Famille de Tascher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille de Tascher
Image illustrative de l’article Famille de Tascher
Armes

Blasonnement D'argent, à trois fasces d'azur, chacune chargée de trois flanchis du champ, surmontées de deux soleils de gueules[1],[2],[3],[4],[5]
Devise Honori fidelis
(Fidèle à l’honneur)
Branches la Pagerie
Tascher (Perche normand)
Période XVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Perche Blason de la ville de Chambellay
Demeures Malmaison
Petite Malmaison
Navarre
Bois-Préau
Charges Membre du Sénat conservateur
Pair de France
Sénateur du Second Empire
Fonctions militaires Nombreuses
Fonctions ecclésiastiques Aumônier de S. A. S. Monseigneur le duc de Penthièvre,
Récompenses civiles Ordre royal et militaire de Saint-Louis
(chevaliers)
Légion d'honneur
(officier, grand-croix)
Preuves de noblesse
Réformation de la noblesse 1667 à Alençon

La famille de Tascher, ou Tascher de La Pagerie, est une famille de la noblesse française, originaire du Perche. Elle a formé deux branches principales. La branche ainée de la Pagerie, après un passage dans le Blésois (Orléanais), s'est établie vers 1730 en Martinique. Elle s'est éteinte en ligne masculine en 1993. La branche cadette était fixée à Bellême (Perche normand) et s'est éteinte en 1964.

La famille de Tascher est notamment connue pour avoir donné à l'Empire français une impératrice en la personne de Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie (plus connue sous le nom de Joséphine de Beauharnais), épouse de l'empereur des Français Napoléon Ier.

Origine[modifier | modifier le code]

Guillaume Tascher avait pour père ou pour aïeul (comprendre grand-père) Regnauld de Tascher. Guillaume, vivant en 1406, est qualifié écuyer dans une quittance qu'il donna au sujet de Villette-les-Bois et de Fontaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Tascher sont, depuis le XVe siècle, fixés dans cette partie du Perche que l'on nomme le Thymerais (Eure-et-Loir).

En 1455, Guillaume Tascher rendit aveu pour sa terre de Bréméant (à Dangeau, Eure-et-Loir), un autre aveu en 1462 pour celle de Romphais, que Jeanne de Chaumont, son épouse, lui porta en mariage.

Charles de Tascher, écuyer, seigneur de Malassise (hameau de la commune d'Auteuil (Oise), près de Beauvais), et Isabeau des Loges, son épouse, décédés avant le , figurent dans la branche aînée des Tascher, qui prendra le nom de la Pagerie.

Après le Blésois, les Tascher de La Pagerie, se fixent vers 1730 à la Martinique où ils développent des plantations : de cette branche est issue Marie-Josèphe Rose, plus connue sous le nom de Joséphine. Sa famille dut sa célébrité à ses mariages : le premier, en 1779, avec le Vicomte de Beauharnais, mais surtout le second, le , avec un jeune général d'origine corse, encore inconnu et de six ans son cadet, Napoleone Buonaparte.

Devenue Impératrice des Français, les enfants de son premier mariage et certains membres de sa famille purent profiter du lustre de leur nom et de leur parenté (parfois lointaine) avec Joséphine pour obtenir avancements et dignités. Divorcée de l'Empereur pour raison d'État (elle ne put lui donner d'héritier), elle put garder son titre d'Impératrice et fut faite Duchesse de Navarre et de l'Empire.

La famille conserva son titre comtal sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, atteignit la pairie de France et un de ses membres fut fait duc du Second Empire en héritage du Duc de Dalberg.

La branche cadette, établie à Bellême (Orne, Normandie), résida dans l'Orne jusqu'au milieu du XVIIIe siècle et s'éteignit en 1964.

Preuves de noblesse[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (octobre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

La famille fut confirmée dans sa noblesse par ordonnance de M. Boucher d'Orçai, Conseiller d'État, Commissaire départi pour le règlement des tailles en la Généralité d'Orléans, en faveur d'Isaac de Tascher.

Une ordonnance du , de Bernard-Hector de Marie, chevalier, Seigneur de Versigny, Commissaire envoyé pour la recherche de la noblesse dans la Généralité d'Alençon, sur la présentation des titres qui en fut faite par René De Tascher, Sieur de Marcilly, de la paroisse de Cetton, élection de Mortagne; par François de Tascher, Sieur de Vaucay, paroisse de la Perrière ; par Samuel, seigneur de Beaulieu, paroisse de Bellême ; par Louis, seigneur de Bois-Guillaume, de la paroisse de Châteauneuf ; et par Jacques de Tascher, Sieur de Lormarin, paroisse de Moussonvilliers, tous frères et proches parents, et sortant de la même tige : ce qui est aussi confirmé par un certificat de M. de Clairambault, généalogiste des Ordres du Roi, du , chargé de la vérification des titres, en vertu des arrêts du Conseil d'État, des années 1683 et 1699.

