Famille de Vuillefroy de Silly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

de Vuillefroy de Silly
Image illustrative de l’article Famille de Vuillefroy de Silly
Armes

Blasonnement D'azur à deux levrettes rampantes affrontées et accolées d'argent [1],[2]
Devise Semper Fidelis
Branches de Vuillefroy-Cassini

de Vuillefroy de Silly

Période XVIe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Soissonnais
Bretagne
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Silly

Beauregard

Marigny

Demeures Château de Silly [3]

Château de Fillerval[4]

Hôtel Vuillefroy de Silly (Soissons)

Charges Gouverneur échevin de Soissons (1631) (1679) (1720)[3]

Conseiller du roi

Sénateur
Président de Conseil général

Fonctions ecclésiastiques Chanoine de la cathédrale de Soissons
Récompenses civiles Ordre national de la Légion d'honneur

Décoration du Lys

Récompenses militaires Croix de guerre 1914-1918

Croix de guerre 1939-1945

Médaille de la résistance

La famille de Vuillefroy de Silly est une famille subsistante de la noblesse française[5], originaire du Soissonnais, dont la branche cadette se fixa en Bretagne au début du XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Vuillefroy de Silly, anciennement connue à Soissons, où trois de ses membres ont occupé la charge de gouverneur échevin aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, a été anoblie le 4 novembre 1815 sous la Seconde Restauration par le roi Louis XVIII[6].

Elle a été admise à l'Association d'entraide de la noblesse française (ANF)[7] en 2013[8].

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

  • Damien Willefroy, notaire apostolique, cité dans l'Histoire de Soissons de F.Rousseau des Fontaines comme ayant, en sa qualité d'officier de la cour ecclésiastique, reçu le serment des notables du faubourg Saint-Wast, que les reliques de Saint-Wast et de Saint Sébastien étaient bien les véritables.
    • Robert I Willefroy (1579-1653), notaire royal, élu en 1631 gouverneur échevin de Soissons, administrateur de l'Hôtel Dieu de Soissons de 1628 jusqu'à sa mort en 1653[9].
  • Georges de Vuillefroy de Silly (1920-1944), résistant, membre de la division blindée Leclerc, mort pour la France, croix de guerre 1939-1945, médaille de la Résistance[13].


Armoiries[modifier | modifier le code]

  • de Vuillefroy de Silly : D'azur à deux levrettes rampantes affrontées et accolées d'argent [1],[2]

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Vuillefroy de Silly sont: Quinquet de Monjour (1651), de Vaux (1660), Cousin du Lieutel (1750), Capitain de Clacy (1781), de Cassini de Thury (1809), Poujol de Molliens (1841), de Cillart de la Villeneuve (1847), Rivaud de la Raffinière (1871), Briant de Laubrière (1881), Gelot de Saint Amey (1887), Pagart d'Hermansart (1889), Méric de Bellefon (1908), de Kerros (1912, 1947), van Bredenbeck de Châteaubriant (1913), Mallard de La Varende (1923), de Boisdavid (1946), de Courrèges d'Ustou (1959), Prigent de Kerallain (1973), de Bossoreille de Ribou (1976), Fatou (1978), de Poulpiquet de Brescanvel (2010), de Ghaisne de Bourmont (2013).

Hommage[modifier | modifier le code]

La rue Vuillefroy de Silly à Rungis en hommage au sergent Georges de Vuillefroy de Silly, résistant mort pour la France lors de la libération de la ville le 24 Août 1944.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lettres patentes, centre historique des archives Nationales, série BB, registre 1076, folio 156
  2. a et b Jougla de Morenas, Grand armorial de France, tome 6, page 499
  3. a et b Notice généalogique sur la famille Vuillefroy par Georges de Vuillefroy de Silly (1851-1917)
  4. http://felix-de-vuillefroy.fr/biographie/
  5. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante, Robert Laffont. 2007- p. 192
  6. Henri de La Messelière, Les Filiations Bretonnes, Tome X- pages 397-398. Saint-Brieuc. Prud'Homme. 1924
  7. Annuaire de l'ANF-2017-Albédia-Aurillac- page 70
  8. ANF Familles.
  9. a b et c Notice généalogique sur la famille Vuillefroy par Georges de Vuillefroy de Silly (1851-1917)
  10. a et b Alain Galbrun, Etat de la noblesse française subsistante, volume 42, Paris, Patrice du Puy, , page 258
  11. Charge interrompue en 1790 par la Révolution Française
  12. « Félix de Vuillefroy », Association des amis de Félix de Vuillefroy,‎ (lire en ligne, consulté le 23 décembre 2017)
  13. Base des militaires décédés pendant la Seconde Guerre mondiale

Sources[modifier | modifier le code]