Famille de Simiane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Simiane sont une famille de Provence issue de la maison d'Agoult, qui a eu 12 branches[1] :

Blason des Simiane, peinture, chapelle des Simiane à Gordes
  • la branche des barons, puis marquis de Gordes
  • la branche des marquis de Pianezza et de Livour, en Savoie
  • la branche des comtes de Moncha
  • les seigneurs de Vachères
  • les seigneurs de Châteauneuf, dits encore de Mossen Gyraud
  • les marquis de Truchenu et d'Esparron
  • les seigneurs de Molans, devenus marquis d'Esparron
  • les seigneurs de la Coste à Avignon
  • les seigneurs de la Coste à Grenoble
  • les seigneurs de Moirenc en Dauphiné
  • les marquis de Simiane-lez-Aix
  • enfin, les anciens seigneurs de Saint-Martin-de-Castillon, de Saignon, d'Albigny, de Vaynes, de Cabanes...

Armoiries et Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason_famille_Simiane

« D'or semé alterné de tours et de fleurs de lys d'azur »

Membres[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est l'une des plus anciennes et illustres familles provençales. Au début du XIIe siècle, ce fut Guirand d'Agoult qui prit pour le premier le nom et les armes de Simiane[2]. Ses descendants furent seigneurs d'Apt jusqu'au XVe siècle. Pour eux, les fiefs de Caseneuve et Gordes furent érigés en baronnie et marquisat. La branche de Gordes s'éteignit en 1738 avec Jacques II de Simiane, décédé sans enfant.

Au XVIe siècle, une branche s'implanta en Dauphiné. Bertrand-Rambaud V de Simiane épousa Guyonne Allemand, unique héritière de Charles II Allemand, seigneur de Laval, près Grenoble. Ce patrimoine se trouva enrichi du comté de Carcès quand Jean V de Pontevès, grand sénéchal de Provence, décéda en 1656. Sans enfant, il légua tout à son neveu, François de Simiane, fils de Guillaume et de Gabrielle de Pontevès.

Cette famille compte parmi ses membres deux lieutenants généraux et quatre évêques. Elle donna aussi deux chevaliers à l'Ordre de Malte entre 1526 et 1786.

L'hôtel de Simiane de Valréas, construit au XIVe siècle, propriété de la famille des Clarets de Truchenu[3], est remanié au XVIIe siècle, sur les plans de François de Royers de la Valfrenière, pour Louis III Charles de Simiane[4], marquis d'Esparron (1671-1718), qui épouse en 1695 Pauline de Grignan, la petite-fille de Mme de Sévigné[3]. L'hôtel est de nos jours le siège de la mairie de Valréas. Il ne doit pas être confondu avec l'hôtel de Simiane (ou de Grignan-Simiane) d'Aix-en-Provence.

Article détaillé : Hôtel de Simiane.

Titres[modifier | modifier le code]

Plusieurs chevaliers de Malte[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • Dominique Robert, Histoire genelogique de la Maison de Simiane, 1680
  • François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse ... de France, 1770
  • Artefeuil, Louis Ventre, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Impr. de la veuve Girard, 1776
  • Joseph de Laporte, Fontenai (Louis-Abel de Bonafons), Louis Domairon,Le voyageur françois: ou, La connoissance de l'ancien et du nouveau monde, publié par Moutard, 1789
  • N. Didier, H. Dubled, J. Barruol, Cartulaire de l'Église d'Apt, (835-1130), Librairie Dalloz, Paris, 1967.
  • Jean-Louis Morand, GORDES notes d'histoire, mairie de Gordes Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]