Pierre d'Hozier de la Garde, Chevalier de l'Ordre du Roi, Gentilhomme ordinaire de Sa Chambre, examina tous les titres et contrats de la famille de Tascher afin qu'un de ses membres pût entrer dans l'Ordre de Malte : dans le certificat qu'il donna le , il concluait que « comme elle (la Famille Tascher) étoit en possession de la noblesse, de si longtems, qu'il n'étoit mémoire du contraire, et qu'un des siens étoit en droit de faire ses preuves pour son entrée dans ledit Ordre. »

Un autre arrêt de maintenue pour François de Tascher, fut rendu à Orléans, le , par M. de Machault, Conseiller d'État, Commissaire nommé pour la vérification de la noblesse.

Les preuves furent faites (en 1721 et 1734) pour l'entrée à la Maison royale de « Saint-Cyr » de Anne et Madeleine de Tascher.

Régis Valette qualifie la famille de Tascher de noblesse d'ancienne extraction, sur filiation prouvée depuis 1466[6].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (octobre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
I) Guillaume de Tascher ( † après 1462), marié avec Jeanne (ou Suzanne) de Chaumont, dont :
  1. Imbert, auteur de la branche aînée ;
  2. Pierre, auteur de la branche cadette.

Branche ainée[modifier | modifier le code]

I) Imbert de Tascher, écuyer, seigneur de Romphais et de Bréméant, épouse Marie du Bois des Cours dont vinrent[7] :
Jean qui suit,
un autre Jean, dit le jeune,
César
Roberte, mariée à Étienne de Baune (ou de Racine) ;
II) Jean de Tascher, écuyer, seigneur de Romphais, de Malassise (hameau de la commune d'Auteuil (Oise), près de Beauvais), de Roussy et de La Pagerie, lequel épouse en 1459 demoiselle Jeanne, fille de Geoffroy de Megardon, dont il eut :
Charles qui suit,
Guillaume,
Claude ;
III) Charles de Tascher ( † entre 1552 et le ), écuyer, seigneur de Malassise se maria avec Isabeau des Loges, son épouse, dont il eut :
Vincent, seigneur de Malassise, dont on ignore la postérité,
un autre Vincent qui suit,
Baptiste de Tascher ;

Rameau Tascher de la Pagerie[modifier | modifier le code]

III) Vincent de Tascher (15511595), écuyer, seigneur de la Pagerie, qui épousa Louise de Racine, dont il eut :
Isaac, qui suit,
Marin († tué à la bataille de Saint-Quentin en 1557) ;
IV) Isaac de Tascher († 1631), écuyer, seigneur de la Pagerie, marié avec demoiselle Louise de Phéline, dont il n'eut que :
Pierre de Tascher qui suit ;
V) Pierre de Tascher, écuyer, seigneur de la Pagerie se maria, le , avec damoiselle Jeanne de Ronsard (contrat du 3 mai devant Me Vié), il en eut :
François qui suit,
Jean, mort au service à Turin,
Jacques, morts au service à Bergues ;
VI) François de Tascher (Baptisé le ), écuyer, seigneur de la Pagerie, commandant en 1674 la noblesse du bailliage de Blois et d'Étampes, marié le avec Marie-Pétronille d'Arnoul (née en 1630), dont :
VII) Gaspard Tascher de La Pagerie (), seigneur de La Pagerie, marié le avec Edmée du Plessis de Savonnières (née en 1672), puis le (Saint-Laurent-Nouan) avec Anne-Marguerite de Bodin de Boisrenard, dont :
De la première union sont issus :
Gaspard Joseph qui suit,
Agathe
De la seconde union sont issus :
Marie-Stanislas (né le - Blois), abbé et vicomte d'Abbeville, Chanoine de Blois, aumônier de la Dauphine, Vicaire général de Mâcon,
plusieurs filles dont deux ont été reçues à Saint-Cyr[Lequel ?], sur leurs preuves de noblesse ;
VIII) Gaspard Joseph Tascher de La Pagerie (1767), seigneur de La Pagerie, lequel passa en Martinique et s'y maria le (Le Carbet, Martinique) avec Marie-Françoise Bourreau de La Chevalerie (17091784), dont :
Joseph-Gaspard qui suit,
Marie-Éphémie-Désirée ( - Paris), mariée le avec Alexis Renaudin ( † ), chevalier, major des milices de saint Louis, mariée en (Fontainebleau) avec François de Beauharnais (1714-1800), veuf, baron de Beauville, marquis de La Ferté-Beauharnais, seigneur de Villechauve, Chef d'escadre des armées navales, gouverneur et lieutenant général pour le Roi à la Martinique. Veuve, elle se remarie, le (Paris) avec Pierre Danès de Montardat (17481829), futur maire de Saint-Germain-en-Laye (1815-1826). Ses trois mariages furent infertiles,
Robert-Marguerite, auteur du rameau ducal,
Marie-Paule (17411795), mariée le (Fort-Royal, Martinique), avec Louis-Jules Lejeune du Gay (1739 † après 1812), écuyer, sieur de La Touche-Hersant, mousquetaire, chevalier de Saint-Louis, dont postérité,
Marie-Françoise Rose, dite Rosette (17461807)
IX) Joseph-Gaspard ( - Le Carbet, Martinique - Les Trois-Îlets, Martinique), écuyer, capitaine de dragons, lieutenant des canonniers bombardiers, chevalier de Saint-Louis, marié le (Les Trois-Îlets) avec Rose Claire des Vergers de Sannois (17361807), et paraît avoir eu une relation avec Marie Anne Adélaïde Mélanie.
De son mariage naissent :
Marie-Josèphe Rose, (dite Joséphine) ( - Les Trois-Îlets, Martinique - Château de Malmaison, Rueil-Malmaison, inhumée en l'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Rueil-Malmaison), Impératrice des Français, reine d'Italie, duchesse de Navarre, (majorat composé du domaine de Navarre à Évreux, dont hérita son fils Eugène), mariée le (Noisy-le-Grand, séparés à l'amiable en ) avec Alexandre, vicomte de Beauharnais (17601794), remariée, dans des conditions irrégulières par Antoine Collin, le avec Napoleone Buonaparte, jeune général corse encore inconnu et de six ans son cadet, divorcés le . Postérité du premier mariage : Eugène (17811824) et Hortense de Beauharnais (17831837),
Catherine-Désirée (17641777),
Marie-Françoise (1791), la Rose de la Martinique, fiancée de Louis-François Dubuc (17591812), membre de l'assemblée coloniale de la Martinique,
Il pourrait être le père illégitime de :
Elizabeth, femme de couleur libre et, par elle, grand-père de Cyrille Bissette,
Félicité Pauline Emmanuelle, laquelle épouse Joseph Julien Frappart (17951858),
Lérice (ou Louise Marguerite) femme de couleur libre; mariée à Louis Barthélemy Frappart ;

