Famille de Vial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vial.

Famille de Vial
Image illustrative de l’article Famille de Vial
Armes

Blasonnement De sable à l'écusson d'argent en abîme chargé d'un lion de gueules[1].
Période XVIIe siècle-XXIe siècle
Pays ou province d’origine Forez (Chambon, Saint-Étienne)
Charges Diplomate espagnol
Diplomate français
Fonctions militaires Général
Fonctions ecclésiastiques Prêtre séculier catholique franco-américain
Récompenses militaires Ordre national de la Légion d'honneur
Médaille militaire

La famille de Vial olim Vial, est une famille d'origine française, attestée dès le XVIIe siècle au Chambon, près de Saint-Étienne dans l'ancienne province du Forez.

Des branches de cette famille se sont installées en Espagne, en Grande-Bretagne et au Chili où elles comptent parmi leurs membres différentes personnalités.

Une branche de cette famille est revenue en France au XIXe siècle et a repris la nationalité française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une famille originaire de la région de Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

La famille de Vial est originaire du Chambon-Feugerolles[1], près de Saint-Étienne, dans le département de la Loire où ses membres étaient notaires au milieu du XVIIe siècle, et de Saint-Étienne où ils étaient couteliers.

En 1640 Jean Vial, le jeune et Fleury (Florimond) Vial, tous deux frères et notaires à Chambon, sont cités dans un jugement de succession comme fils de Christophe Vial, également notaire à Chambon, marié à Françoise Renaud et décédé avant 1640[2],[3].

François Vial (1595-1648), vivant à Chambon, marié en 1620 à Gabrielle Barralon (fille de Fleury Barralon, tisserand à Saint-Genest-Malifaux) eut entre autres pour fils : Gabriel (1623-1675), coutelier à Saint-Etienne, marié en 1657 à Antonia Mounier (d'où postérité), Alexandre (1633) qui émigra à Bilbao et épousa en 1667 Maria Saez de Ardiles (d'où postérité), André (1635-1713) qui émigra aussi à Bilbao et épousa en 1684 Manuela Batista Lopez de Ondarroa (d'où postérité)[4].

On trouve aussi la famille Vial à Saint-Étienne, où Gabriel Vial (fils de François Vial et Gabrielle Barralon), maitre coutelier, marié à Antonia Mounier, est inhumé le 5 septembre 1675, âgé d’environ cinquante ans[5].

Le 3 avril 1699 Gabriel Vial, demeurant habituellement à Bilbao, en Espagne, est le parrain de Gabriel Vial, fils de Claude Vial, coutelier à Saint-Étienne[6].

Établissement en Espagne (Bilbao au Pays basque)[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, des membres de cette famille s'établirent en Espagne, à Bilbao au Pays basque où ils reçurent des lettres de naturalité en 1674[1] et obtinrent des maintenues de noblesse le 3 septembre 1676 et le 30 juillet 1708[1].

En Espagne, la famille fit ses preuves pour les gardes-marines en 1744 et fut inscrite à la salle des gentilshommes de Castille à Valladolid le 24 novembre 1772[1]. Elle fit encore ses preuves de noblesse pour l'ordre de Charles III d'Espagne en 1798 et le 22 janvier 1816[1]. Elle fut maintenue noble en Espagne par décrets du ministre de la justice le 20 décembre 1958 et 21 février 1959[1].

Don Martin de Vial y González del Corral, Martínez del Campo y Abascal fut reçu chevalier de Malte d'honneur et de dévotion le 8 novembre 1935[7].

Branche fixée au Chili[modifier | modifier le code]

Une branche s'est fixée au XVIIIe siècle au Chili en la personne de Manuel José de Vial y Xarabeitia[8] où elle fit souche[9]. À cette branche appartenait notamment Maria del Carmen Vial Santelices, épouse de José Maria Prieto (parents du général José Joaquín Prieto Vial qui fut président de la République du Chili de 1831 à 1841)[10] ainsi que Manuel Bulnes Prieto Vial et plus récemment Sebastián Piñera.

Autres membres de cette branche :

  • Carlos Vial Infante, ingénieur, ministre de l'État chilien
  • Gonzalo Vial, historien, juriste et journaliste du Chili, membre du conseil de défense de l'État
  • Julia Vial, présentatrice à la télévision chilienne

Branche fixée au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Une autre branche fondée par Leopoldo Vial-Henley s'est établie au XIXe siècle au Royaume-Uni et y a fait également souche.

Branche redevenue française au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Une branche de la famille de Vial revint en France au XIXe siècle et reprit la nationalité française en 1888. Cette branche n'appartient pas à la noblesse française mais à la noblesse d'origine étrangère (espagnole).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Armes[modifier | modifier le code]

Blasonnement : De sable à l'écusson d'argent en abîme chargé d'un lion de gueules[1]

Alliances[modifier | modifier le code]

La famille de Vial est alliée aux familles suivantes : Lopez de Ondarra[4], de Xarabeita[4], Butron[13], de Haro[14], Gonzalo del Rio, de Eydelin, Gomez de la Torre (1806), Goyetche (1857), Bermond (1882), Cayrou (1898), Colas des Francs (1920), Robain (1932), de Fraix de Figon, Fremaux, Salleron, Ouazanna, Delassus etc.

