Famille de Villars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Maison de Villars ou Maison de Thoire-Villars.
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Villars.

Famille de Villars
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille de Villars

Blasonnement De gueules fretté d'or de six pièces
Période Début du XIe siècle- Fin du XIIe siècle
Pays ou province d’origine Dombes
Allégeance Drapeau du comté de Savoie Comté de Savoie
Fiefs tenus Lignieux, Villars
Demeures Ambérieux-en-Dombes, Lignieux, Loyes, Villars.
Fonctions ecclésiastiques Chanoines-comtes de Lyon

Les sires de Villars comptaient parmi les principaux barons des Pays de l'Ain et leur autorité s'étendait, au XIIe siècle, sur la majeure partie de la Dombes, dans ce qui deviendra le département de l'Ain. L'existence de cette puissante famille fut cependant relativement brève car si elle est mentionnée de façon certaine au début du XIe siècle, elle s'éteignit dès la fin du siècle suivant avec la mort, sans héritier masculin, d'Étienne II de Villars et se fondit dans la famille de Thoire-Villars.

Titres[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des titres que porta la famille de Villars suivant les périodes :

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Comme celle des sires de Coligny et celle des sires de Bâgé, l'histoire des origines de cette famille semble partiellement légendaire.

Le premier membre de cette famille dont l'existence est attestée par les sources est Étienne qui était seigneur de Villars en 1030[1]. Son nom figure en effet parmi ceux des témoins d'une donation faite par Guichard de Beaujeu au chapitre de Mâcon.

Son fils Adalard lui succéda avant 1080 à la tête de cette seigneurie tandis que son cadet, Blandin, qui avait été destiné à l'Église, est mentionné dans le catalogue des chanoines-comtes de Lyon en 1086.

Expansion[modifier | modifier le code]

Ulrich, qui était seigneur de Villars en 1130, est comme ses prédécesseurs, surtout connu par ses actes de donations aux monastères proches de ses domaines. Il semble avoir eu pour objectif d'étendre l'influence de son lignage sur la rive orientale de l'Ain comme l'indique son mariage avec Poncia de l'Isle. Issue de la famille de l'Isle-Saint-Vulbas, cette dernière était d'un rang inférieur aux puissants seigneurs de Villars mais les possessions de sa famille, entre Ain et Rhône, sur les marches de la baronnie des Coligny, ouvraient d'intéressantes perspectives d'expansion en Bas-Bugey.

Disparition[modifier | modifier le code]

Étienne II de Villars, connu pour avoir pris la Croix en 1152, n'eut pour seule descendance qu'une fille nommée Agnès. Il mourut vers 1188 en lui léguant l'ensemble de ses biens qu'elle apporta par mariage au sire de Thoire ; donnant ainsi naissance à la famille de Thoire-Villars[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Contrairement à une idée très répandue, les premiers sires de Villars ne portaient pas pour armes le fameux "bandé d'or et de gueules de six pièces". Ce dernier blason ne fut en effet que celui de la famille de Thoire-Villars, c'est-à-dire qu'il ne fut adopté qu'après le mariage d'Étienne de Thoire avec Agnès de Villars et l'union des deux seigneuries (vers 1190 ou peu après). La confusion vient du fait que les cadets de ce lignage, qui portaient donc ces nouvelles armes, adoptèrent pour patronyme le nom de Villars tandis que l'aîné seul portait celui de Thoire-Villars.


Famille de Villars

Les armes de la famille de Villars se blasonnent ainsi :

de gueules fretté d'or de six pièces. Blason apparu vers le ...

Devise des Villars est : ....

Filiation[modifier | modifier le code]

  • Étienne de Villars (vivant en 1030), seigneur de Villars en 1030.
    • Adalard Ier de Villars (vivant av. 1080 et vers 1100), chevalier, seigneur de Villars, de Ligneux, témoin en 1080 et caution du sire de Baugé envers l'Église de Mâcon[2].
      • Adalard II (vivant en 100-1130), seigneur de Villars
        • Ulrich ou Uldrich de Villars (vivant en 1130)[2], seigneur de Villars, de Lignieux, marié à Poncie de l'IIe-Saint-Vulbas, sœur de Guy de l'Ile-Saint-Vulbas, chevalier.
          • Étienne II de Villars (vivant vers 1145-†vers 1188), seigneur de Villars, il fit une donation à l'abbaye de Saint-Sulpice-en-Bugey, en 1145. En 1150, il prit en fief de Girin, abbé de l'Île-Barbe, le château et le péage de Rochetaillée, qu'il engagea l'année suivante à l'Église de Lyon. Il se croisa en 1152 et fit une nouvelle donation à l'Île-Barbe en 1186. Il ne laissa qu'une fille[2],[3].
            • Agnès de Villars (vivante en 1187), mariè vers 1187 à Étienne de Thoire qui prit le nom de Thoire-Villars et les armes de Villars[3].
          • Ulrich (vivant en 1175), chanoine, puis doyen en l'Église et comte de Lyon, qui fit une concession à l'abbaye de Chassagne, vers 1175.
          • Adalard (vivant en 1174-1176), chevalier
            • Ulrich (vivant en 1174-1176), chevalier, seigneur de lignieux.
    • Girard, damoiseau
    • Rodolphe (vivant en 1080), homme d'église, qui fit don, en 1080 avec son frère Girard, au monastère de Cluny, de l'église de Villars et des droits qu'il avait en la seigneurie de Villars.


  • Blandin de Villars (vivant en 1086), chanoines-comtes de Lyon en 1086.

Possessions[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief de la famille de Villars :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b S.Guichenon, Histoire de Bresse et Bugey, rééd. Horvath, Roanne, 1976.
  2. a b et c Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 201.
  3. a et b Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 208.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]