Rameau ducal[modifier | modifier le code]

IX) Robert-Marguerite Tascher de La Pagerie (1740, inhumé en l'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Rueil-Malmaison où Joséphine lui érigea un monument de marbre blanc), baron de La Pagerie, l'auteur du seul rameau existant de cette branche aînée fut page de « Madame la Dauphine » (1754), puis successivement lieutenant de vaisseau, chevalier de Saint-Louis, lieutenant de MM. les maréchaux de France à Brest, et commandant des ports et rades de la Martinique. Du mariage qu'il contracta dans cette île en 1770 avec Jeanne Le Roux de Chapelle (1754-1822), dont il eut :
Marie Louise Marguerite ( - Le Vauclin (Martinique)), mariée avec Louis Germain du Tremblier de Chauvigny ( † 21 février 1797 - Les Trois-Îlets (Martinique)), dont postérité,
Charles ( - Fort-Royal (Martinique) † - Fort-Royal (Martinique))[réf. nécessaire],
Robert Gaspard ( - Fort-Royal - Paris)[réf. nécessaire],
Louis Robert (), [réf. nécessaire]
Anne Calixte ( - Port-Louis (Guadeloupe)), mariée avec Pierre Guillaume Ruillier Beauport ( † à Port-Louis (Guadeloupe)), commandant du quartier de Port-Louis (Guadeloupe), dont postérité,
Charles qui suit,
Jean-Henri, dit l'Amour ( - Fort-de-France (Martinique) † - Paris), comte de l'Empire, Général de brigade (1813), marié à Paris le 15 juin 1811 avec Marcelle Clary (179223 avril 1866 - La Thuillerie), dont :
Rose Amable Julie Joséphine ( - La Thuillerie), mariée le avec Louis Alexandre ( - La Thuillerie), baron de Montbrun, Préfet du palais de Napoléon III, Officier de la Légion d'honneur, dont postérité,
Pierre Claude Louis Robert qui suit son aîné,
Marie Rose Françoise Stéphanie (1788 - Fort-Royal - Paris), élevée au rang de princesse française, épousa, sur ordre de l'Empereur[8], le (Paris) Prosper-Louis d'Arenberg (28 avril 1785 - Enghien - Bruxelles), 7e duc d'Arenberg. Ce mariage a été annulé par jugement du tribunal civil du département de la Seine le 29 août 1816, par sentence de l'officialité de Paris le 27 mars 1817, enfin par bulle du pape Pie VII le 21 août 1818. Divorcés le 29 août 1816. Elle se remarie le avec Guy Eugène Victor (18 avril 1787 - Paris - Paris), marquis de Chaumont-Quitry, Comte de Quitry et de l'Empire, Officier de cavalerie, officier d'ordonnance du prince Eugène, dont postérité.
Sainte-Rose, dite Yéyé (17921823),
X) Charles Marie Rose Anne Tascher de La Pagerie ( - Fort-Royal - Fort-Royal), baron de Tascher de la Pagerie, lieutenant-colonel, ancien chef d'escadron des grenadiers de la Garde, membre suppléant du comité consultatif pour la Martinique (1821), marié, le 10 juillet 1807, avec Céline Soudan de Rivecourt (2 décembre 1792 - Rivière-Salée - Fort-Royal), d'où sont nés :
Jean Henri (1864 - Martinique),
Jean Baptiste Louis Eugène Napoléon ( - Le Lamentin1870), Consul de France, marié une première une fois, il aura un fils mort sans alliance. Il se remarie le 6 décembre 1864 avec Marie Marguerite Virginie Élisabeth Huillier (18053 septembre 1887 - Paris),
Marie Louise Amélie ( - Le Lamentin24 décembre 1873 - Paris), dame d'honneur du chapitre de Sainte-Anne de Munich, mariée, à Paris, le , à George de Barillon d'Amoncourt,
Joséphine Stéphanie Caroline ( - Le Lamentin),
Charles Robert Joseph ( - Châteauneuf-en-Thymerais), sous-lieutenant au 7e Cuirs,
Louis Rose Léonce (1885) qui, de sa relation avec Joséphine Léger, aura une fille :
Léontine Céline ( - Graville-Sainte-Honorine - Le Havre),
Marie Joséphine Clémence (née le ),
Émile (), sous-lieutenant au régiment de marine, marié avec Charlotte Dubois de Fresnoy, ils auront un fils :
Napoléon (18561935), 3e duc de Tascher de La Pagerie, marié le (château du Petit-Fresnoy, Picardie) avec Catherine Amelot de Chaillou, ils auront :
Robert ( - Paris1959), marié avec Luce Arbel, ils auront un fils :
Renaud (19141993), marié le avec Nicole Le Vaillant du Chatelet de Jollain (19141988), fille du comte Gaston Le Vaillant du Chatelet de Jollain et d'Élisabeth de Prelle de la Nieppe, sans postérité
Charles ( - Château de La Mivoie (Loiret)),
Léon Félicité Théobald ( - Martinique - Paris),
Louis Marie Robert Jules (né le ) ;
X) Pierre Claude Louis Robert Tascher de La Pagerie, dit Fanfan ( - Fort-Royal - Paris), officier d'ordonnance de Napoléon Ier (27 octobre 1807), chef d'escadron (1809), comte Tascher de La Pagerie et de l'Empire (9 mars 1810), colonel et aide de camp du prince Eugène (1814), général de division (Bavière) et chambellan du roi de Bavière, sénateur du Second Empire (31 décembre 1852), et grand maître de la maison de l'Impératrice Eugénie (25 janvier 1853), grand-croix de la Légion d'honneur, marié le 10 août 1810 avec Amalie Theodora, princesse von der Leyen und zu Hohengeroldseck (de) (2 septembre 1789 - Blieskastel21 juillet 1870 - Soultz). De ce mariage sont issus :
Charles Joseph Louis qui suit,
Eugène Auguste Alexandre Louis (6 décembre 181218 septembre 1833 - en duel), filleul du prince Eugène, Cornette des chevau-légers bavarois,
Stéphanie Philippine Sophie Louise (née le 26 janvier 1814), sœur jumelle de la suivante,
Hortense Henriette Sophie Amélie (26 janvier 1814 - Paris4 mars 1898 - Munich), sœur jumelle de la précédente, mariée le 3 février 1834 (Munich) avec Philipp Aloys, Graf von Deroy (18061848), dont postérité,
Marie Anna Louise Sophie Amélie ( - Munich28 septembre 1897 - Arnstorf), mariée le 31 juillet 1847 (Munich) avec Maximilian (de) (18171890), Freiherr von Gise, chambellan du roi de Bavière, dont postérité,
Louise Cécile Rose Elisabeth Sophie (13 août 1818 - Munich9 février 1890 - Paris), mariée le 4 avril 1842 avec Ferdinand Adalbert (18231857), comte de Waldner de Freundstein, dont postérité ;
XI) Charles Joseph Louis Robert Philippe de Tascher de La Pagerie (13 août 1811 - Francfort3 février 1869 - Palais des Tuileries, Paris), filleul du prince primat de Dalberg et de l'Impératrice Joséphine, chambellan du roi de Bavière, 1er duc de Tascher de La Pagerie et de l'Empire (2 mars 1859), premier chambellan S.M. l'Impératrice Eugénie (), député du département du Gard au Corps législatif (1853), puis de celui de l'Allier, sénateur du Second Empire (6 mars 1861), marié le 27 décembre 1838 avec Caroline-Wilhelmine-Éléonore-Euphrosine, Freiin Pergler von Perglas (18161888), dont :
Eugénie Caroline Amélie (23 novembre 1839 - Munich28 mars 1905 - Neuburg an der Donau), mariée le 13 octobre 1860 (Munich) avec Maximilian, Prinz von Thurn und Taxis (18311890), dont postérité,
Robert qui suit,
Hortense Stéphanie Anna Sophie Frédérique (9 novembre 1844 - Munich12 mars 1867 - Paris), mariée le 4 novembre 1865 (Paris) avec Émile, comte de l'Espine (18271892), dont postérité ;
XII) Robert de Tascher de La Pagerie (10 novembre 18401901), 2e duc de Tascher de La Pagerie, marié en avec Angélique Panos (18451920), sans postérité.