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h E. de Saint-Simon, F. de Séréville, Dictionnaire de la noblesse française, supplément, "noblesse étrangère", 1977, page 587.
  2. Jean-Marie Ricard, Traité des donations entre-vifs et testamentaires, 1701, page 571.
  3. Claude Henrys, Barthélémy-Joseph Bretonnier, Œuvres de M. Claude Henrys: contenant son recueil d'arrêts, ses plaidoyers et harangues, et vingt-deux questions posthumes, Volume 1, 1708, pages 550.
  4. a b et c H. Lamant, Hubert Lamant-Duhart, Armorial du Pays Basque, J. & D. Ed, 1997, page 424.
  5. Registres paroissiaux de Saint-Étienne, sépultures 1675.
  6. Fenêtres de Paris, Commission du Vieux Paris, 1997, page 56.
  7. Il Souverano Militare Ordine Gerosolimitano di Malta, Ruelo Generale, Publicazione Ufficiale del Gran Magistero , Roma 1938, page 114.
  8. Pierre Lhande, L'émigration basque, janvier 1984, Elkarlanean, (ISBN 2-913156-05-3), page ?
  9. (es) Juan Luis Espejo, Nobiliario de la antigua capitanía general de Chile, vol. 2, Imprenta universitaria, (lire en ligne), p. 202
  10. (es) Fabio Cruz Correa, El General Prieto, Editorial "Alonso de Ovalle", (lire en ligne), p. 12
  11. Gallica-Bnf, Archives Diplomatiques -1912/05
  12. Gallica Bnf : L'Ouest-Éclair, 1931-07-30, N°12684, Page 7
  13. Resena Genalogica sobre la casa de Butron Mugica, Imprenta Editorial Moderna, Madrid 1944 "Rama de Vial" pages 191 et suivantes
  14. Baury, Ghislain, Los ricoshombres y el rey en Castilla : El linaje Haro, 1076-1322, Territorio, Sociedad y Poder : Revista de Estudios Medievales, 6, 2011, pp. 53-72.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. de Saint-Simon, F. de Séréville, Dictionnaire de la noblesse française, supplément, 1977, page 587
  • Jean-Marie Ricard, Traité des donations entre-vifs et testamentaires, 1701, page 571 Traité des donations entre-vifs et testamentaires
  • Claude Henrys, Barthélémy-Joseph Bretonnier, Œuvres de M. Claude Henrys : contenant son recueil d'arrêts, ses plaidoyers et harangues, et vingt-deux questions posthumes, Volume 1, 1708, pages 550 Œuvres de M. Claude Henrys : contenant son recueil d'arrêts, ses plaidoyers et harangues, et vingt-deux questions posthumes
  • Fenêtres de Paris : XVIIe siècle et XVIIIe siècle, Commission du Vieux Paris, 1997, page 56 Fenêtres de Paris : XVIIe siècle et XVIIIe siècle
  • Il Souverano Militare Ordine Gerosolimitano di Malta, Ruelo Generale, Publicazione Ufficiale del Gran Magistero , Roma 1938, page 114 : Don Martino de Vial Gonzalez del Corral reçu chevalier de Malte d'honneur et de dévotion le 8 novembre 1935
  • Almanach de Gotha 1830, Justus Perthes, page 222 : Corps Diplomatique à Dresde : S.E. Jean-Népomucène de Vial, chargé d'affaires, ambassade d'Espagne près le royaume de Saxe
  • Guia de los Forasteros, 1834, page 116, Ambassadeurs et Ministres : S.E. Jean-Népomucène de Vial en poste à l'ambassade de Londres, chevalier-grand croix d'Isabelle la catholique, édition 1835, page 91
  • El solar Vasco Navarro A.et.A. Garcia Carafa Dictionnaire des familles de Biscaye et de Navarre en six volumes, tome six pages 260, 261, et planche 11, Libreria International San Sebastian
  • Hubert Lamant-Dhuart, Armorial du Pays basque, page 424, éditions J. et D. Biarritz, 1997
  • Revista Chilena de historia y geographia, 1951 no 117 "Don Juan de Dios Vial Santellces y su succession"
  • Archivo de la real chancilleria de Valladolid, Sala de los Hjosdalgos, tome IV, edicones Hidalguia, Madrid, 1955, page 42
  • Resena Genalogica sobre la casa de Butron Mugica, Imprenta Editorial Moderna, Madrid, 1944, "Rama de Vial", pages 191 et suivantes
  • Baury, Ghislain, Los ricoshombres y el rey en Castilla : El linaje Haro, 1076-1322, Territorio, Sociedad y Poder, Revista de Estudios Medievales, 6, 2011, p. 53-72 Los ricoshombres y el rey en Castilla : El linaje Haro, 1076-1322
  • Raul Diaz Vial, El lignage de Vial, Madrid, Selecciones Graficas, 1960 (ouvrage familial)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail des Archives espagnoles (PARES) : accès au dossier numérisé des preuves de noblesse de Ramón Javier de Vial pour son admission dans l'ordre de Charles III, en 1798 (Archivo Histórico Nacional, Secretaría de las Órdenes Civiles, Expediente 1051)