lawrence Steigrad Fine Arts, à New York.

Armoiries depuis le XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Armoiries complètes de la famille de Witte.
Armoiries complètes de la famille de Witte.

Les armoiries sont celles que l'on retrouve sur le tableau de la famille d'Adrien (1555-1616), dit "les de Witte à table". Dans le coin supérieur droit de ce tableau, les armoiries de la famille de Witte sont "De gueules, à un chevron d'argent, accompagné de trois mouettes de même. Casque couronné Cimier une mouette essorante d'argent Tenants à dextre un lion d'or lampassé de gueules à senestre un sauvage de carnation ceint et couronné de lierre armé d'une massue, les tenants soutenus de sinople"[7]. Ces armoiries restent d'actualité.

Jacob Antoon alias Jacques-Antoine de Witte ou Jacob Anthoni (1629-1688) et son cousin Gaspar (1623-1704), obtiennent, par Lettres Patentes de S.M. Charles II, roi d'Espagne, à la même date, le 16/08/1686, une couronne d'or à cinq fleurons sur le heaume[8].

Devise : « TUTE VIDE ».


Titres du XVIe au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Autrefois, des membres de la famille de Witte sont seigneurs de plusieurs terres : de Buerstede (Goethals), de Bauwel, de Vekene, de Leverghem, de Doorne, de Beke et de Terlaeken[9].

En 1686, augmentation d'armoiries (couronne à la place du bourrelet) par le roi Charles II d'Espagne.

Leverghem[modifier | modifier le code]

Au décès de Catherine de Witte (1755-1803), la branche aînée de la famille de Witte s'éteint. Le titre de Seigneur de Leverghem sera repris par son époux, Joseph della Faille. De ce fait, une nouvelle branche della Faille naît : la famille della Faille de Leverghem.

Noblesse[modifier | modifier le code]

En 1853, reconnaissance de noblesse et réversion du titre de baron concédé à un oncle en 1823, titre transmissible à la primogéniture mâle, concession du titre de baron transmissible à la primogéniture mâle en 1893[10].

Titres de noblesse actuels[modifier | modifier le code]

Leurs titres de BARON et d'ÉCUYER sont toujours d'actualités au Royaume de Belgique.

Quelques personnalités[modifier | modifier le code]

  • Adrien de Witte, écuyer (ou Adriaan) (1464-1549) : Seigneur de Buerstede, Greffier de la Chambre des Orphelins à Anvers.
  • Adrien de Witte, écuyer (1555-1616) : Seigneur de Buerstede et de Vekene, Greffier de la Chambre des Orphelins à Anvers.
  • Jacques alias Jacob de Witte, écuyer (1591-1631) : Avocat Général au Conseil Souverain de Brabant. Greffier de la Chambre des Orphelins de la ville d'Anvers. Seigneur de Buersteden et de Vekene. Son portrait ainsi que celui de son épouse (huile sur toile, 93 × 73 cm) ont été peints par Antoine van Dyck (1599-1641) et se trouvent à Barcelone, Art Hispania ST[11].
  • Jacques-Antoine de Witte, écuyer, alias Jacob Anthoni  de Witte ou Jacob Antoon de Witte (1629-1688) : Bourgmestre de la Ville d'Anvers, Seigneur de Leverghem, de Doorne, de Beke et de Terlaeken.
  • Gaspard de Witte, écuyer : Greffier de la ville d'Anvers.
  • Catherine de Witte (1755-1803) : Dernière fille de la branche aînée et épouse de Joseph della Faille.
  • Baron Jean de Witte (1808-1889) : Archéologue, épigraphiste, numismate, académicien, etc...
  • Jehan de Witte, écuyer (1855-1917) : Historien et écrivain.
  • Raymond de Witte, écuyer (1945-1931) : Général de brigade.
  • Baron Jean Joseph Paul Antoine Marie de Witte (1844-1894) : Sous lieutenant au 5e régiment de cavalerie territoriale et maire de Maisoncelles-en-Brie (Seine et Marne).
  • Marthe de Witte, née le Mesre de Pas (1893-1976) : peintre africaniste.
  • Gaston-François de Witte, écuyer (1897-1980) : zoologue, herpétologiste.
  • Baron Henri de Witte.

Alliances[modifier | modifier le code]

Assiette armoriée (Armoiries d'alliance) du baron Jean Joseph Paul Antoine Marie de Witte et de son épouse Adèle Cécile Marie Le Pelletier de Glatigny - Manufacture de GIEN - (Collection privée).
Assiette armoriée (Armoiries d'alliance) du baron Jean Joseph Paul Antoine Marie de Witte et de son épouse Adèle Cécile Marie Le Pelletier de Glatigny - Manufacture de GIEN - (Collection privée).

La famille de Witte s'est alliée avec les familles suivantes : de Poulpiquet de Brescanvel, de Robien, Grimaldi, de la Kethulle de Ryhove, van Caloen, Salaün de Kertanguy, Le Pelletier de Glatigny, Gilart de Keranflec'h, de Crespin de Billy, de Bryas, van Kessel, van Horne, van der Herstraeten, van den Eynde, Ghijsbrechts, Snyers, Cavellier, de Villegas de Clercamp, Laureyssens, Nolet de Brauwere van Steeland, Le Mesre de Pas, de Hemptinne, de Brouchoven de Bergeyck, de Gérard du Barry, d'Avout, de Ruffi de Ponteves Gevaudan, Le Fevere de Ten Hove, etc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.B. RIETSTAP, Armorial générale contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe ; procédé d'un dictionnaires des termes du blason., Gouda, G.B. van Goor, (lire en ligne), p. 1135-1136
  2. (nl) Bert Timmermans, Patronen van patronage in het zeventiende-eeuwse Antwerpen: een elite als actor binnen een kunstwereld, Amsterdam University Press, (ISBN 9789052602479, lire en ligne)
  3. Deuxième registre du livre d'or de la noblesse de France, au Secrétariat du Collége Héraldique, (lire en ligne)
  4. Charles Emmanuel Joseph Poplimont, La Belgique héraldique : recueil historique, chronologique, généalogique et biographique complet de toutes les maisons nobles, reconnues de la Belgique. Vol 9, Typ. de G. Adriaens, 1867,, 353 p.
  5. « Portrait au Rijksmuseum Twenthe »
  6. « Auction.fr Vente de prestige. École Flamande, 1603 Portrait de la famille de WITTE »
  7. Charles Emmanuel Joseph Poplimont, La Belgique héraldique: recueil historique, chronologique, généalogique et biographique complet de toutes les maisons nobles, reconnues de la Belgique. Vol. 9, Typ. de G. Adriaens, (lire en ligne), p 353
  8. Oscar Coomans de Brachène, État présent de la noblesse Belge, Annuaire de 1983, seconde partie, Wi - Zu, Collection "ETAT PRESENT" a. s. b. l., 1983.
  9. [1]
  10. Oscar Coomans de Brachène, État présent de la noblesse Belge, Annuaire de 1983, seconde partie, Wi - Zu, Collection "ETAT PRESENT" a. s. b. l., 1983.
  11. Alexis Merle du Bourg, Antoon Van Dyck : Portraits, Fonds Mercator, (ISBN 978-90-6153-839-4), p. 25

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Concernant des familles homonymes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]