Branche cadette[modifier | modifier le code]

I) Pierre de Tascher ( † après 1499), seigneur de la Hallière (en la paroisse de Digny, relevait de la châtellenie de Beaussard), marié avec Robine de Courtalain (Courtalen ou Courtalin), dont :
Esprit ;
II) Esprit de Tascher, écuyer, seigneur de la Hallière, de Brémean et de Bois-Guillaume, marié avec Renée de Manceau, dame de Nevermes, d'où six filles et sept fils, dont :
Gilles, chef de la branche établie en Guyenne, dont est issu N. de Tascher, lieutenant au régiment de Flandres-Infanterie en 1784,
Jacques Ier ;
III) Jacques Ier de Tascher ( † après 1590), écuyer, seigneur de Beaulieu, procureur du roi au bailliage du comté du Perche à Bellême (1590), qui se maria avec Demoiselle Charlotte (Jehanne) de la Bretonnière, dont :
Samuel Ier, qui suit ;
IV) Samuel Ier de Tascher, seigneur de Beaulieu et de Lormarin, procureur du roi à Bellême, auteur des seigneurs de Lormarin (en la paroisse de Moussonvilliers), du Plessis (en la paroisse de Nocé), de la Grange, de Pouvray, de la Boissière et du Fay-de-la-Lande, lequel embrassa la religion « prétendue » réformée et se maria, en 1609, avec demoiselle Charlotte-Marie Pomet, dont est sorti :
Jacques II, auteur du rameau de Lormarin,
Samuel II, auteur du rameau de Pouvrai ;

Rameau de Lormarin[modifier | modifier le code]

V) Jacques II de Tascher, seigneur de Lormarin, marié avec Suzanne de Sabrevois, dont :
VI) Jacques III de Tascher, écuyer, seigneur de la Boissière, marié le 9 octobre 1720 (La Chapelle-Viel), avec Catherine Legrand, dont :
VII) Jacques IV François, écuyer, seigneur du Fay-de-la-Lande, marié le 28 juin 1751 (Courdevêque) avec Magdeleine de Bonenfant, dont :
VIII) Magdeleine Catherine Tascher de Lormarin (21 avril 1752 - Les Aspres29 novembre 1829 - Bonnefoi), dame du Fay-de-la-Lande, mariée le 17 septembre 1779 (Auguaise) avec Charles René Jacques de Saint-Aignan (17471831), propriétaire, dont postérité ;

Rameau de Pouvrai[modifier | modifier le code]

V) Samuel II de Tascher, écuyer, sieur de Beaulieu, qui se maria en 1649 avec demoiselle Marie de Chartres ou Chartier, dont naquit :
Samuel III qui suit :
VI) Alexandre Samuel III de Tascher, seigneur de Pouvray, qui se convertit à la religion catholique, marié en 1684 avec demoiselle Suzanne de Cosne, dont :
Pierre-Louis qui suit,
Louis-Pierre, curé d'Avezé, au diocèse du Mans,
Alexandre, chevalier de Saint-Louis,
VII) Pierre Louis de Tascher (3 janvier 1687 - Bellême14 mars 1757), seigneur de Pouvray et de la Salle, marié le 30 octobre 1714 (paroisse Saint-Sauveur, Bellême), avec Brigitte Le Breton, dont sont nés :
Pierre-Alexandre qui suit
Louis-Samuel (17241782), prêtre, prieur de Sainte-Gauburge-de-la-Coudre, docteur en Sorbonne, aumônier de S. A. S. Monseigneur le duc de Penthièvre,
Alexis-François (né en 1728), ancien capitaine au corps royal d'artillerie, chevalier de Saint-Louis (1763), lieutenant de MM. les maréchaux de France à Bellême,
Suzanne, sans alliance en 1784 ;
VIII) Pierre François Alexandre de Tascher (3 août 1715 - Pouvray1767 - Viantois), chevalier, seigneur de Pouvray et de la Salle, lieutenant de MM. les maréchaux de France à Chartres et ensuite à Bellême, marié en premières noces, le 3 août 1741 (Paroisse Saint-André, Chartres) avec Louise Recoquillé (née en ) - Chartres), puis, en secondes noces (1752) avec Marie Henriette Philiberte de Thurin :
Du premier lit sont issus :
Pierre Jean Alexandre qui suit,
Charles François, (29 janvier 1746 - Chartres18 août 1820 - Saint-Cosme-de-Vair, Sarthe), Seigneur de Contres, Capitaine au Régiment de Penthièvre, Capitaine de Dragons, Chevalier de Saint-Louis, marié en premières noces (1777) avec Louise de Boullemert, puis, le 5 septembre 1791 (Orléans), avec Catherine Bailly de Montaran, dont :
Du premier lit sont issus :
Alexandre Samuel (né en 1778),
Auguste Pierre François (né le 29 juillet 1783 - Bellême).
Du second lit sont issus :
Amédée Charles Alexandre (né le 19 août 1798 - Saint-Cosme-de-Vair), propriétaire, auditeur au Conseil d'État (12 février 1809), nommé maire de la ville du Mans en 1812, marié le 10 septembre 1828 (Mamers) avec Anne Balavoine Devaux, dont :
Louis Élie (né le 8 mai 1832 - Le Mans), marié le 20 avril 1860 (Sarthe), avec Caroline Desson de Saint-Aignan (née le 21 avril 1842 - Jauzé), dont
Léon Marie Joseph (7 août 1868 - Sillé-le-Philippe17 novembre 1949 - Paris XVe), vicomte de Tascher, propriétaire à Jauzé, marié le 18 octobre 1893 (Le Mans) avec Marguerite de Rouvroy de Saint-Simon (18651919), divorcés le 29 décembre 1897, dont :
Élisabeth Wilhelmine (9 octobre 1894 - Le Mans10 octobre 1894 - Le Mans),
Marcelle (31 octobre 1899 - Oran, Algérie29 août 1971 - Toulouse), issue d'un second mariage, gouvernante d'un prêtre, l'Abbé J.B Aliaume (19141970), curé d'Esperce entre 1962 et 1970, et auprès de la tombe duquel elle a souhaité se faire enterrer,
un autre fils,
Du second lit sont issus :
Louis François Philibert[9] (17541828), chevalier de Tascher, élève à l'école royale militaire, lieutenant au régiment de Saintonge-Infanterie, il combattu lors de la guerre d'indépendance des États-Unis, député au Corps législatif,
Louise Françoise Félicité (née en 1760),
IX) Pierre Jean Alexandre Tascher (8 février 1745 - Chartres3 septembre 1822 - château de Pouvrai), capitaine au Régiment de Penthièvre-Dragons, sénateur (30 vendémiaire an XIII : ), président du collège électoral du Loir-et-Cher (), de celui du département de la Dordogne (), Pair de France (), comte de l'Empire (), officier de la Légion d'honneur (an XII), Chevalier de Saint-Louis, marié le 18 février 1778 avec Catherine Flore Bigot de Chérelles (17571834), dont :
Pierre-François Léon (né en 1778, mort en bas âge),
Ferdinand qui suit,
Marie Aline Charlotte (21 juillet 17827 avril 1852 - Paris), mariée le 22 décembre 1805 avec Anaclet Henri de Cardevac, 4e marquis d'Havrincourt, officier supérieur, Chevalier de la Légion d'honneur, Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, gentilhomme honoraire de la Chambre de Charles X,
Charles Marie Maurice (4 décembre 1786 - Orléans23 janvier 1813 - Berlin), Capitaine de chasseur à cheval,
Eugène Jean Marie (20 avril 1792 - Orléans25 décembre 1812 - Königsberg), Saint-Cyrien (promotion de 1804), Lieutenant d'artillerie,
Benjamin Marie (9 mars 1797 - Orléans1830), officier qui servit dans les volontaires royaux en 1815,
Marie Thérèse Pauline (7 juin 180016 avril 1852), mariée le 14 janvier 1822 (Paris) avec Elie de Baudus (17861858) ;
X) Jean Samuel Ferdinand de Tascher (22 décembre 1779 - Orléans14 décembre 1858 - Paris), comte de Tascher, auditeur au Conseil d'État, Pair de France, marié le 9 avril 1804 avec Adèle Delangre ( † 18 novembre 1813 - Paris), puis, le 28 février 1821 avec Amélie Clémentine de Maulgué d'Avrainville (179714 novembre 1869 - Paris),
Du premier lit sont issus :
Benjamin qui suit,
Marie Odile ( - Paris2 janvier 1870 - Cléry-Saint-André), mariée le 11 avril 1826 (Paris) avec Adolphe (17981877), marquis de Tristan, dont postérité,
François Léon (30 décembre 1806 - Paris8 février 1807),
Marie Paulin (15 août 1811 - Paris24 août 1878 - Paris),
Du second lit est issu :
Marie Alexandrine (5 janvier 1822 - Paris23 août 1868 - Madrid), mariée le 24 mars 1843 avec Ramón María Narváez y Campos (5 août 1800 - Loja, près de Grenade (Espagne)22 avril 1868 - Madrid), 1er duc de Valencia, grand d'Espagne de 1re classe, Maréchal de l'armée espagnole, président du conseil des ministres espagnol, chevalier de la Toison d'or, grand-croix des ordres royaux et militaires de Saint Ferdinand, de Sainte-Herménégilde, Charles III, d'Isabelle la Catholique, chevalier profès de l'habit de L'Alcantara, grand cordon de la Légion d'honneur, des Saints-Maurice-et-Lazare, de La Tour et Epée du Portugal, dont postérité ;
XI) Benjamin Marie de Tascher (4 juillet 1805 à Paris - 25 septembre 1858 à château de Thauvenay), vicomte de Tascher, marié le 14 juin 1827 avec Joséphine de Bachasson de Montalivet (1806 † 1852), filleule de Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie, impératrice des Français, fille de Jean-Pierre de Bachasson de Montalivet, dont :
Maurice Pierre de Tascher (4 mai 1831 à Paris - 3 juillet 1863 à Nuka, Russie), sans postérité
Charlotte Camille (19 aout 1831 à Paris - 31 décembre 1911 à Paris), mariée le 3 juillet 1864 (Thauvenay) avec Emile Henri Boucher de La Rupelle (1827 † 1886), dont postérité
Marie Joséphine Clémentine (23 septembre 1839 à Paris - 26 avril 1915 à Thauvenay), mariée le 2 mai 1861 (Paris) avec Arthur de Chabaud-Latour (1839 † 1910), dont postérité
Charles (11 novembre 1842 à Paris - janvier 1925 à Lyon), commandant des mobiles du Roussillon (1870), chevalier de la Légion d'honneur, marié le 10 février 1874 avec Anne Marie de Rodorel de Seilhac, dont :
Robert (25 aout 1875)
Louis (13 avril 1880)
Benjamin Marie Camille Henri (22 février 1886 à Paris - 18 décembre 1964 à Papeete)

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les ecclésiastiques[modifier | modifier le code]

Les militaires[modifier | modifier le code]

Les politiques[modifier | modifier le code]

Galerie de portraits[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Terres[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (octobre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

Ferry de Tascher reçut en 1309 du roi Philippe IV le Bel la terre de Garges, avec haute et basse justice.

Un grand nombre d'actes du XVIe siècle établissent que Louis de Tascher, et Regnauld son fils étaient aussi seigneurs de Garges, qu'ils tenaient en fief de l'abbaye de Saint-Denis.

Les Tascher de la Pagerie devinrent propriétaires de plantations en Martinique.

Différents aujourd'hui, les trois domaines des châteaux de Malmaison, de la Petite Malmaison et de Bois-Préau formaient le domaine l'Impératrice Joséphine lorsqu'elle habitait Rueil entre 1799 et 1814.

Napoléon Ier constitua un majorat pour son ex-femme Joséphine à partir du domaine de Navarre à Évreux. Le fils de cette dernière, Eugène de Beauharnais, en hérita.

Titres[modifier | modifier le code]

Branche ainée[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Sous le Premier Empire[modifier | modifier le code]

Sous le Second Empire[modifier | modifier le code]

Liste des ducs de Tascher de La Pagerie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (octobre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

Le titre de duc de Tascher de La Pagerie fut créé par dévolution du duc de Dalberg (décédé le 27 avril 1833) : lettres patentes des 8 juillet 1810 et 16 mai 1811[10].

Emmerich Joseph de Dalberg était le cousin de Philipp von der Leyen (de), père d'Amélie von der Leyen und zu Hohengeroldseck (de) (2 septembre 1789 - Blieskastel21 juillet 1870 - Soultz, mère du 1er duc de Tascher de La Pagerie).

  1. Charles Joseph Louis de Tascher de La Pagerie (18111869), 1er duc de Tascher de La Pagerie et de l'Empire (2 mars 1859),
  2. Louis Robert Maximilien Charles Auguste de Tascher de La Pagerie (18401901), 2e duc de Tascher de La Pagerie, fils du précédent.

La branche aînée de la famille Tascher de La Pagerie (qui n'étaient pas liés au 1er duc de Dalberg) ensuite illégalement et prit le titre ducal:

  1. Charles Louis Eugène Napoléon de Tascher de La Pagerie (1856-1935), 3e duc de Tascher de La Pagerie, cousin du précédent.
  2. Robert de Tascher de La Pagerie (1882-1959), 4e duc de Tascher de La Pagerie, fils du précédent.
  3. Renaud de Tascher de La Pagerie (1914-1993), 5e et dernier duc de Tascher de La Pagerie, fils du précédent.

Branche cadette[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Sous le Premier Empire[modifier | modifier le code]

Sous le Second Empire[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Image Armoiries de la Famille de Tascher
Blason à dessiner.svg Armes primitives :

D'argent, à trois bandes de gueules chargées de quatre flanchis du champ posés dans le sens de la bande.[5].

Blason à dessiner.svg On trouve également :

D'argent, à trois fasces de sinople, chargées chacune de trois flanchis du champ et accompagnéés en chef de deux soleils de gueules.[5]

Blason Famille fr Tascher de La Pagerie.svg Armes modernes :

D'argent, à trois fasces d'azur, chacune chargée de trois flanchis du champ, surmontées de deux soleils de gueules.[3],[4],[7],[5]

Tascher de la Pagerie[modifier | modifier le code]

Image Armoiries des Tascher de la Pagerie
Blason Famille fr Tascher de La Pagerie.svg D'argent, à trois fasces d'azur, chacune chargée de trois flanchis du champ, surmontées de deux soleils de gueules.[2],[3]
Blason à dessiner.svg D'argent, à trois bandes de gueules, chargées chacune de trois flanchis du champ.[11]
Blason à dessiner.svg D'azur, à trois bandes d'or, chargées chacune de trois tourteaux de gueules.[5]
Blason Impératrice Joséphine.svg Sa Majesté l’Impératrice Joséphine,

D’azur à l’aigle impériale d’or, les ailes étendues, empiétant un foudre du même. Au manteau de gueules, semé d’abeilles d’or, frangé d’or, doublé d’hermines, à la couronne impériale sommée d’un globe surmonté d’une croix recroisetée[12].

Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français.svg
Blason Pierre Claude Louis Robert Tascher de la Pagerie.svg
Pierre Claude Louis Robert Tascher de La Pagerie, dit Fanfan (1er avril 1787 - Fort-Royal - Paris), cousin de l'Impératrice Joséphine, Sous-lieutenant (1806), Lieutenant (1807), capitaine après Friedland (), Officier d'ordonnance de Napoléon Ier (27 octobre 1807), Chef d'escadron (1809), Colonel et aide de camp du prince Eugène (1814), Général de division (Royaume de Bavière), Grand-croix de la Légion d'honneur (1853), Comte Tascher de La Pagerie et de l'Empire (), Chambellan du roi de Bavière, sénateur du Second Empire (), Grand maître de la maison de l'Impératrice Eugénie (25 janvier 1853),

D'argent, à trois fasces d'azur chargée chacune de trois sautoirs alézés du champ et surmontés de deux ombres de soleil de gueules, franc-quartier des comtes tirés de l'armée[13].

Ornements extérieurs Comtes de l'Empire français.svg
Blason Jean-Henri Robert Tascher de La Pagerie.svg
Jean-Henri Robert Tascher de La Pagerie, dit l'Amour ( - Fort-Royal (Martinique) † - Paris), Colonel au service du Royaume de Naples (), Maréchal de camp au service du Royaume d'Espagne (), colonel au service de la France (), Aide de camp du roi Joseph ( - ), Maréchal de camp ( avec effet rétroactif au ), Comte Tascher de La Pagerie et de l'Empire par lettres patentes de 1810, Chevalier de l'ordre royal d'Espagne ()

D'argent à trois fasces d'azur, chargées chacune de deux sautoirs du champ, surmontées de deux ombres de soleil de gueules : franc-quartier des barons [comtes] tirés de l'armée.[13].

Rameau ducal[modifier | modifier le code]

Image Armoiries du rameau ducal des Tascher de la Pagerie
Blason à dessiner.svg Armes depuis le Premier Empire selon Rietstap : Parti: au 1, d'azur, à trois bandes d'or chargées chacune de trois (ou quatre) tourteaux de gueules (branche aînée) ; au 2, d'argent, à trois fasces abaissées d'azur chargées chacune de trois flanchis du champ, et accompagné en chef de deux soleils de gueules (branche cadette), au chef de l'écu semé d'étoiles d'argent (ducs de l'Empire). Timbre: couronne de duc. Supports: deux lions. Devise: HONORI FIDELIS[5].
Blason à dessiner.svg En 1860 :

Coupé : au I, d'azur, à trois bandes d'or, chargées chacune de trois besants de gueules, qui est de Tascher (branche aînée) ; au II, d'argent, à deux fasces abaissées d'azur, chargées chacune de trois flanchis d'argent et surmontées de deux soleils de gueules rangées en chef, qui est de Tascher (branche cadette) ; au chef ducal : de gueules, semé d'étoiles d'argent.[14]

Blason à dessiner.svg Actuelle famille Tascher de La Pagerie :

Sous le chef des Ducs de l'Empire (de gueules, semé d'étoiles d'argent), parti : au I, d'argent à trois fasces abaissées d'azur, chargées chacune de trois flanchis du champ, accompagnées en chef de deux soleils de gueules rangés en fasce, au canton des Comtes militaires de l'Empire brochant (d'azur à l'épée haute d'argent, garnie d'or) ; au II, d'azur, à trois bandes d'or, chargées chacune de quatre besants de gueules (qui est de Tascher (branche aînée)[14] ou Le Roux de la Chapelle selon l'actuelle famille Tascher de La Pagerie). L'écu sous une couronne comtale, soutenu par deux lions à la tête contournée, le tout dans un manteau de gueules doublé d'hermine et frangé d'or et surmonté d'une couronne ducale. Devise: HONORI FIDELIS[15].

Branche cadette[modifier | modifier le code]

Image Armoiries de la branche cadette des Tascher
Blason à dessiner.svg D'argent à trois fasces d'azur, chargées chacune de trois sautoirs aussi d'argent, et surmontées de deux soleils de gueules.[4],[7],[5]
Blason à dessiner.svg D'argent, à trois fasces d'azur, chargées chacune de trois flanchis d'argent, et accompagnées en chef de deux soleils soudés d'or.[11]

Devise[modifier | modifier le code]

  • Honori fidelis (Fidèle à l’honneur) .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Fernon & Patrick Rousseau, Nobiliaire de Normandie (de Chevillard), Editions d'Héligoland, Pont-Authou, 2016
  2. a et b Source : www.armorial-general.org
  3. a b et c Sceau des Chabaud-Latour (De) / Tascher de la Pagerie dans la base de données du Musée départemental Dobrée - Nantes.
  4. a b et c Source : Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) sur www.heraldica.org
  5. a b c d e f et g Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  6. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 179.
  7. a b et c Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes, & l'état des grandes terres du royaume ..., par François-Alexandre Aubert de la Chenaye des Bois, Badier, Edition : 2, publié chez la veuve Duchesne ... et l'auteur, 1784
  8. Source : Journal de campagne de Maurice de Tascher, février 1808.
  9. Ou Philibert-Louis-Alexandre.
  10. Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, publié par Bureau de la publication, 1860.
  11. a et b Dictionnaire universel de la noblesse de France..., par Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, publié par Au Bureau général de la noblesse de France, 1820
  12. ARMORIAL DU PREMIER EMPIRE, Par Philippe LAMARQUE, Index armorum : Michel POPOFF, Iconographie : Gregor JAKUBOWSKI – BARTHEL de WEYDENTHAL, Éditions du Gui, page 21
  13. a et b Archives nationales BB/29/968, p. 22.
  14. a et b Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe (v. 17), Publié par Bureau de la publication, 1860
  15. Source : Site officiel de la famille Tascher de la Pagerie : blasonnement, et image haute définition

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]